Cameroun: Décès de Ferdinand Léopold Oyono

Par Idriss Linge - 10/06/2010

L’homme de lettres et haut commis de l’Etat est décédé ce jeudi alors qu’il sortait du diner offert par le chef d’Etat à Ban Ki Moon

 

Circonstances non élucidées
C’est une grosse surprise, la visite du secrétaire général de l’Organisation des Nations unies a été endeuillée par la mort de Ferdinand Léopold Oyono, ancien ministre, ancien ambassadeur et homme de lettres. Selon les premières informations, il a été pris d’un malaise à la sortie du déjeuner d’Etat offert par le président camerounais Paul Biya à Ban Ki Moon. Les circonstances exactes de sa mort restent non encore identifiées. Dans son discours face aux députés camerounais, le secrétaire général Ban a adressé ses condoléances à la nation camerounaise pour la perte d’un haut fonctionnaire, et d’un grand ambassadeur. Alors qu’il était ministre de la culture, de nombreuses rumeurs courraient sur son état de santé. Depuis sa sortie du gouvernement, il s’était fait discret de la scène politique et publique.

 

© Europa.eu
Ferdinand Oyono, 15 mai 2004
Auteur de plusieurs œuvres littéraires
Les personnes de la génération des années 80 le connaissent plus à travers une de ses œuvres qui a été longtemps inscrite dans les programmes scolaires au Cameroun, « Le vieux nègre et la médaille ». Publié en 1956, l’ouvrage se concentre sur la date symbolique du 14 juillet, fêtée dans un district éloigné. Ce jour-là, Meka, qui a donné du terrain aux missionnaires pour leur église et dont les deux fils sont morts à la guerre, est d'abord heureux d'être honoré par une médaille de reconnaissance de la France à laquelle tous ses proches applaudissent. En deux jours, après une cérémonie qui tourne au grand guignol et une nuit d'humiliation, le vieil homme prend conscience que ce 14 juillet n'est en fait qu'une mise en scène hypocrite des pouvoirs coloniaux qui parlent d'amitié en maintenant une stricte exclusion des colonisés. La solidarité africaine qui l'entoure à la fin du roman constitue un contrepoint politique et, avec la fierté retrouvée du peuple colonisé, une réponse à la colonisation des Blancs.

Le Cameroun perd un haut fonctionnaire
Il a aussi écrit deux autres livres, Une vie de boy publié en 1956 et Chemin d'Europe, publié en 1960. Ferdinand Léopold Oyono qui est décédé ce jour, est né le 14 septembre 1929 à Ebolowa dans l'actuelle région du Sud. Il poursuit au lycée de Provins, en France, des études commencées au lycée de Yaoundé. Il réussit ensuite des études supérieures de droit à la Sorbonne avant d'entrer à l'École nationale d'administration (ENA) de Paris en section diplomatique. Il débute en 1959 sa carrière de haut fonctionnaire avant de devenir ambassadeur du Cameroun dans divers postes (auprès des Nations unies à New York, en Algérie, en Libye, en Grande-Bretagne et en Scandinavie). À partir de 1987 il participe à de nombreux gouvernements de son pays et assure la charge de différents ministères comme les Affaires étrangères ou la Culture. Il restera à jamais connu à travers son œuvre majeure,vieux nègre et la médaille. Les productions romanesques de Ferdinand Léopold Oyono ont été traduites dans une dizaine de langues: anglais, allemand ,irlandais, danois, espagnol, italien, russe, tchèque, suédois, yougoslave

 



A savoir

  • Il est né en 1929 à Ebolowa
  • Il poursuit au lycée de Provins, en France, des études commencées au lycée de Yaoundé. Il réussit ensuite des études supérieures de droit à la Sorbonne avant d'entrer à l'École nationale d'administration (ENA) de Paris en section diplomatique.
  • Il débute en 1959 sa carrière de haut fonctionnaire avant de devenir ambassadeur du Cameroun dans divers postes (auprès des Nations unies à New York, en Algérie, en Libye, en Grande-Bretagne et en Scandinavie).
  • À partir de 1987 il participe à de nombreux gouvernements de son pays et assure la charge de différents ministères comme les Affaires étrangères ou la Culture
  • Père de trois enfants.
  • Grand Officier de la légion d’Honneur (France, décoré par le président Chirac)
  • Grand Officier de l’Ordre de la Pléiade (France)
  • Chevallier des Arts et des Lettres (France, décoré par André Malraux)
  • Grand Cordon de l’Ordre de Léopold Premier (Belgique)
  • Grand Cordon de la couronne (Belgique)
  • Grand Cordon de l’Ordre du Chêne (Luxembourg)
  • Grand Officier de l’Ordre Is cham ( Maroc)
  • Grand Cordon de l’Ordre de la Rédemption africaine.
  • Grand Officier de l’Ordre de la Valeur camerounaise


TOUT L'UNIVERS JOURNALDUCAMEROUN.COM

DOSSIERS

Dossiers

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Forums
Petites annonces

Galeries

Photos