Affaire Samuel Eto’o : Le capitaine refuse d’interjeter appel

Par Emile Zola Ndé Tchoussi - 19/12/2011

Son avocat et les autorités sportives réagissent. Plusieurs questions demeurent et les conséquences de ce match annulé face à l’Algérie restent énormes. La Fécafoot pourra telle supporter la pression

 

Me Gabriel Kaldjob, avocat au barreau du Cameroun, défenseur de Samuel Eto’o, a indiqué à plusieurs médias que son client ne souhaite pas faire appel de la décision de la commission de discipline de la Fécafoot, lui infligeant une suspension de quinze matches avec les Lions Indomptables.
« Nous sommes face à une aberration. Et comme il en est ainsi, j’ai reçu instruction de mon client Monsieur Eto’o de ne point interjeter appel. On laisse la Fécafoot devant ses responsabilités », a indiqué Me Gabriel Kaldjob.
A ce propos, le règlement intérieur de la sélection nationale, édité au lendemain de la débâcle des Lions Indomptables au Mondial 2010 en Afrique du Sud, en son article 55 alinéa 2 donne la possibilité au président de la Fecafoot ou au ministre des Sports, le pouvoir de recourir contre toutes décisions rendues par la commission en charge de la discipline. En effet, la sanction de sept matches de suspension divulguée par la rumeur mardi dernier était déjà lourde. Elle est désormais encore plus après la décision de la commission. Dans un document de 10 pages, rendu publique vendredi soir, la sentence est tombée : Samuel Eto’o, le capitaine des Lions est suspendu de 15 matches de l’équipe fanion, son vice-capitaine Enoh Eyong Tarkang écope quant à lui de deux matches de suspension et Benoit Assou Ekotto, pour n’avoir pas répondu présent à une convocation doit payer une amende de d’un million de F cfa.
Les coaccusés disposent d’un délai de dix jours pour exercer éventuellement une voie de recours devant la commission de recours de la Fécafoot.
C’est que lors de l’audience du 12 décembre, Samuel Eto’o a été jugé comme le principal responsable de la grève des joueurs de l’équipe nationale du Cameroun, qui a entraîné l’annulation du match amical contre l’Algérie le 15 novembre. Bref rappel de l’histoire, Samuel Eto’o avait adhéré à la protestation de ses coéquipiers qui réclamaient pour ce match amical contre l’Algérie, leurs primes de présence à hauteur de 500 000 F cfa. L’argent avait été mis finalement à la disposition des joueurs qui séjournaient à Marrakech, pour le compte du tournoi LG. Les sommes allouées aux joueurs étant arrivées assez tardivement, quand les joueurs étaient déjà mobilisés, ils ne se sont pas rendus à Alger. L’on apprendra plus tard, que le mal est plus profond. L’histoire de la réclamation des primes de présence n’était donc qu’un prétexte. Faut-il le rappeler, depuis plus de deux décennies, les affaires de primes non-payées pourrissent les rapports entre joueurs et dirigeants du football camerounais. Une fois les sanctions tombées, l’Algérie, par la voie de son sélectionneur Vahid halilhodzic a réagi : "Je suis satisfait par la décision de la Fédération du Cameroun". Lui, qui n’a pas du tout digéré l’affront subi, et continue à rappeler que "ce qui s'était passé est vraiment scandaleux de la part d'une grande nation de football en Afrique". D’ailleurs, l’Algérie qui a porté l’affaire devant la FIFA, réclame un million de dollars (près de 500 millions de F Cfa) au Cameroun, comme préjudice qu’elle a subi en préparant la rencontre. 70 mille billets avaient été vendus par le stade du 5 juillet d’Alger. Mais le "coach Vahid" ne veut penser qu’au préjudice sportif: «je regrette toujours l'annulation de cette rencontre qui aurait pu nous servir».

 

© http://footballfashion.org
Est-ce vraiment judicieux de sanctionner de 15 matchs, notre seule star et meilleur joueur pour une histoire de revendication de primes? Les instances de la FECAFOOT risquent de se déjuger une fois encore dans quelques semaines
Les interrogations demeurent ?


Autre réaction, celle de Adoum Garoua, le nouveau ministre en charge des Sports samedi dernier: « J’avoue que j’ai suivi aussi comme tout le monde dans les medias, nous n’avons pas encore été notifiés par la fédération camerounaise de football, donc je ne peux rien dire pour le moment ». Quant à Kalkaba Malboum, le président du comité national olympique et sportif du Cameroun, il a indiqué à un de nos confrères : «Qu’il y a une très grande disproportion entre la sanction des deux autres et celle de monsieur Samuel Eto’o. Je ne connais pas la motivation mais ça peut être interprété comme à la fois pour la fédération de faire un exemple, mais ça va jouer sur la suite de la carrière au sein de l’équipe nationale de l’un de nos meilleurs footballeurs de l’heure. En sport, nous ne sommes pas là pour juger comme au tribunal où l’on juge les criminels, nous sommes là pour maintenir une discipline en appliquant nos règles, tout en respectant le choix, la carrière du sportif, et lui donner la chance de s’amender, de se rattraper et de continuer à servir sa passion ».
Maintenant que l’image du football camerounais est suffisamment ternie à cause de cette affaire de match annulé, est ce-que les autorités en charge du football camerounais mesurent les conséquences des sanctions infligées ?, surtout à Eto’o qui est une icone mondiale. En tout cas, cette condamnation arrive au plus mauvais moment pour l’attaquant d'Anzhi Makhachkala, qui concoure en ce moment pour le titre de meilleur joueur africain 2011. En radiant de manière déguisée Samuel Eto’o des Lions, a-t-on imaginé les conséquences sur le plan sportif de cette équipe depuis sur le déclin. Pilier des Lions indomptables depuis 10 ans, meilleur buteur de tous les temps du Cameroun (54 buts en 106 matches), il manquerait les matches de qualification pour la Coupe d'Afrique des nations 2013 – le Cameroun n'étant pas qualifié pour la Can-2012 - et pour le Mondial-2014. Pourquoi les autorités en charge du football camerounais n’ont pas poussé le bouchon en cherchant à savoir les causes qui ont conduit à l’annulation des autres matches amicaux en 2011, à l’instar de celui face à la Chine, Gabon, Costa-Rica, Salvador et Mexique. Pourquoi depuis des décennies, la reconstruction de l’équipe nationale passe seulement par les joueurs et entraîneurs, alors que son administration est également défaillante? La Fécafoot aura-t-elle suffisamment des coudées franches pour supporter les pressions qui viendront d’abord de ses nombreux fans, d’une part et d’autre part d’Orange, Guinness et Puma donc le joueur le mieux payé du monde constitue l’une des figures les plus représentatives?

Mots clés

 Fecafoot   Eto O 




TOUT L'UNIVERS JOURNALDUCAMEROUN.COM

DOSSIERS

Dossiers

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Forums
Petites annonces

Galeries

Photos