Opinions â€ș Tribune

AprĂšs 35 ans, que deviens-tu Samuel Eto’o?

Par Bruno Rodrigues, France Football

AprĂšs une carriĂšre haute en couleurs, notamment sous le maillot du Barça, Samuel Eto’o s’est quelque peu Ă©loignĂ© des projecteurs depuis son dĂ©part pour la Russie, en 2011. Pourtant, celui qui fĂȘte ses 35 ans cette semaine (il fĂȘtait son anniversaire le 10 mars 2016, ndlr) fait toujours les beaux jours d’Antalyaspor.

Son CV parlera toujours pour lui. Son palmarĂšs aussi. Samuel Eto’o, c’est 129 buts en 199 matches avec le Barça, ou encore 53 rĂ©alisations en 102 rencontres avec l’Inter Milan. Mais aussi trois Ligues des champions, quatre titres de champion, autant de Coupes nationales, et deux CAN remportĂ©es avec le Cameroun. Entre autres. La carriĂšre du natif de Nkon prend pourtant une autre tournure Ă  l’Ă©tĂ© 2011, quand il dĂ©cide de rĂ©pondre favorablement Ă  l’offre pharaonique de l’Anzhi Makhachkala (contrat de trois ans pour un salaire estimĂ© Ă  20 millions d’euros annuels, le plus Ă©levĂ© de la planĂšte foot).

Si, sportivement, Eto’o rĂ©pond (encore) prĂ©sent (36 buts en 72 matches toutes compĂ©titions confondues), son club ne remporte pas le moindre titre avec lui. Surtout, le joueur disparait peu Ă  peu de cette scĂšne mĂ©diatique qu’il apprĂ©cie tant en raison du relatif anonymat qui entoure le Championnat russe. AprĂšs un peu plus de deux saisons au club, il dĂ©cide donc de retrouver la lumiĂšre en rejoignant le Chelsea de JosĂ© Mourinho, son ancien mentor Ă  l’Inter, pour un an. Ses stats sont cette fois plus modestes (12 buts en 35 matches dont un triplĂ© face Ă  Manchester United, 3-1) et n’incitent pas ses dirigeants Ă  lui proposer une prolongation. Libre de tout contrat, il s’engage alors pour deux saisons avec Everton Ă  l’Ă©tĂ© 2014. Il n’y restera finalement que quelques mois (4 buts en 20 matches), avant de signer un bail de deux ans et demi avec la Sampdoria. Pour le mĂȘme scenario. Eto’o, qui n’est que l’ombre de lui-mĂȘme (2 buts en 18 rencontres), quitte le club aprĂšs quatre mois.

Direction la Turquie. GĂŒltekin Gencer, le prĂ©sident d’Antalyaspor, promu en premiĂšre division, rĂ©ussit Ă  le convaincre de rejoindre sa formation pour trois ans. MĂȘme si on le dit sur le dĂ©clin, le joueur est accueilli comme une star par des milliers de supporters Ă  son arrivĂ©e au club. «Un Lion ne meurt jamais, il dort», dit le cĂ©lĂšbre proverbe camerounais. Et le buteur qu’il a toujours Ă©tĂ© refait trĂšs vite surface. Auteur d’un somptueux doublĂ© contre BĂŒyĂŒksehir pour son tout premier match (victoire 3-2 Ă  l’extĂ©rieur), il en est aujourd’hui Ă  14 rĂ©alisations en 23 matches de Championnat. Soit le deuxiĂšme meilleur total de l’Ă©lite turque derriĂšre Mario Gomez (18 buts avec le Besiktas). Et il continue de rĂ©galer par quelques gestes de classe, comme cette sublime passe dĂ©cisive sur le terrain de Galatasaray (3-3).

«J’ai la mĂȘme envie qu’au premier jour»


«Je prends toujours du plaisir Ă  jouer, confiait-il rĂ©cemment sur RMC. Le football n’a pas de mĂ©moire, donc tant que vous avez la chance d’ĂȘtre lĂ , il faut continuer Ă  prouver que vous pouvez toujours faire pour le mieux. J’ai la mĂȘme envie qu’au premier jour.» A 35 ans, Eto’o est Ă©videmment plus prĂšs de la fin que du dĂ©but. Mais, quoiqu’il arrive, le meilleur buteur de l’histoire des Lions indomptables (56 rĂ©alisations en 117 capes) restera une lĂ©gende du football africain. SDK Games, une sociĂ©tĂ© sud-africaine basĂ©e en partie au Cameroun, souhaite d’ailleurs crĂ©er «MooEtoo», un jeu vidĂ©o de foot entiĂšrement consacrĂ© Ă  l’idole de tout un peuple. Que ce soit sur les terrains ou dans le monde virtuel, Samuel Eto’o a encore un bel avenir…

Samuel Eto’o

Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Retour en haut