Refonte des listes électorales: On attend encore les modalités

Par Idriss Linge - 09/02/2012

Une information laisse entrevoir que la refonte risque de ne pas s’opérer pour les élections législatives et municipales prévues en 2012

 

Selon une information rendue publique par le quotidien à capitaux publics [Cameroon-Tribune], la refonte électorale au Cameroun récemment annoncée à la sortie d’un rencontre extraordinaire d’Elections Cameroon (ELECAM), l’organe en charge de la gestion des élections, pourrait ne pas débuter immédiatement. Il faut attendre la décision du Directeur général des Elections qui devra en préciser les modalités, peut-on lire dans ce journal à propos du début des opérations de refontes. Un avis commenté par un expert des questions électorales, mais proche du pouvoir. Après l’annonce de la refonte des listes électorales faites hier par le Conseil électoral, il reste maintenant attendu la décision du Directeur général des Elections qui viendra fixer les modalités d’organisation de cette refonte. La décision doit donner la durée et la portée de l’opération, précise Abdoulkarimou auteur d’un livre sur les élections au Cameroun. Cette position pousse certains observateurs à dire que la direction générale d’ELECAM, pourrait tout aussi bien lancer les opérations de refonte après le déroulement des législatives et municipales, ce qui finalement aurait aucun un effet sur l’objectif d’alternance du pouvoir. Une précision de taille qui vient un peu ternir ce que certains acteurs politiques avaient déjà perçu comme une victoire acquise. Cette précision n’avait pas été donnée lorsque l’annonce de la refonte était faite à la radio d’Etat, la CRTV.

 

© Journalducameroun.com
Les bulletins de vote lors de la présidentielle
Le message passé mardi 06 janvier 2012, indiquait simplement que l'organe électoral camerounais invite les citoyens en âge de voter (environ 9 millions de personnes sur une population totale de 19,4 millions) à se présenter le moment venu devant les commissions mixtes électorales compétentes pour leur inscription sur les listes électorales. Cette opération remplace la révision (concernant les personnes non enregistrées dans les anciens registres électoraux) actuellement en cours, avait expliqué le président d'ELECAM, Samuel Fonkam Azu'u, dans une intervention à la CRTV. Pour les analystes proches de l’institution ELECAM, on tente aussi de minimiser l’impact de l’action des pressions dans le revirement sur la question des listes électorales. La refonte on se souvient était une des principales revendications des partis de l’opposition, avant les présidentielles de 2011. Une revendication soutenue par certains observateurs étrangers. La loi n°2011/002 du 6 mai 2011 modifiant et complétant certaines dispositions de la loi n°92/010 du 17 septembre 1992 fixant les conditions d’élection et de suppléance à la présidence de la République en son article 36 (nouveau) en son alinéa 2 indique, à cet effet, que le Directeur général des Elections peut, à l’occasion de la révision annuelle, après avis conforme du Conseil électoral, ordonner par décision, une refonte complète des listes électorales, a expliqué une fois encore Abdoulkarimou, selon un commentaire rapporté pas Cameroon-Tribune. Sur les registres électoraux de la présidentielle, de nombreux cas de doublons avaient été signalés, de même que la présence de personnes décédées. ELECAM avait admis ces dysfonctionnements. Paul Biya avait été réélu pour un sixième mandat lors d’une présidentielle de 2011 très contestée et par l'opposition et certains observateurs internationaux. Lors de son investiture, M. Biya avait promis de «perfectionner» le système électoral. Le rythme d’exécution de la promesse risque de ne pas arranger tout le monde.

 





TOUT L'UNIVERS JOURNALDUCAMEROUN.COM

DOSSIERS

Dossiers

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Forums
Petites annonces

Galeries

Photos