Bangkok: Un camerounais Disc-Jockey et engagé

Par Idriss Linge - 30/04/2010

Charly Templar est d’origine camerounaise et se caractérise par des animations musicales qui invitent à partager la paix avec l’autre

 

Le DJ humanitaire
Son vrai nom est Charles Roger Mbouti, et pour ses milliers de fans asiatiques, Charly T. Dans les boites de Bangkok, c’est un homme de message qui a su s’imposer comme un des meilleurs animateurs ou Disc-jockey (Dj) de la grande ville Thaïlandaise. Dans mon esprit je me dis que lorsque les gens sortent de la boite de nuit il faut qu’ils aient une valeur ajoutée autre que les oreilles assourdies a-t-il confié à Journalducameroun.com. Son expérience avec la précarité lui a fait prendre conscience très tôt de la nécessité de profiter pleinement de chaque jour qui passe. Je ne m’inquiète de rien parce que j’ai géré trop de stress lorsque j’étais plus jeune. J’ai appris à composer avec la difficulté, aime-t-il à dire. Aujourd’hui, son message et son ouverture d’esprit lui ont ouvert les portes de la grande ville de Bangkok. Son style d’animation a à voir avec un mélange de couper-décaler africain, de Makossa et de beats urbains thaïlandais. Cela captive de nombreuses personnes, généralement jeunes.

 

© Journalducameroun.com
Aller au secours du maximum de personnes
Charly T possède un franc parlé et un fort tempérament. Pendant cinq ans, il a été formateur pour les jeunes recrus du Corps de la Paix américain à Douala, la capitale économique du Cameroun. Son CV est encore plus costaud. Il est le responsable Afrique de l’organisation non gouvernemental Développement sans frontières. Il a appris ainsi à contribuer à sa manière, à la lutte contre la distinction des genres, la pauvreté des jeunes et le VIH/SIDA. Lorsqu’il quitte son pays (le Cameroun) en 2007, son ambition est de contribuer aux efforts d’atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement à l’échelle mondial. En quittant mon pays, je suis devenu un citoyen du monde aime-t-il à dire. Chez lui seul le football (sa passion), et la famille prennent plus d’importance que ses priorités. Je me lève parfois au milieu de la nuit pour préparer un sampler affirme-t-il. Toutes ces qualités mises ensemble, on comprend mieux pourquoi le style de Charly a réussi à réunir beaucoup d’adeptes.

 

© Journalducameroun.com
Nouvelles aventures australiennes
L’homme ne refuse rien tant que cela l’aide à réaliser son rêve: être au service des autres. Il y a quelques semaines, il a terminé son contrat d’enseignant et de Dj à Bangkok. Aujourd’hui, il poursuit l’aventure en Australie pour trois mois de volontariat au service des Réfugiés (Népal- Éthiopie -Soudan - Sri Lanka - Myanmar...) pour un programme de réhabilitation et de réinsertion dans la société australienne. Mais tous les week-ends, il fait des animations, histoire de véhiculer ses idées. Son anecdote, il l’a vécu récemment. Pour une fois, il est arrivé dans une ville où il n’y a pas de Camerounais. Je suis allé au consulat du Cameroun pour savoir s’il y avait des Camerounais ici. Grande a été ma surprise de voir que le consul est un Australien âgé qui a habité au Cameroun il y a un peu plus de 10 ans. Il a scellé une relation avec notre gouvernement afin de permettre aux Australiens et autres habitants de l’hémisphère Sud de voyager vers le Cameroun pour des raisons touristiques ou autres... Il n’y a pas vraiment de concitoyens ici hors mis de très nombreux Soudanais, Éthiopiens arrivés ici avec le statut de réfugiés comme bons nombres d’immigrés, a-t-il déclaré lorsqu’on lui a posé la question.




TOUT L'UNIVERS JOURNALDUCAMEROUN.COM

DOSSIERS

Dossiers

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Forums
Petites annonces

Galeries

Photos