Opinions â€ș Tribune

«33 ans de dictature» au Cameroun: Marlyse Douala Bell répond à Valsero

Par Marlyse Douala Bell, dĂ©putĂ© camerounaise Ă  l’AssemblĂ©e Nationale

Marlyse Douala Bell. DĂ©putĂ© RDPC Ă  l’assemblĂ©e Nationale rĂ©pond Ă  l’artiste Valsero aprĂšs la sortie de son rĂ©cent album ou il passe au crible les « 33 ans de Dictature » Ă  YaoundĂ©.

« 33 ans de dictature » (faux tu n’aurais pas pu Ă©crire ceci).

« 33 ans de corruption » (J’ai peu d’arguments, mais beucoup n’ont pas adoptĂ© ce fonctionnement avilissant).

« 33 ans de nĂ©potisme » (Je ne sais pas quoi dire).

« 33 ans de destruction » (faux tu existes. De la dĂ©construction consĂ©quente aux efforts de tous pour l’Ă©mergence d’un pays dĂ©mocratique tu t’es construit).

« 33 ans de souffrance de misĂšre sans interruption » (PauvretĂ© oui mais exagĂ©ration. Nous ne sommes pas les pires en Afrique Subsaharienne. Maintenant cela ne nous dĂ©douane pas).

« 33 ans d’arrogance, de violences et d’humiliation » (Arrogance oui de tous ! Ă©ducation Ă©triquĂ©e et nĂ©gligĂ©e au sein de beaucoup de familles, qui implantent dans le cerveau des enfants, mĂ©pris et non-respect des droits humains).

« 33 ans de mensonges bercĂ©s par des illusions » (Pas du tout, mais grande capacitĂ© de comprĂ©hension des faiblesses humaines, et une grande capacitĂ© de management Ă  froid).

« 33 ans de pĂ©nitence de sueur de larmes Ă  profusion » (La production des hommes et des femmes de qualitĂ© qui ont rĂ©sistĂ© Ă  la tentation d’adopter ces valeurs que tu dĂ©nonces).

« 33 ans de priĂšres toujours en quĂȘte de solution » (C’est ainsi que naissent les grandes nations au grand destin).

« 33 ans de 33 pour noyer nos ambitions » (Les ambitions doivent rester vivantes, et les libertĂ©s acquises, mĂȘme si elles sont quelquefois secouĂ©es, permettent de faire des choses extraordinaires que je cĂŽtoie rĂ©guliĂšrement).

« 33 ans de Castel et de Guinness comme une punition » (des choix individuels et personnels des faibles et cette catĂ©gorie de personnes existe dans le monde entier).

« 33 ans de promesses de grandes ambitions » (Les grandes ambitions sont Ă©noncĂ©es par le PrĂ©sident Biya. Il est vrai que la mise en uvre n’est pas toujours Ă©difiante).

« 33 ans de Bikutsi pornographique comme solution » (Facile Ă  corriger. La comprĂ©hension de la libertĂ©.. Lorsqu’on ne sait pas faire comme Rawlings qui a chicotĂ© et exĂ©cutĂ© les contrevenants et qui a pu ainsi obtenir des rĂ©sultats en 10 ans, on attend que la masse critique soit rendue au mĂȘme niveau. Cela prend du temps).

« 33 ans de contrĂŽle, contrĂŽle de nos Ă©motions » (Faux, les artistes « magiciens des Ă©motions » sont les plus surprenants dans l’effort de construction de la grande nation Ă©mergente que nous sommes entrain de devenir).

« 33 ans de chinois de grosses incomprĂ©hensions » (lĂ  j’avoue que je n’ai pas compris).


« 33 ans de sodomie comme une Ă©trange addiction » (On peut dire non et beaucoup disent non Ă  ce que j’appelle des dĂ©viances sexuelles des individus).

« 33 ans d’agressions de viols Ă  rĂ©pĂ©tition » (Franchement Valsero, on fait quand mĂȘme mieux dans le monde).

