Société › Kiosque

Afrique subsaharienne: vers un taux de pénétration de 105% du mobile

Selon un rapport de la multinationale Ericson, le taux de pĂ©nĂ©tration du tĂ©lĂ©phone mobile dans cette partie de l’Afrique devrait se situer Ă  105% entre 2016 et 2022

Le taux de pénétration du téléphone mobile en Afrique subsaharienne devrait se situer à 105% entre 2016 et 2022, selon un rapport de la multinationale Ericsson.

Cette rĂ©gion, qui comptera 55 millions d’abonnements nets de plus en fin 2016, connaĂ®t aussi une croissance exponentielle du trafic de donnĂ©es mobiles qui se situera Ă  environ 55% par an Ă  l’horizon 2022.

Comptant 43% de la population âgĂ©e de moins de 15 ans en 2016, la firme d’origine suĂ©doise Ă©met ainsi l’espoir que le comportement de ce segment, en Afrique subsaharienne, soit un facteur clĂ© dans l’adoption croissante des services mobiles.

«Avec de bonnes projections macroĂ©conomiques, cette sous-rĂ©gion reste Ă©galement un bon endroit oĂą investir dans le secteur», a expliquĂ© Ă  APA le directeur pour le Cameroun d’Ericsson, Olivier Vandermoten.

L’accessibilitĂ© de l’outil favorise Ă©galement l’augmentation attendue de 83% de l’utilisation du mobile haut dĂ©bit (3G et 4G) en Afrique subsaharienne.

Dans le mĂŞme ordre d’idĂ©es, la baisse des prix des donnĂ©es aura pour effet de stimuler le trafic du smartphone, qui va augmenter 14 fois et devrait constituer l’outil principal (78%) pour les utilisateurs.


Ericsson prĂ©voit Ă©galement une augmentation de la couverture WiFi, une plus grande prolifĂ©ration d’appareils intelligents et peu coĂ»teux alors que 75 millions (38%) d’objets seront connectĂ©s.

«La rĂ©alitĂ© actuelle et les dĂ©fis futurs militent pour la nĂ©cessitĂ© de formation d’un Ă©cosystème pour l’accès du mobile au plus grand nombre», analyse Olivier Vandermoten.


Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut