Politique › Institutionnel

Affaire Marafa H. Yaya: Issa Tchiroma dément les rumeurs de soulèvements dans le septentrion

Le ministre de la communication et porte parole du gouvernement Ă©tait face Ă  la presse ce lundi Ă  Garoua

DĂ©cidĂ©ment l’affaire Marafa Hamidou Yaya n’a pas fini de faire couler encre et salive au sein du landernau politico-mĂ©diatique camerounais. Alors que l’opinion publique semble divisĂ©e dans le septentrion suite Ă  l’interpellation de l’ancien MINATD, certains jeunes et militants du RDPC allant mĂŞme jusqu’Ă  bouder rĂ©cemment l’installation du nouveau gouverneur de la rĂ©gion du Nord ; des rumeurs relayĂ©es par certains mĂ©dias ont par la suite fait Ă©tat de manifestations dans les rues de Garoua des sympathisants mĂ©contents. L’on se souvient encore des fameux tracts distribuĂ©s dans la ville de Garoua et appelant la population Ă  manifester ou encore de la sortie mĂ©diatique de Oumarou Mocktar le prĂ©sident de l’association Jeunesse Arc-en-ciel, dĂ©nonçant l’arrestation arbitraire et politique, selon lui, de Marafa Hamidou.

A la surprise gĂ©nĂ©rale, le gouvernement s’Ă©tait abstenu jusqu’ici de tout commentaire. Mais depuis ce lundi 07 mai le ministre de la communication Issa Tchiroma Bakari a brisĂ© le silence Ă  travers une sortie mĂ©diatique face Ă  la presse Ă  Garoua, la principale ville du septentrion. Calme et serein, le porte-parole du gouvernement a dĂ©clarĂ© ĂŞtre « venu pour constater et apporter un dĂ©menti cinglant Ă  cette presse Ă  sensation qui a propagĂ© des rumeurs selon lesquelles les rues de Garoua grondent ». Pour Issa Tchiroma Bakari, le septentrion, qui « comme un seule homme a plĂ©biscitĂ© le prĂ©sident Paul Biya » le 09 octobre 2011, ne peut qu’ ĂŞtre « le rempart protecteur des institutions et de la personne qui l’incarne ». Pour lui, ces fausses rumeurs sont l’ uvre de « certains esprits retords qui profitent de l’occasion pour rependre la psychose » alors qu’a Garoua et dans tout le Septentrion règne la Paix. Le ministre de la communication affirme d’ailleurs Ă  propos de l’interpellation de Marafa Hamidou Yaya, qu’il y’a «de fortes prĂ©somptions de forfaiture qui pèsent sur lui » et donc c’est Ă  la justice de faire son travail.


Jamais il n’y a eu la moindre manifestation de quelque manière que ce soit pour protester ou se plaindre de l’arrestation de l’ancien ministre qui aujourd’hui a Ă  faire Ă  la justice de notre pays. Je voudrais affirmer que jamais un tel esprit n’a habitĂ© les populations et que tout le septentrion se constitue en rempart pour protĂ©ger les institutions, se constitue en rempart pour protĂ©ger notre nation et comme un seul homme s’engage Ă  apporter au prĂ©sident Paul Biya le soutien dont il a besoin pour continuer la marche vers le progrès et le dĂ©veloppement de notre pays.
Issa Tchiroma Bakari

Durant son sĂ©jour Ă  Garoua, Issa Tchiroma Bakari dit avoir Ă©galement profitĂ© pour s’entretenir avec quelques dirigeants politiques Ă  la suite de l’adoption par l’assemblĂ©e nationale du code Ă©lectoral tout en mettant un accent sur ce qu’il considère comme «des avancĂ©s spectaculaires » Ă  savoir la refonte des listes Ă©lectorales, la biomĂ©trie ou encore la possibilitĂ© de proclamer les rĂ©sultats dĂ©finitifs dans chaque bureau de vote. Issa Tchiroma Bakari avec cette sortie mĂ©diatique prend de court les partisans de l’ancien MINATD et mĂŞme l’ensemble de la classe politique nordiste. Si tout laisse croire que dĂ©sormais c’est par mĂ©dias interposĂ©s que les diffĂ©rents camps concernĂ©s s’affronteront, les populations et la classe politique quant Ă  elles n’ont pas encore rĂ©agi Ă  la suite de cette sortie du ministre de la communication.

Issa Tchiroma, ministre de la communication

Journalducameroun.com)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut