Opinions › Tribune

A qui profitera une Ă©ventuelle guerre civile au Cameroun?

Par Leon Tuam

Au Cameroun prĂ©sentement, beaucoup d’incongruitĂ©s laissent deviner qu’un conflit très sanglant pouvant affecter le pays tout entier est en chemin : blocages politiques empĂŞchant tout changement politique pacifique par les urnes, injustices sociales omniprĂ©sentes, discriminations, tribalisme politique assez visible, corruptions, haines, convoitises Ă©trangères, etc.

Le Cameroun est une grande jungle oĂą une petite minoritĂ© d’individus depuis 34 ans narguent, humilient, tuent, cloĂ®trent arbitrairement, violentent, volent et rĂ©ifient le reste du peuple qui sombre dans la dèche. Ce pays est une jungle oĂą plus de la moitiĂ© des cadres de son administration les plus importants et peu productifs est issue de deux rĂ©gions sur les dix que compte le pays.

Tout ceci sème et fertilise jour après jour des ranc urs et haines dans ces c urs devenus Ă©trangers dans leur propre pays. Tout ceci est une fissure oĂą des prĂ©dateurs passeront aisĂ©ment. Tout ceci est une porte ouverte Ă  la guerre qui, une fois en marche, finit rarement vite ; et c’est pour cela que le peuple a Ă©tĂ© très patient, mais pour combien de temps ? Pour toujours ? Non, non.

Le peuple camerounais mĂ©content et victime de la sombre politique de Paul Biya peut bien se lever demain pour chercher Ă  mettre fin Ă  la bĂŞtise en place ; mais il devra aussi savoir qu’il n’est pas toujours Ă©vident que son action lui profitera. La France et ses amis (qui aimeraient voir ce pays en pièces pour plus de profits) pourront rĂ©cupĂ©rer et dĂ©vier cette action patriotique salvatrice.

Bien que très bien instruits sur ce qui s’est passĂ© ailleurs, les Camerounais peuvent facilement se retrouver dans la situation malienne, libyenne, syrienne, ivoirienne, somalienne, centrafricaine, etc. Les Ă©trangers infiltrĂ©s dans le pays et les armes utilisĂ©es en RCA nous attendent, les armes jetĂ©es par des avions et celles sorties du port de Douala et Ă©parpillĂ©es dans le pays nous attendent.


Le bilan du pouvoir en place Ă©tant nĂ©gatif, la peur du lendemain l’assaille et l’Ă©crase ; son souhait serait de laisser un pays sous l’orage pour retarder le peuple de s’intĂ©resser Ă  son règne. Les actions pour le changement politique dans ce pays doivent ĂŞtre bien pensĂ©es et encadrĂ©es par des politiques patriotes et habiles, afin d’Ă©viter une guerre civile qui enrichisse la France et ses amis et consolide leurs dominations sur le pays.


Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

Ă€ LA UNE
Retour en haut