Diffamation: El Hadj Oumarou menace d'assigner en justice L’Ouragan Indépendant

Par Hervé Endong - 16/03/2012

Le maire de Nkongsamba 1er réfute les allégations contenues dans l’édition n°24 de février 2012, l’indexant comme relais de la secte islamique Boko Haram

 

Démenti
Dans son édition n°24 de février 2012, "L’Ouragan Indépendant" dont la périodicité n’est pas fixe, a révélé deux informations jugées assez graves contre le maire de Nkongsamba 1er, par ailleurs coordonnateur du Bureau de Gestion du Fret Terrestre (Bgft). D’abord, d’après le journal, El Hadj Oumarou serait le relais de la secte islamique Boko Haram au Cameroun. Ensuite, ce dernier aurait été entendu le 12 janvier 2012, par le Groupement de gendarmerie du Moungo. Morceaux choisis: El Hadj Oumarou serait le point de liaison, l’organe recruteur dans la région du littoral et spécialement dans le département du Moungo. Il serait de source policière un élément fondamental dans l’implantation et le recrutement des kamikazes de la secte Boko Haram. Certains indices auraient révélé le fait que cet homme influent dans la ville de Nkongsamba aurait des fréquentations douteuses, toutes choses qui feraient des rapprochements avec la secte Boko Haram.

 

© journalducameroun.com
El Hadj Oumarou, maire de Nkongsamba 1er
D’après le colonel Marcel Bilé Abessolo, commandant du groupement de gendarmerie du Moungo, il ne s’agit que de pure affabulation: Ces allégations dénuées de tout fondement, qui relèveraient des fantasmes sordides de son auteur en mal de sensations, dans la mesure où, ni au siège du groupement à Nkongsamba, ni dans une autre quelconque unité de gendarmerie placée sous ma responsabilité, encore moins par les soins d’une mission régulièrement et réglementairement commandée par ma hiérarchie, El Hadj Oumarou a été entendu par nos soins pour quelque raison que ce soit, écrit le colonel Marcel Bilé Abessolo.

Action en justice
Par conséquent, l’auteur assume l’entière responsabilité de ces affirmations tendancieuses, prévient le commandant. C’est pour cette raison qu’El Hadj Oumarou est résolument engagé à ester en justice. En dépit des excuses du journal L’Ouragan Indépendant. Ce n’est pas la première fois que le coordonnateur du (Bgft) et maire de la commune de Nkongsamba 1er, est la cible de la presse dite "à sensation". Mais, cette fois, ce journal est allé très loin, martèle El Hadj Oumarou. Malgré les conseils des proches, et surtout les supplications du rédacteur de l’article, Boule N. Sarah, le maire de Nkongsamba 1er est déterminé à ester en justice. Afin de laver son honneur bafoué et de restaurer la vérité.

 





TOUT L'UNIVERS JOURNALDUCAMEROUN.COM

DOSSIERS

Dossiers

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Forums
Petites annonces

Galeries

Photos