Personnalités › Diaspora

Burkina Faso: un Camerounais transforme des déchets plastiques en toiture

© Droits réservés

Calvin Tiam, promoteur de la start-up TECO2, s’est lancĂ© dans le recyclage des dĂ©chets plastiques afin de contribuer Ă  la protection de l’environnement

Au Burkina, plus 80% de toitures des habitations sont en tôles métalliques, une situation qui demeure la principale cause des chaleurs intenses dans les habitations.

Depuis 2012, le jeune Camerounais Calvin Tiam, s’est engagĂ© Ă  transformer des sachets plastiques en toitures des maisons. Objectif: rĂ©duire la chaleur gĂ©nĂ©rĂ©e par les tĂ´les mĂ©talliques et aussi contribuer Ă  la protection de l’environnement.

Pour y parvenir, le jeune promoteur de TECO2 (Toiture Ecologique et Economique) s’est alliĂ© Ă  une trentaine de groupements et associations.

«Notre toiture a passĂ© la phase de prototype et nous venons d’achever les travaux pour la construction d’une unitĂ© de production semi-artisanale afin de produire Ă  grandeur rĂ©elle les premiers revĂŞtements de toiture TECO2» s’est-il fĂ©licitĂ©.

IntĂ©ressĂ© par le projet, 2IE (l’Institut Internationale d’IngĂ©nierie de l’Eau et de l’Environnement) a effectuĂ© des tests sur les prototypes de TECO². Selon le site Itaboutmyafrica, les rĂ©sultats Ă  l’issue des tests ont Ă©tĂ© concluants du point de vue sĂ©curitĂ© incendie principalement.


«C’est Ă  un autre problème non moins grave auquel ce matĂ©riau apportera des solutions, il s’agit de la dissĂ©mination des sachets plastiques dans les rues», explique-t-il.

Près de 7 ans après le lancement du projet, TECO2 a crĂ©Ă© près d’une centaine emplois au Burkina Faso.

La start-up ambitionne ĂŞtre une rĂ©fĂ©rence dans la promotion des matĂ©riaux locaux dans les Écoconstruction, notamment des revĂŞtements de toitures Ă©cologiques pour l’accès Ă  un logement dĂ©cent en Afrique.

Elle prévoit également dans les années à venir, recycler plus de 500 tonnes de déchets plastiques par an.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut