Santé › Actualité

Afrique centrale: CholĂ©ra, l’Ă©pidĂ©mie s’amplifie

Le manque d’accès Ă  l’eau propre et Ă  l’assainissement rend les habitants très vulnĂ©rables au mal

Les chiffres sont traumatisants : 2.466 morts sur les 85.000 cas enregistrĂ©s cette annĂ©e dans le centre de l’Afrique. Dans la zone Cemac, l’Ă©pidĂ©mie gagne du terrain en progressant par les cours d’eau reliant ou longeant les pays de la rĂ©gion. Actuellement, trois grandes zones sont en alertes. Ce sont le bassin du lac Tchad comprenant le Tchad, le Cameroun, le NigĂ©ria et le Niger; le bassin du Congo occidental comprenant la RĂ©publique dĂ©mocratique du Congo (RDC), la RĂ©publique du Congo et la RĂ©publique Centrafricaine, et autour du lac Tanganyika comprenant la RDC et le Burundi. L’augmentation la plus significative est nĂ©anmoins concentrĂ©e au Tchad, au Cameroun et en RDC.

Les agences de l’ONU ont Ă©galement relevĂ© que des flambĂ©es de cholĂ©ra se produisaient dans des endroits oĂą la maladie n’est pas endĂ©mique et de plus petites Ă©pidĂ©mies ont lieu au BĂ©nin, en CĂ´te d’Ivoire, au Ghana, au LibĂ©ria et au Togo oĂą la situation serait sous contrĂ´le. Le 11 octobre dernier, l’Unicef a exhortĂ© les gouvernements concernĂ©s Ă  renforcer la coordination au niveau national et avec les pays voisins pour lutter contre la propagation de l’Ă©pidĂ©mie. « L’Ă©change d’informations entre les rĂ©gions transfrontalières sur les cas et sur les dĂ©placements des populations, ainsi que les inspections frontalières pour dĂ©sinfecter et pour chlorer sont des mesures pour limiter la propagation de la maladie et pour sauver des vies, » a dĂ©clarĂ© une porte-parole de l’UNICEF. L’organisme a Ă©galement rassurĂ© sur ses actions Ă  mener, notamment la livraison de kits de traitement et des campagnes de sensibilisation. Au Cameroun, le gouvernement a mis sur pied le Centre de contrĂ´le et de Coordination contre le CholĂ©ra (C4), devant coordonner les appuis au ministère de la SantĂ© publique et Ă  d’autre secteurs ; ceci dans le cadre de la mise en uvre des activitĂ©s liĂ©es « au plan opĂ©rationnel de prĂ©paration et de riposte du cholĂ©ra». L’objectif Ă©tant de mieux mettre la maladie sous contrĂ´le. A Kinshasa, des centres de traitements contre la maladie ont Ă©tĂ© mis en place pour les populations, par COOPI un partenaire de l’UNICEF. L’organisme a Ă©galement fourni 460 000 comprimĂ©s pour dĂ©sinfecter et purifier l’eau susceptible d’ĂŞtre contaminĂ©e. Des points de traitement de l’eau ont aussi Ă©tĂ© installĂ©s le long du fleuve Congo.

Pour les ONG humanitaires, avec un traitement appropriĂ©, le taux de mortalitĂ© devrait ĂŞtre infĂ©rieur Ă  1%. MĂŞme si les mesures prises peuvent aider Ă  freiner la propagation, la manière la plus efficace de combattre la maladie est d’assurer l’accès Ă  l’eau potable propre et de sensibiliser les populations sur l’importance de l’assainissement et des mesures d’hygiène.


CholĂ©ra, l’Ă©pidĂ©mie s’amplifie en Afrique centrale

Google images)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut