Retournement: La fille d’Ahmadou Ahidjo rejoint le RDPC

Par Kpoumie Ahmed - 09/09/2013

Elle a indiqué vouloir mettre sur la table des discussions les concepts de réconciliation et justifie sa position par sa volonté de rentrer dans un parti dirigé par un sage

 

Amina Ahidjo, fille du premier président du Cameroun indépendant (1960-1982,) a officiellement rejoint les rangs du Rassemblement démocratique du peuple Camerounais (RDPC) du président Paul Biya le 6 septembre 2013. Une décision rendue publique après qu’elle ait rencontré le secrétaire général de ce parti. A sa sortie d’audience avec Jean Kuete, elle a expliqué avoir été marquée par la vision du Président Paul Biya, qui dirige Cameroun avec sagesse et efficacité, ce qui l’a persuadé à rejoindre le party. Elle a aussi ajouté que son geste était un signe de gratitude à l’endroit de celui qui s’est montré chaleureux lorsqu’elle a annoncé son désir de retourner au Cameroun. Le président Biya que je considère comme mon père m'a permis de revenir dans mon pays et retrouver ma citoyenneté camerounaise, a-t-elle fait savoir, ajoutant que son avenir immédiat serait marqué par la loyauté et un soutien sa faille au président. Un président qu’elle servirait désormais fidèlement. Le président Paul Biya est un homme de paix, qui possède une force de ralliement et est un humaniste qui cherche le progrès et le bien-être des tous les Camerounais a-t-elle fait savoir. Au sein du RDPC, très peu de ralliement ont mobilisé autant de cadre. Ils étaient tous là pour accueillir la fille de l’ancien président.

 

© The Spark
La fille d’Ahmadou Ahidjo rejoint le RDPC
La nouvelle militante devrait se rendre à Garoua le 15 septembre pour le lancement de la campagne électorale avec le vice-président du sénat sa majesté Aboubakari Abdoulaye. Son message de campagne devrait surtout porter sur le pardon et la réconciliation. Dans la presse de nombreux articles parlent déjà d’une campagne de séduction à l’endroit de grande partie septentrionale du Cameroun, zone dont était originaire Ahmadou Ahidjo. D’autres médias proches du pouvoir comme le magazine « The Spark », parle d’un choix délibéré de la part d’une femme indépendante, cultivée. Pourtant le discours sur la réconciliation ne semble pas le pertinent. Les personnes dont la venue d’Amina Ahidjo au RDPC pourrait combler l’absence, n’étaient pas les plus apprécié de la région du nord, quoiqu’étant les plus influentes. Dans le même sens, il est difficile dans un nord équitablement occupé par les musulman, les animistes et les chrétiens d’une part, et par les peuhls et les autres d’autre part de parler réconciliation. L’ancien président Ahidjo régnait d’une main forte notamment dans la région, mais n’était pas forcément apprécié de tous, de fortes personnalités de ces parties du pays s’étant retrouvé en prison durant son règne. Les contours de ce ralliement de la fille du défunt président serait-il un pas de plus vers le désir du président Biya de réparer des torts et de se faire bonne conscience, seul l’évolution de l’histoire permettra de le savoir. Trop peu d’éléments officiels et publics permettent d’argumenter aujourd’hui.

 





Agenda - événements

Sensual Tropical
La nuit des étoiles

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUCAMEROUN.COM

DOSSIERS

Dossiers

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Forums
Petites annonces

Galeries

Photos