Economie: Une zone diamantifère découverte au Cameroun

Par Idriss Linge - 29/05/2009

Le ministre en charge des Mines en a donné confirmation à l’occasion d’une conférence de presse

 

La bonne nouvelle n’a pas dérogé à la règle, elle ne s’est pas cachée trop longtemps. Mais c’est quand même de la Corée que l’information a été donnée pour la première fois en public. C’est désormais officiel, un très important gisement de diamant a été découvert dans la région de l’Est par la société coréenne C&K Mining. Selon le site internet makea-world.com qui a repris cette information, il s'agit d'un gisement d'une valeur de 768 millions de carats. D’après ce site qui cite le journal Korean Times basé à Séoul, la découverte a été faite par une équipe de géologues dirigés par le professeur Kim Won-Sa, un éminent scientiste de la Chungnam Université. Et les réserves diamantifères ainsi découvertes dans les petites localités de Mobilong et Limokoali sont ainsi estimées à près de 5 fois la production annuelle mondiale du moment. Cette découverte si elle s’avère conforme aux réalités de l’exploitation pourrait faire du Cameroun le premier pays producteur de ce métal précieux.

 

© www.7sur7.be
L’information telle que relayée par de nombreux médias faisait état du fait que l’exploitation avait commencé et les répartitions faite. Ces médias auraient effectivement rapporté que le professeur Kim Won-Sa qui a effectué la découverte, aurait laissé filtrer que Si les diamants sont extraits en grande quantité, ils seront emmenés en Corée, pas seulement pour être manufacturés ou répondre à la demande locale, mais aussi pour être exportés. Le ministre Badel Ndanga Ndinga s’est dit surpris par cette sortie médiatique. La société C&K Mining est bénéficiaire d'un permis d'exploration dans cette zone. De l'annonce qui a été faite à la réalité, il y'a encore un long chemin à parcourir. Dans cette information qui a été relayée et que j'ai lue, il y'a aussi un peu d'intoxication, parce qu'on a parlé de la répartition de 20%. Ce qui est complètement faux. La société C&K Mining n'est qu'à la phase de recherche, de prospection, a-t-il affirmé. Le ministre en charge des Mines soutient ainsi que la phase d'exploitation n'est pas encore d'actualité et ne viendra qu'avec la négociation d'une convention minière et la signature d'un décret du chef de l'Etat.
Cette dernière affirmation du ministre semble être la plus proche de la vérité, car dans le korea time, le professeur Kim affirme en deux temps que cette exploitation pourrait débuter en cette année 2009, après éventuellement qu’il ait rencontré le chef de l’Etat, ce qui n’a pas encore été fait. D’un autre coté il a montré son intérêt pour l’implantation d’une filière de bijouterie locale de grande envergure, ce qui serait sans doute d’une très grande importance pour l’emploi.

Mais déjà, certains observateurs accueillent cette nouvelle avec beaucoup de circonspection. Ils gardent en effet toujours à l’esprit la réalité du Congo Kinshasa, de la RCA et de l’Angola ou la présence du diamant a attisé de nombreuses convoitises qui ont débouché sur des instabilités complexes. La préoccupation est d’autant plus pertinente que le gouvernement n’a pas expressément mentionné son adhésion au Processus de Kimberly, préalable théoriquement incontournable pour toute exploitation licite du diamant dans le monde. Et qui vise à assurer la traçabilité des diamants qui circulent sur les places commerciales mondiales, afin d'empêcher que les retombées de ces pierres précieuses ne servent à financer des guerres sur la planète.






TOUT L'UNIVERS JOURNALDUCAMEROUN.COM

DOSSIERS

Dossiers

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Forums
Petites annonces

Galeries

Photos