International › AFP

Abandon des poursuites en Suède: Assange salue « une victoire importante »

Le fondateur de Wikileaks Julian Assange a saluĂ© vendredi, depuis le balcon de l’ambassade d’Equateur Ă  Londres, « une victoire importante » après l’abandon en Suède des poursuites pour viol Ă  son encontre, sans indiquer s’il allait sortir de son refuge.

« Ce jour est une victoire importante pour moi et pour le système des droits de l’Homme de l’Onu », a lancĂ© Assange, qui s’est rĂ©fugiĂ© il y a 5 ans Ă  l’ambassade d’Equateur au Royaume-Uni pour Ă©chapper Ă  une possible extradition.

Il a ajoutĂ© que ses avocats avaient contactĂ© les autoritĂ©s britanniques et qu’il espĂ©rait « un dialogue sur la meilleure façon d’avancer », ajoutant souhaiter « un dialogue avec le dĂ©partement de la Justice » amĂ©ricain.

Tendant le poing, devant une poignĂ©e de supporters, combatif, l’Australien de 45 ans, vĂŞtu d’un blouson de cuir noir, a estimĂ© que « la vraie bataille commence maintenant » Ă  propos de son avenir, ajoutant que Wikileaks allait continuer ses activitĂ©s.

Il a rĂ©pĂ©tĂ© qu’il ne pouvait pas « oublier ni pardonner » d’avoir passĂ© « sept annĂ©es sans accusation pendant que mes enfants grandissaient sans moi », dont « deux assignĂ© Ă  rĂ©sidence et cinq dans cette ambassade sans la lumière du soleil ».

La police britannique s’est de son cĂ´tĂ© dite « obligĂ©e » d’arrĂŞter Assange s’il sort de l’ambassade, parce qu’il a violĂ© en 2012 les conditions de sa libertĂ© sous caution au Royaume-Uni.

« Maintenant que les autoritĂ©s suĂ©doises ont abandonnĂ© leur enquĂŞte, M. Assange reste recherchĂ© pour un dĂ©lit bien moins sĂ©rieux. La police londonienne fournira des moyens proportionnĂ©s Ă  ce dĂ©lit », indique un communiquĂ© de la police.


Le fondateur de Wikileaks risque une peine allant de la simple amende jusqu’Ă  un an de prison pour ces faits.

VisĂ© par un mandat d’arrĂŞt europĂ©en, Julian Assange avait trouvĂ© refuge Ă  l’ambassade d’Equateur Ă  Londres le 19 juin 2012 et n’en est plus ressorti depuis.

Au dĂ©part, des policiers britanniques Ă©taient postĂ©s en permanence devant l’ambassade. En octobre 2015, Scotland Yard a arrĂŞtĂ© la surveillance physique 24h/24, critiquĂ©e pour son coĂ»t, pour la remplacer par d’autres mesures de contrĂ´le.

L’affaire a connu vendredi un rebondissement spectaculaire avec l’abandon en Suède des poursuites pour viol contre Julian Assange.

L’Australien, qui s’est toujours dĂ©fendu des accusations de viol, dĂ©nonçait une manĹ“uvre pour le faire extrader vers les États-Unis, oĂą il risque d’ĂŞtre poursuivi pour la publication de documents militaires et diplomatiques confidentiels.

InterrogĂ© par l’AFP sur une possible extradition du Royaume-Uni vers les Etats-Unis, un porte-parole du Crown Prosecution Service britannique s’est bornĂ© Ă  dĂ©clarer que « le gouvernement britannique ne confirme ni ne dĂ©ment une demande d’extradition jusqu’Ă  ce qu’une Ă©ventuelle arrestation ait lieu ».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut