Ngaoundéré: Une pluie torrentielle fait deux morts

Par Pascal Awana - 23/05/2012

Les deux jeunes victimes ont été entrainées par le torrent des eaux d’une rivière

 

La forte pluie qui a arrosé le sol de la cité capitale de la région château d’eau du Cameroun n’a pas fait que perturber la cérémonie marquant la célébration de la 40ème édition de la fête nationale de l’unité. Au quartier Sabongari América, c’est la consternation, là, le nommé Abdoul Karim père de Ibrahima et Mohamadou Laminou pleure à chaude larme, il vient de sortir de la rivière dite « soum-soum » non loin du chez lui, l’un des corps de ses deux fils. Interrogé sur les circonstances de ce décès, il raconte: « les enfants comme d’habitude vont jouer, et lorsque la pluie est arrivée, ils ont pris leur ballon et sont allés pendant que moi j’allais à la place de fête pour le défilé. Jusqu’à mon retour juste après la pluie, ils n’étaient pas rentrés, et c’est comme ça que je me suis mis à leur recherche ». La fouille du père des deux enfants le conduit droit sur une piste, celle de la probable noyade de ses fils. Le corps de Ibrahima 4 ans, entrainé par le torrent des eaux de la rivière a été retrouvé inerte proche du centre d’instruction des forces armées nationales (Cifan). La dépouille a été immédiatement portée en terre pour inhumation. Dans l’entourage proche de l’attristé, l’on apprend que le ballon des deux enfants se serait dirigé vers les eaux du flot. Et les gamins tentant de le rattraper s’y sont engouffrés et ont été emportés le long du cours d’eau.

 

© google-images.fr
Image d'illustration
La famille si durement frappée n’a pas eu le temps d’effectuer le deuil car, il faut avoir une idée nette de la situation de Mohamadou Laminou 6 ans, qui accompagnait au cours de cette triste journée son frère cadet. Aidé par le voisinage, les recherches se poursuivent dans tous les embranchements de cette rivière qui n’est pas à ses premières victimes. Il est de coutume qu’à chaque retour des pluies abondantes, « soum-soum » emporte des enfants pendant ce genre d’escapade et parfois même inonde une bonne partie du quartier Sabongari América. Ce qui a amené le maire de la commune de Ngaoundéré 1er à prendre des dispositions sécuritaires. Dispositions qui n’ont pas toujours apporté la quiétude dans les esprits des habitants de ce quartier. Le lit de la rivière dégagée par les populations riveraines s’est avéré dangereux. Les autorités administratives de la ville, informées, ont très vite pris le problème à bras le corps. Pour Abdoul Karim, ancien habitant de ce secteur, c’est un sort qui relève simplement d’un coup de malchance.

 





TOUT L'UNIVERS JOURNALDUCAMEROUN.COM

DOSSIERS

Dossiers

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Forums
Petites annonces

Galeries

Photos