« 33 ans de couche toi je t’allume et ferme ta gueule » (ValsĂ©ro, Si tu as Ă©tĂ© victime de ces harcĂšlements, je me sens affectĂ©e. Parce que je suis une mĂšre, Mais je suis sure que tu as donnĂ© la bonne rĂ©plique).

« AprĂšs 33 ans chaotiques tu te prĂ©pares aux Ă©lections qu’est-ce qui t’arrive arrĂȘte la Coke c’est quoi ton truc l’explosion. Regarde ces jeunes ils ne rĂȘvent plus sinon de partir trĂšs loin. Regardent ces jeunes ils ne rĂȘvent plus sinon de partir trĂšs loin. Regarde ces jeunes ils ne luttent plus (…) Tu veux garder le Cameroun pour toi nous on prĂ©fĂšre aller bagarrer avec les requins (…) On prĂ©fĂšre prendre la mer la mer et mourir parmi les poissons (…) Tu as fini par rendre plus faible une nation qui Ă©tait plus forte avant. J’espĂšre que tu es content, car pour moi tu resteras le dernier des prĂ©sidents. Un jour viendra oĂč tu payeras ta facture. » : (LĂ  tu as Ă©tĂ© trĂšs trĂšs sĂ©vĂšre Valsero. ColĂšre noire je comprends. Il y a certainement des moments oĂč on perd son latin. Mais attention tu es un grand leader. Tu peux ne pas ĂȘtre trĂšs aidant pour ceux qui te regardent et attendent de toi un tuyau pour sortir de la dĂ©tresse. Du coaching pour rebondir. Ceux pour qui tu es un modĂšle, l’espoir).

Si certains de nos jeunes prĂ©fĂšrent bagarrer avec les requins, tu dois leur dire, oui tu dois leur dire que 99 fois sur cent, ils ne s’en sortiront pas.

Le PrĂ©sident Biya n’est pas le dernier des PrĂ©sidents. Le PrĂ©sident Biya est un Grand PrĂ©sident adoubĂ© par nos dix rĂ©gions. Soutenus Par les militants et les sympathisants du RDPC qui font Ă©galement partie du peuple du Cameroun. Tu dois avoir un peu de respect pour nous Valsero.

Valsero, Tous mais chacun avec ses talents, devons accompagner Ce Président dans la mission difficile qui a été la sienne. Conduire le peuple du Cameroun vers une démocratie solide. Malgré certain ratés les choses avancent sûrement et seront difficilement réversibles.
Avec ce dernier Mandat Ă  venir, c’est mon point de vue, Le PrĂ©sident va prĂ©parer l’alternance si prĂ©cieuse pour l’avenir de notre Pays.

Je le rĂ©pĂšte une fois de plus, lorsqu’on ne sait pas faire comme Rawlings qui a chicotĂ© et exĂ©cutĂ© les contrevenants et qui a pu ainsi obtenir des rĂ©sultats en 10 ans, on attend que la masse critique soit rendue au mĂȘme niveau de comprĂ©hension des diffĂ©rents contenus. Cela prend du temps.

Mais tous nous devons rester vigilants, et engagés pour que ce changement arrive.

Avoue Valsero que nos adversaires ne rassurent pas grand monde. Beaucoup d’entre eux comptent sur des sorties comme celle que tu viens de produire. Mais sans travail vĂ©ritable, sans programme, sans stratĂ©gie, il leur sera difficile de tirer profit de tes 33 coups de tonnerre. Tes 33 coups de bruit. C’est important que la SociĂ©tĂ© civile fasse du bruit pour interpeller.

Mais lĂ  ValsĂ©ro, tu as Ă©tĂ© un peu loin ! Non ? Mais c’est aussi cela la libertĂ© dans le Pays de Paul Biya.

J’espĂšre que j’aurais l’honneur de te rencontrer un de ces quatre. Et toutes mes excuses si le tutoiement t’a heurtĂ© les artistes que nous aimons bien font partie de notre famille.


Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Retour en haut