Culture › Livres

Bilck Bassy plaide en faveur de l’abolition des visas en Afrique

InvitĂ© mercredi Ă  la 10e Ă©dition du festival de jazz de Kinshasa, le musicien camerounais est revenu sur l’immigration, le sujet de son roman «Le Moabi cinĂ©ma»

Le chanteur et guitariste camerounais, Bilck Bassy, Ă©tait invitĂ© Ă  la 10e Ă©dition du festival de jazz de Kinshasa (JazzKif) le 01er juin 2016. Il a accordĂ© un entretien Ă  Radio Okapi dans lequel il a plaidĂ© pour l’abolition des visas dans les pays africains.

Revenant sur la sortie de son tout premier roman, «Le Moabi cinĂ©ma», paru aux Ă©ditions Gallimard le 11 mai et portant sur l’immigration, Blick Bassy a indiquĂ© que l’abolition des visas permettrait Ă  tout citoyen de circuler facilement et surtout faciliter aux bantous d’ĂŞtre ensemble et unis.

«C’est un roman Ă  travers lequel, je parle de mon expĂ©rience. Je suis installĂ© en France depuis dix ans, j’ai connu beaucoup de problèmes d’immigration. A force de voyager, je dĂ©couvre des non-dits et des mensonges autour de cette problĂ©matique. Il suffit de se dire que chaque ĂŞtre humain a vocation a partir d’un lieu Ă  un autre. L’ĂŞtre humain est comme ça, donc il n’est pas normal que ceux qui sont venus dĂ©cider de nos frontières, nous impose un visa par exemple aujourd’hui. Il y’a deux jours je venais ici j’ai failli repartir parce qu’il me fallait un visas», a-t-il expliquĂ© Ă  Radio Okapi.

«Aujourd’hui on a interĂŞt Ă  se mettre ensemble pour ĂŞtre fort demain, avec le Cameroun, le NigĂ©ria, l’Afrique du Sud, le Congo avec tous les pays. Et quand on est ensemble la première chose c’est la libre circulation. Je plaide pour cette libre circulation», a-t-il soulignĂ©.



Droits réservés )/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut