Drame: Incendie au petit marché de Ngaoundéré

Par Mathurin Petsoko - 19/12/2011

Les flammes ont récemment dévasté plus de cinquante de boutiques estimées à 700 millions

 

Selon les informations recueillies sur le lieu du drame, tout serait parti d’une bouteille de gaz qui a explosé aux environs de 22h30 dans un restaurant situé en plein cœur du marché. Par la suite, le feu s’est rapidement propagé dans les autres commerces. Même les rares commerçants arrivés sur les lieux du drame étaient quasiment impuissants face à l’ampleur et à la hauteur des flammes. Compte tenu aussi du fait que la ville de Ngaoundéré ne dispose pas encore d’une unité de sapeurs pompiers, le feu a eu le temps de ravager une cinquantaine de boutiques. Le secrétaire général de l’Association des commerçants dynamiques du petit marché, Ousmanou Modi affirme qu’au moment où l’incendie s’est déclaré, la plupart des commerçants étaient déjà retournés à leur domicile.

 

© Journalducameroun.com
Incendie au petit marché de Ngaoundéré
Comme lui, bon nombre de commerçants ont accouru précipitamment au marché, une fois alertés. Sans passer par quatre chemins, les responsables de l’association des commerçants de ce marché accusent certains de leurs adhérents de ne pas respecter les consignes et les instructions prescrites par les autorités. Le préfet avait demandé aux commerçants d’enlever les bouteilles à gaz, mais rien n’a été fait. Je ne peux par conséquent pas vous dire le nombre exact de boutiques brûlées. Il y en a probablement plus d’une cinquantaine. Vous voyez vous-même que l’endroit ci c'est le foyer des hommes d'affaires. Les prêt-à porter, les magasins et autres sont partis en fumée, déplore Judith, membre de l’association des commerçants du petit marché de Ngaoundéré.

Quelques instants après le drame, le gouverneur de la région de l’Adamaoua, Enow Abrams Egbe et le préfet de la Vina, Thomas Honas sont descendus sur les lieux pour évaluer l’ampleur des dégâts estimés à plus de (700 000 000) sept cent millions de francs Cfa. Il ressort de leurs conclusions que les commerçants doivent attendre la réaction du gouvernement qui devra certainement décider de leur recasement. Ce qui revient à dire qu’aucun boutiquier ne devrait recommencer les travaux de reconstruction avant cette décision. Selon les mêmes sources, les travaux commenceront en janvier 2012.

 

© Journalducameroun.com
Les flammes ont récemment dévasté plus de cinquante de boutiques estimées à 700 millions
En attendant, le préfet de la Vina, Thomas Hona, a mis sur pied une équipe pour recenser les victimes. Au lendemain de ces évènements, on pouvait apercevoir des montagnes de cendre et de la fumée se dégager des décombres. Ça et là, on pouvait également voir des femmes et des enfants fouiller les décombres pour ramasser les carcasses, des pièces de pagne, des vestes, des téléviseurs et autres objets habituellement vendus dans ce marché. Pour empêcher les pillages, un cordon de sécurité constitué de gendarmes et des policiers du Groupement mobile d’intervention (Gmi) n° 9 de Ngaoundéré a été déployé au marché.




TOUT L'UNIVERS JOURNALDUCAMEROUN.COM

DOSSIERS

Dossiers

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Forums
Petites annonces

Galeries

Photos