Opinions › Tribune

Aux Valentines et Valentins Africains

Par François Zoomevele Effa

Bonne Saint Valentin à vous, amoureux africains, qui célébrez cette fête qui vous ressemble tant!

Comme bon nombre de ces saints, et saintes qui ne sont et ne seront jamais africains, il va s’agir comme d’habitude de singer des traditions et coutumes « civilisĂ©es » de vos ancĂŞtres gaulois.

BientĂ´t, des Ă©rudits au long crayon menteur comme notre Fameux Ndongo vont soutenir des thèses selon lesquelles Adam et Eve, les premiers amoureux bibliques, et les autres RomĂ©o et Juliette, Paul et Virginie… Ă©taient des Nègres, et que fĂŞter la saint valentin serait un bon retour des choses dans leur authenticitĂ©!

Alors, sans vouloir vous frustrer Valentines et Valentins africains, je pense que cette cĂ©lĂ©bration que nous singeons comme tant d’autres d’ailleurs va surtout faire le bonheur des tiroir-caisses des commerçants et organisateurs des autres activitĂ©s lucratives au nom de l’amour et des amoureux. Elle va continuer Ă  nous soumettre Ă  des coutumes de consommation Ă  l’occidental, dans lesquelles nous perdons de plus en plus notre âme culturelle.

Alors que faire, dirons quelques-uns ? Va-t-il s’agir d’adapter Ă  l’africaine cette fĂŞte comme nous faisons avec quelques cĂ©lĂ©brations chrĂ©tiennes, par exemple mettre dans les crèches un enfant JĂ©sus noir, remplacer le sapin par un bananier, acheter un sapin en plastique, ou carrĂ©ment faire venir un authentique sapin de noĂ«l de France!!!

Il ne s’agit pas de rejeter en bloc toutes ces manifestations de la mondialisation, mais de rĂ©flĂ©chir en les mettant en pratique, et voir si nous ne nous avilissons pas par des actes dans lesquels le ridicule s’installe. Je pense aux perruques blondes qu’arborent certains juges et magistrats nègres dans certains pays africains, je pense Ă  la façon de cĂ©lĂ©brer le 8 mars, journĂ©e mondiale de la femme, quand certaines singent les travers de leurs mâles, se soĂ»lant Ă  outrance, soulevant les «kabas» qui n’ont plus rien Ă  voir avec le noble « Ngondo »…

Il y a, chers amoureux africains, dans l’histoire de nos civilisations, des fĂŞtes de l’amour et de la fĂ©conditĂ©, des fĂŞtes de moissons et de rĂ©coltes, il y a des manifestations très africaines et Ă  l’africaine, des initiations spĂ©cialisĂ©es qui ont des sens, des valeurs et des portĂ©s qui vous ressemblent, et qui nous rassemblent.

C’est vrai qu’il faut tenir compte de l’Ă©volution de la sociĂ©tĂ©, mais c’est Ă  nous de faire cette Ă©volution, de l’adapter Ă  notre rĂ©alitĂ©. Je ne crois pas que des manifestations comme la «gay pride » ou le mariage pour tous, bien que très tendance en occident, soient des valeurs dans lesquelles se reconnaissent les sociĂ©tĂ©s africaines.


Les amours Ă  l’africaine ont certainement un sens, mais pas le sens qu’on leur impose aujourd’hui. La pudeur Ă©tait une valeur essentielle, qui n’enlevait rien Ă  la valeur profonde de ce sentiment. En copiant les pratiques occidentales et les Ă©rigeant comme modèles, nous sommes arrivĂ©s Ă  des aberrations, en perdant de vue que leurs valeurs matrimoniales battaient de l’aile. Alors comme au cinĂ©ma, comme Ă  la tĂ©lĂ©vision ou comme on voyait faire les colons blancs et les «expatriĂ©s» actuels, on s’embrasse sur la bouche publiquement, et mĂŞme devant les parents et les enfants.

On sodomise, on homosexualise, il est de bon ton chercher son partenaire sexuel ou amoureux dans les petites annonces du chasseur français de Amina et autres revues, mieux, le web et les cyber-cafés pour de petites et grandes exhibitions pornographiques, vive face book!!!

A cette allure, bientĂ´t, vous allez aussi chercher Ă  faire vos rencontres amoureuse par de petites annonces et sur des sites spĂ©cialisĂ©s africains, -«ça fait tendance tonton »- me direz-vous. Ce qui fait tendance dans l’amour Ă  l’africaine, c’est ce socle familial et communautaire qui fait que votre bonheur est un peu celui de tous, que nous partageons quand vous venez donner votre dote, la vraie symbolique et non la dote escroc. Alors dès qu’un voisin entendra les pleurs d’une femme qui pleure de bastonnade, il interviendra comme dans le temps, et Bob Marley continuera de chanter –«No woman no cry» -, et je continuerai Ă  vous dire Ă  tous BONNE FETE LES AMOUREUX.

François Zoomevele Effa.

Journaludcameroun.com)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

Ă€ LA UNE
Retour en haut