Personnalités › Jeunes talents

Bangkok: Un camerounais Disc-Jockey et engagé

Charly Templar est d’origine camerounaise et se caractĂ©rise par des animations musicales qui invitent Ă  partager la paix avec l’autre

Le DJ humanitaire
Son vrai nom est Charles Roger Mbouti, et pour ses milliers de fans asiatiques, Charly T. Dans les boites de Bangkok, c’est un homme de message qui a su s’imposer comme un des meilleurs animateurs ou Disc-jockey (Dj) de la grande ville ThaĂŻlandaise. Dans mon esprit je me dis que lorsque les gens sortent de la boite de nuit il faut qu’ils aient une valeur ajoutĂ©e autre que les oreilles assourdies a-t-il confiĂ© Ă  Journalducameroun.com. Son expĂ©rience avec la prĂ©caritĂ© lui a fait prendre conscience très tĂ´t de la nĂ©cessitĂ© de profiter pleinement de chaque jour qui passe. Je ne m’inquiète de rien parce que j’ai gĂ©rĂ© trop de stress lorsque j’Ă©tais plus jeune. J’ai appris Ă  composer avec la difficultĂ©, aime-t-il Ă  dire. Aujourd’hui, son message et son ouverture d’esprit lui ont ouvert les portes de la grande ville de Bangkok. Son style d’animation a Ă  voir avec un mĂ©lange de couper-dĂ©caler africain, de Makossa et de beats urbains thaĂŻlandais. Cela captive de nombreuses personnes, gĂ©nĂ©ralement jeunes.

Aller au secours du maximum de personnes
Charly T possède un franc parlĂ© et un fort tempĂ©rament. Pendant cinq ans, il a Ă©tĂ© formateur pour les jeunes recrus du Corps de la Paix amĂ©ricain Ă  Douala, la capitale Ă©conomique du Cameroun. Son CV est encore plus costaud. Il est le responsable Afrique de l’organisation non gouvernemental DĂ©veloppement sans frontières. Il a appris ainsi Ă  contribuer Ă  sa manière, Ă  la lutte contre la distinction des genres, la pauvretĂ© des jeunes et le VIH/SIDA. Lorsqu’il quitte son pays (le Cameroun) en 2007, son ambition est de contribuer aux efforts d’atteinte des Objectifs du millĂ©naire pour le dĂ©veloppement Ă  l’Ă©chelle mondial. En quittant mon pays, je suis devenu un citoyen du monde aime-t-il Ă  dire. Chez lui seul le football (sa passion), et la famille prennent plus d’importance que ses prioritĂ©s. Je me lève parfois au milieu de la nuit pour prĂ©parer un sampler affirme-t-il. Toutes ces qualitĂ©s mises ensemble, on comprend mieux pourquoi le style de Charly a rĂ©ussi Ă  rĂ©unir beaucoup d’adeptes.



Journalducameroun.com)/n

Nouvelles aventures australiennes
L’homme ne refuse rien tant que cela l’aide Ă  rĂ©aliser son rĂŞve: ĂŞtre au service des autres. Il y a quelques semaines, il a terminĂ© son contrat d’enseignant et de Dj Ă  Bangkok. Aujourd’hui, il poursuit l’aventure en Australie pour trois mois de volontariat au service des RĂ©fugiĂ©s (NĂ©pal- Éthiopie -Soudan – Sri Lanka – Myanmar…) pour un programme de rĂ©habilitation et de rĂ©insertion dans la sociĂ©tĂ© australienne. Mais tous les week-ends, il fait des animations, histoire de vĂ©hiculer ses idĂ©es. Son anecdote, il l’a vĂ©cu rĂ©cemment. Pour une fois, il est arrivĂ© dans une ville oĂą il n’y a pas de Camerounais. Je suis allĂ© au consulat du Cameroun pour savoir s’il y avait des Camerounais ici. Grande a Ă©tĂ© ma surprise de voir que le consul est un Australien âgĂ© qui a habitĂ© au Cameroun il y a un peu plus de 10 ans. Il a scellĂ© une relation avec notre gouvernement afin de permettre aux Australiens et autres habitants de l’hĂ©misphère Sud de voyager vers le Cameroun pour des raisons touristiques ou autres… Il n’y a pas vraiment de concitoyens ici hors mis de très nombreux Soudanais, Éthiopiens arrivĂ©s ici avec le statut de rĂ©fugiĂ©s comme bons nombres d’immigrĂ©s, a-t-il dĂ©clarĂ© lorsqu’on lui a posĂ© la question.


Journalducameroun.com)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut