Le Cameroun a célébré les Douanes dans la controverse

Par Idriss Linge - 27/01/2010

Le système de géo localisation par satellite (GPS) est indexé dans le retard d’un projet pétrolier au Tchad

 

Le Cameroun a conclu sa semaine d’activité marquant la célébration de la journée internationale des douanes. Le lancement des festivités a eu lieu lundi 18 janvier à Douala. Une cérémonie présidée par le Secrétaire général de la région du Littoral, en présence de la Directrice des douanes Minette Libom Li Likeng, des acteurs et intervenants de la chaîne logistique des transports et les entreprises entre autres. Thème retenu cette année, Douanes et entreprises: améliorer la performance par le partenariat. Une célébration que l’administration douanière camerounaise a vécu dans la controverse. Les objectifs de la modernisation tardent à se concrétiser et les procédures de dédouanement ou de transit restent très difficiles et pénibles pour les usagers.

Le Tchad se plaint du GPS
Vendredi 22 janvier 2010 une délégation tchadienne conduite par Mahamat Hassan le ministre tchadien du Pétrole, est venu faire part de son inquiétude quant aux conséquences du dysfonctionnement du système de géo-localisation par satellite (GPS) de la douane camerounaise. Nous avons fait le constat que les camions qui doivent acheminer le matériel, prennent plus de temps qu’il n’en faut pour rallier N’Djamena a déclaré d’emblée le ministre ajoutant que selon les informations transmises, c’est le nouveau système de localisation mis en place par la douane camerounaise qui est la cause de ces retards. Interpellée sur la question, la Directrice générale a écarté toute responsabilité liée au GPS, la renvoyant sur la mauvaise foie des différents acteurs et intervenants de l’opération. Laquelle se matérialise par un manque de coordination entre les commissionnaires en douanes et les transporteurs.

 

© copem-transit.com
Logo des douanes camerounaises
S’adapter à la modernité
Une déclaration qui surprend les observateurs. Au mois de novembre 2009, la Directrice générale a effectué une visite de travail à N’Gaoundéré, la ville transit du Cameroun dans la région de l’Adamaoua. Les acteurs ont formulé en cette circonstance de nombreuses plaintes. Il y a certes les résistances de certains partenaires et des douaniers à adopter le Nexus Cameroon Custom GPS parvenu à la direction des douanes. Mais la gestion du système souffre en elle-même de nombreuses failles. La première est tout d’abord infrastructurelle. L’itinéraire des points de vérification passe parfois sur des voies délabrées obligeant les chauffeurs de camions à rester longtemps stationnés, faute de pouvoir prendre un chemin de contournement. A cela s’ajoute parfois l’indisponibilité du matériel et les lourdeurs administratives.

Le défi des Accords de Partenariats Economiques
Autre défi majeur des douanes camerounaises, celui de l’entrée en vigueur des Accords de Partenariats Economiques. Depuis le 1er janvier dernier, le Cameroun est entré dans la phase de l’accord d’étape, qui le conduira vers un accord définitif. Une récente étude de l’administration douanière et du Groupement inter patronal du Cameroun (GICAM) indiquait que la douane camerounaise pourrait perdre en moyenne 100 milliards de francs CFA par an en raison de l’application des APE. Selon des experts, les Douanes camerounaises ne se sont pas suffisamment préparées à cette mutation. D’un autre côté, même si on n’en parle pas assez, la lutte contre les produits illicites ou hors normes, reste un défi. En fin d’année 2009, le phénomène des faux médicaments a animé les débats autant que celui du carburant frelaté et importé d’un pays voisin. Aujourd’hui les douanes veulent être proches des entreprises. Depuis 2009, elles procèdent à une véritable opération de marketing auprès de ces dernières. En juin 2009 a été mis sur pied un comité de promotion d’éthique et de gouvernance créé au sein de la Direction des douanes. Pour de nombreux usagers, la douane camerounaise présente une image marquée par la corruption. Dans le baromètre mondial de la corruption en 2004, la douane a partagé la première place des secteurs les plus corrompus au Cameroun avec la police; puis a occupé la deuxième place l’année suivante. C’est pourquoi l’administration douanière choisit de s’ouvrir afin de permettre une collaboration plus franche et à la hauteur des mutations à venir.

 





Agenda - événements

Sensual Tropical
La nuit des étoiles

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUCAMEROUN.COM

DOSSIERS

Dossiers

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Forums
Petites annonces

Galeries

Photos