Des Camerounais seront présents au Festival du film panafricain de Cannes

Par Emile Zola Ndé Tchoussi - 16/04/2014

Eitel Basile Nguangue, le président de cette manifestation, déroule le programme de l’édition 2014, qui se tient du 23 au 27avril prochain

 

Comment définissez-vous le festival international du film panafricain de Cannes, rendu cette année à sa 11ème édition ?
Le festival international du film panafricain de Cannes est une plateforme d’exposition du Cinéma et de ses métiers, des arts et des savoir-faire, mais également de l’innovation, de la culture et de l’événementiel. Moteur de développement de l’industrie du cinéma et des arts panafricains, le festival recherche en permanence des solutions spécifiques au développement du cinéma et des arts panafricains. Cette année, il aura lieu du 23 au 27 avril 2014.
Avec un marché panafricain en plein essor (de l’Afrique aux Amériques en passant par les caraïbes, l’Europe et l’Asie), le festival bénéficie d’une expertise pour le développement des affaires culturelles. Le festival international du film panafricain offre un soutien au développement de nos projets et savoir-faire dans leur accompagnement. Nous sommes au cœur de la diffusion et de la promotion des films, de la mode, de la musique, du livre etc. En somme, le festival international du film panafricain est un espace pour entretenir, renforcer, développer les partenariats.

Pourquoi avoir créé un tel festival, alors qu’il y a déjà plusieurs initiatives allant dans le même sens?
Le festival international du film panafricain est assez différent de ce qui se passe ailleurs. C’est un rendez-vous culturel dans toute sa diversité. J’ai créé le festival international du film panafricain pour montrer l’unité, la communauté universelle dans la diversité. Pour moi la méconnaissance de l’autre est source de conflit, et le cinéma est un bel outil pour enseigner la beauté et la tolérance. Mon idée était de montrer qu’à partir du concept qui semble a priori réservé à une communauté spécifique on y découvre le monde entier.
Le festival international du film panafricain est un moment, une expérience unique ou le cinéma panafricain et les cultures africaines ainsi que celles de sa diaspora à travers le monde sont à la disposition de tous. C’est une énergie exceptionnelle. Pour définir le festival international du film panafricain nous préférons laisser le soin à ceux qui ont vécu l’expérience du festival d’en parler à notre place.

Y a t-il des innovations pour l’édition 2014?
Après 10 ans d’existence, le festival international du film panafricain de Cannes associe désormais à ses activités de projection un marché. Le salon panafricain est un lieu où les métiers du cinéma se déclinent. Le cinéma a l’avantage d’être un art qui regroupe presque toutes les autres activités artistiques. On trouve dans le cinéma, la performance d’acteurs, la musique, la photo, la beauté, l’esthétique, la mode, le livre…

 

© Journalducameroun.com
Eitel Basile Nguangue Ebellé, le fondateur du festival du film panafricain de Cannes
Le Cameroun sera-t-il représenté à cette 11ème édition ?
Au niveau de la programmation, il y aura certains films qui pourront intéresser les Camerounais, comme Waka. C’est l’histoire d’une femme prostituée, qui est mère d’un petit garçon le jour et se prostitue la nuit. Ce film sera au programme du festival. Au-delà du cinéma, Maxwell Canvall, réalisateur franco-camerounais sera membre du jury du festival. Le festival reçoit également d’autres Camerounais comme Jeffrey Mpondo, qui est un musicien auteur-compositeur qui a interprété plusieurs bandes originales des films de World-Disney et compositeur de plusieurs titres à succès. C’est lui qui ouvrira le festival. Il y aura également la chanteuse Eddy Berthy qui vit au Cameroun, programmée à un concert ; la styliste Donatela, qui présentera sa nouvelle collection. Il faut également souligner, en 2014, la création du « Dikalo Award » spécialement réservé au vidéo clip ; l’ouverture d’une section «le monde à l’écran» réservée aux réalisateurs du monde entier et l’association du festival d’un salon professionnel ouvert au public.

Y a-t-il un objectif précis que vous voulez atteindre ?
Notre objectif est de valoriser l’économie du cinéma panafricain. D’ici à quelques années, le marché des arts panafricains va générer des sommes considérables. Nous sommes déjà demain. Le potentiel est énorme pour mettre en lumière cet idéal. Un «rêve actif» qui fait de l’Africain et de sa diaspora ce qu’elle est aujourd’hui. Cela a été le véhicule de Mandela, il est celui d’Obama et de bien d’autres. Le panafricanisme est un concentré de l’universalisme. Il a toutes lumières, celle de l’Egypte antique et celle de l’avenir du monde. En somme, la beauté en permanence.

Si vous deviez résumer l’édition 2014…
50 films seront projetés en cinq jours, du 23 au 27 avril 2014. Il y aura cinq concerts de musiques, des shows cases, quatre cocktails dinatoires, un diner gala. Il y aura également des conférences débats et plusieurs expositions. Nous attendons environ 5000 visiteurs. Cinq jours de fête à Cannes ne se refusent pas.


A savoir

  • Festival du film panafricain de Cannes
  • Président-fondateur: Eitel Basile Nguangue Ebellé
  • 11ème édition: Du 23 au 27 avril 2014 à Cannes


TOUT L'UNIVERS JOURNALDUCAMEROUN.COM

DOSSIERS

Dossiers

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Forums
Petites annonces

Galeries

Photos