Cameroun: Plus de 600 candidats à l’assaut du Concours d'entrée à l'ESSTIC

Par Karine Ekoum'Enioc (Stagiaire) - 15/09/2009

Le concours d'entrée en 1ère année division II de l'ESSTIC s'achève ce jour au campus de l'université de Yaoundé I

 

662 candidats aux portes de l'ESSTIC
Ce sont 662 candidats au total, camerounais et étrangers qui se sont présentés aux portes de l'École supérieure des sciences et techniques de l'information et de la communication. Répartis sur cinq filières à savoir, journalisme, publicité, relations publiques, édition et documentation, les candidats ont été soumis aux deux traditionnelles épreuves écrites à savoir, l'épreuve de synthèse de dossiers et celle de culture générale. Au terme de la première, impossible de décerner quoi que ce soit sur le visage des candidats, même pour ceux qui ont trouvé le sujet un peu difficile. Danièle M. candidate pour la filière journalisme affirme que le sujet était un peu compliqué, elle ajoute que le temps imparti à savoir 3 heures, n'était pas assez pour comprendre et traiter le sujet convenablement.

La filière journalisme se taille la part du lion
Comme chaque année, c'est la filière journalisme qui est la plus sollicitée, avec 320 candidats. Le journalisme, une filière qui a toujours été très prisée par les jeunes camerounais. C'est d'ailleurs celle qui offre le plus de place; 45 places, soit 15 de plus pour la filière relations publiques, et 20 de plus pour les autres filières en lice. Yves Léon est candidat pour la filière journalisme. J'adore le journalisme, pour moi c'est le plus beau métier du monde; C’est mon rêve. Ce qui n'est pas de l'avis de guillaume, lui aussi candidat en journalisme. Il affirme que l'ESSTIC est son dernier recours.

 

© Journalducameroun.com
une vue de l'amphi pendant l'épreuve écrite
Une dégradation de l'image mais l'école reste prestigieuse
Même si le concours d'entrée à l'ESSTIC reste l'un des plus accourus au Cameroun, on constate tout de même, une dégradation de l'image prestigieuse que reflétait l'ESSTIC lorsqu'elle était encore appelée École supérieure internationale de journalisme. Le nombre de postulants a considérablement baissé, l'on compte en moyenne chaque année, près de 300 candidats toute filière confondus. Révolus donc cette époque de l'ESIJ où l'on enregistrait près de 3000 candidats sur la liste de départ. La qualité de l'enseignement fait également problème. Les formateurs sont moins sérieux, souvent absents à cause de leurs multiples responsabilités professionnelles. L'on note également une absence de communication entre l'administration et les étudiants, mais aussi et surtout l'arrêt de l'intégration de ses produits dans la fonction publique.

Les futurs étudiants de l'ESSTIC gardent espoir
Même si pour le moment rien n'est dit par les autorités, les futurs étudiants de l'ESSTIC gardent le sourire et l’espoir d'acquérir durant les trois prochaines années, une formation en communication et d'en sortir avec un diplôme qualifiant. Yves Léon souligne que Même si je ne suis pas intégré a la fin de ma formation, au moins j'aurai le plaisir de dire je suis journaliste en temps que tel, je pourrai chercher du travail tout seul, pas forcément dans les médias publiques, le secteur privé commence à exploser, il faut bien des journaliste pour y travailler. Pour le moment il faut d'abord être admis à l'ESSTIC, les épreuves orales ont débuté ce 15 septembre matin, les résultats seront connus dans trois semaines environ.

 



A savoir

  • Dates du concours: 14 & 15 septembre 2009


Agenda - événements

Sensual Tropical
La nuit des étoiles

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUCAMEROUN.COM

DOSSIERS

Dossiers

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Forums
Petites annonces

Galeries

Photos