Afrique du Sud: Nouveau ballotage pour Jacob Zuma

Par Idriss Linge - 21/03/2012

L'opposition a finalement obtenu des juges de pouvoir consulter son dossier au sujet des accusations de corruption, au moment où il devenait président

 

L'opposition sud-africaine a obtenu mardi le droit de consulter le dossier ayant conduit à abandonner les poursuites pour corruption contre Jacob Zuma, avant son élection en 2009 et de pouvoir faire rouvrir cette affaire embarassante pour le président sud-africain actuel. Dans un jugement rendu à Bloemfontein, la Cour suprême d'appel a estimé recevable la demande du principal parti d'opposition, l'Alliance démocratique (DA). Elle a considéré que le classement sans suite des poursuites contre M. Zuma décidé le 6 avril 2009 pouvait parfaitement être contesté en justice au regard de la Constitution. La Cour a ainsi demandé au Parquet général de transmettre son dossier d'ici quatorze jours. Bien que les juges n'aient donné qu'une autorisation de la livraison d'une version réduite excluant les documents frappés du sceau de la confidentialité, du dossier, cette décision a été qualifiée de victoire démocratique par l'opposition. Pour des observateurs de la scène politique de ce pays, l'action de l'opposition a plus un caractère de pression. Sur le fond, elle ne remet pas en cause la décision prise en 2009 contre Monsieur Zuma, que les partisans n'hésitent pas défendre, qualifiant de bataille mineure, les prétentions de l'opposition.

 

© afriscoop.com
Pour le président Zuma, les enquêtes pour corruption sont devenues presqu'une routine
Pour le président Zuma, les enquêtes pour corruption sont devenues presqu'une routine. Lui s'est toujours déclaré être la victime d'un complot, tandis que l'opposition a toujours trouvé louche que les poursuites aient été abandonnées juste avant son élection. Il était soupçonné d'avoir sollicité, alors qu'il était vice-président du pays (1999-2005), des pots-de-vin auprès du groupe d'armement français Thales en échange d'une intervention pour éviter à l'industriel des ennuis judiciaires. Il avait été inculpé en décembre 2007 pour corruption, fraude et racket dans le cadre de l'enquête fleuve sur les multiples soupçons de corruption liés au contrat d'armement passé en 1999 par le gouvernement de l'ANC peu après la fin l'apartheid. Le Parquet général avait finalement retiré les charges contre le président Zuma trois semaines avant le scrutin présidentiel du 22 avril 2009, après avoir reçu la preuve qu'un des principaux enquêteurs avait manipulé la procédure à des fins politiques. L'Alliance démocratique avait protesté et promis d'utiliser tous les recours possibles pour éviter que le dossier ne soit complètement enterré. Elle espère aujourd'hui que la lecture du dossier permettra de savoir si son classement s'est décidé sur des bases rationnelles et légales ou sur la base des considérations politiques. Elle compte ensuite déposer un recours. Pourtant comme les actions précédentes, cet autre recours a peu de chance d'aboutir. Des experts de la politique sud-africaine affirment que le président Zuma bénéficie d'une base solide qui le met à l'abri de désagréments de cette sorte.

 





TOUT L'UNIVERS JOURNALDUCAMEROUN.COM

DOSSIERS

Dossiers

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Forums
Petites annonces

Galeries

Photos