Tennis de table: Le tournoi international de Yaoundé bat son plein

Par Sandrine Gaingne - 09/08/2009

Une vingtaine de pongistes s’affrontent depuis ce 8 août au palais polyvalent des sports de Yaoundé.

 

Dans la perspective de la prochaine coupe d’Afrique des nations de la compétition, la fédération camerounaise de tennis de table prépare ses athlètes. C’est à la faveur d’un tournoi international qui regroupe des pongistes des catégories seniors messieurs et dames. Outre les athlètes camerounais, l’on note la présence d’athlètes de plus de sept pays étrangers qui viennent pour la plupart du Congo Brazzaville, de la RDC, du Nigeria, de l’Algérie et de l’île Maurice. Les 12 joueurs engagés dans la catégorie senior messieurs ont été repartis dans deux poules de 6 chacune, selon leur classement africain actuel en utilisant la formule du serpent. Au terme des matchs de poule, les deux premiers de chaque poule disputeront les demi-finales croisées. Les perdants pour les demi-finales joueront des matchs de classement pour la 3ème et 4ème place. Ensuite se poursuivront les matchs de classement pour la 5ème, la 6ème, la 7ème, la 8ème, la 9ème, la 10ème, la 11ème et la 12ème place.

Quant aux dames, elles sont logées sous la forme d’un championnat dans la même poule. Ici, les rencontres sont organisées d’après le classement africain de chaque joueuse. A l’issue de la compétition, la première sera déclarée championne.

 

© www.easykado.com
Problèmes organisationnelles
Si le palais polyvalent des sports offre des infrastructures adéquates à la pratique du tennis de table, l’on ne peut manquer de noter, pour le regretter le fait que ce sont les athlètes eux-mêmes qui fassent offices de ramasseurs de balle. Une image insolite quant on sait que sous d’autres cieux, cette tâche revient à d’autres personnes et non aux joueurs. Egalement dans ce chapelet de ratés, notons le manque d’engouement que suscite cette compétition à vocation internationale. Au premier jour des compétions, ce n’est vraiment pas la grande mobilisation. Les gradins sont désespérément vides, à peine une centaine de spectateurs ont fait le déplacement, malgré l’accès pourtant gratuit du site. Un cliché assez rocambolesque pour une discipline sportive qui compte plus de 300 licenciés au Cameroun.

Le manque de communication et de médiatisation autour de l’évènement donne à ce rendez-vous sportif, l’image d’une compétition anodine. Une défaillance qui démontre à suffisance l’impérieuse nécessité pour certaines de nos fédérations sportives de mettre l’accent sur le marketing sportif. On ne le dira jamais assez, le sport comme la musique où le tourisme ne peuvent drainer des foules et rapporter des devises que si l’on consent enfin à savoir vendre ces évènements qui sont de véritables marchandises culturelles.





TOUT L'UNIVERS JOURNALDUCAMEROUN.COM

DOSSIERS

Dossiers

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Forums
Petites annonces

Galeries

Photos