Santé › Actualité

Cameroun: le CPP appelle les médecins à «continuer la grève»

©Droits réservés

Le Cameroon people’s party soutient que les revendications formulées par le Symec pourraient, si elles sont prises en compte, être bénéfiques pour l’ensemble des Camerounais.

«Le Cameroon people’s party (CPP) renouvelle son soutien au Syndicat des médecins du Cameroun (Symec) et invite le corps médical à  continuer sa grève». C’est par ces mots que le parti de Kah Wallah affirme sa position dans le bras de fer qui oppose depuis un mois le ministre de la Santé et les médecins.

En avril dernier, ce Syndicat avait lancé un mot d’ordre de grève qui devrait se tenir le 17 dudit mois. Après un résultat jugé «satisfaisant» par le Symec, l’organisation a décidé de réitérer l’expérience ce 15, 16 et 17 mai. En riposte, le ministre de la Santé, André Mama Fouda, à affecté les têtes de proue du mouvement dans des zones reculées, s’attirant alors de nombreuses critiques.

«Encore une fois, ce gouvernement, dont l’incompétence est notoire, prouve qu’il n’est pas au service du peuple Camerounais. Encore une fois, ce gouvernement n’a pas pris en considération les revendications émises par nos compatriotes. Encore une fois, le gouvernement de Monsieur Biya a choisi la facilité en réprimant certains citoyens dont les actions visent l’amélioration des conditions de vie de tous les Camerounais», indique un communiqué du CPP publié ce lundi et signé du secrétaire général du parti.

Le CPP invite les médecins à continuer à exercer des pressions sur le gouvernement afin de parvenir à la mise en place d’une assurance santé universelle, des salaires décents, l’augmentation de l’âge de départ à la retraite des médecins (qui passerait alors de 56 ans à 65 ans), des conditions de travail décentes, une évaluation systématique et un système de promotion juste dans la fonction publique. Des objectifs qui constituent les principales revendications du Symec.


 

 

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut