Opinions â€ș Tribune

Adieux Ă  l’upĂ©ciste Emeh Elong Ekumbasi de regrettĂ©e mĂ©moire

Par Yves Beng, Emmanuel Fonkwa, Franklin Nyamsi, Josué Yetna, Michel Massoki

Lundi 18 juillet 2016, la nouvelle, brutale et sĂšche, tombe : RenĂ© Emeh Elong est dĂ©cĂ©dĂ©. Impensable. Bouffonnerie. Il faut vĂ©rifier. Le net, vite. malimba – Necrologie confirme et souligne l’Ă©moi dans la communautĂ© malimba d’Europe. Un peu plus tard. Coup de fil d’un camarade upĂ©ciste. Plus de doute. Il faut s’y rĂ©soudre.

Mourir en été. Pendant les vacances. Loin du Kamerun, sa terre natale, son irremplaçable «mboa». Quelle galéjade !

Camarade Emeh Elong,
Tu laisses Ă  tes hĂ©ritiers un impressionnant corpus de diatribes. Essentiellement dirigĂ©es contre les rĂ©gimes d’Ahmadou Ahidjo et de Paul Biya, c’est-Ă -dire contre les complices camerounais de l’impĂ©rialisme international. Ils y puiseront la force d’un entĂȘtement fĂ©cond, apprendront comment l’indiscipline peut sceller une fidĂ©litĂ©. C’est que, infatigable activiste, on t’a vu partout oĂč les libertĂ©s du Kamerun et celles de l’Afrique Ă©taient en jeu. Avec l’Union des Populations de Cameroun (UPC), ton parti, bateau parfois ivre mais nĂ©anmoins creuset de ton identitĂ©, tu n’as pas cessĂ© de te battre pour un Kamerun nouveau, juste et dĂ©mocratique. Ni l’incapacitĂ© du mouvement Ă  s’unir, ni ses difficultĂ©s Ă  pleinement intĂ©grer la lĂ©galitĂ©, ni la lĂ©thargie de la population, ni l’hostilitĂ© du gouvernement ne t’ont conduit Ă  renoncer.

Nous n’avons rien oubliĂ© de ces longues heures, passĂ©es Ă  Ă©baucher, sans trĂȘve, un avenir meilleur. A tenter de le construire dans des actions concrĂštes. Quelquefois futiles.

Et puis, entre nous, sont apparues des divergences. Le net offrant la possibilitĂ© de s’Ă©pier, nous nous sommes moins vus. Tu as continuĂ©, parfois, Ă  polĂ©miquer avec nos silences. Rien, en tout cela, qui ne soit humain, trop humain.

Ta disparition nous afflige. Profondément. Ton aptitude à nous remettre en question nous manquera.
A ton épouse, à tes enfants et petits-enfants, nous adressons nos plus sincÚres condoléances.
Le mouvement upĂ©ciste vient de perdre un vaillant soldat. L’Ăąme immortelle du peuple kamerunais poursuit cependant son oeuvre!
Regrets Ă©ternels, fraternels adieux.


Signatures :
Yves Beng
Emmanuel Fonkwa
Franklin Nyamsi
Josué Yetna
Michel Massoki


Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Retour en haut