Opinions › Tribune

Cameroun: affaire Koumatekel Monique, le cas de trop!

Par Fernand Ombolo, Président de SOS Médecins Cameroun

C’est avec le c ur gros que j’écris ce message en ce moment où l’Hôpital Laquintinie de Douala fait l’objet d’une attention particulière, suite aux images dramatiques du corps sans vie de cette brave femme éventrée en pleine cours, des scènes effroyables dont nous n’en voulons plus.

J’adresse mes sincères condoléances à toute la famille si durement éprouvée et je prie pour l’âme de la défunte, †Koumatekel_Monique‬, qu’elle repose en paix. Personne ne mérite une telle fin!

Il y a très peu de situations médicales plus déprimantes que celle de mener à terme une grossesse et de ne pouvoir célébrer la venue du nouveau-né attendu. Que dire lorsque le décès de la mère et des jumeaux survient comme c’est le cas cette fois Une double perte !… Que dis-je ? Une ‪Triple‬ peine!

Si la polémique sur la responsabilité d’un tiers dans cette affaire reste légitime et d’actualité, il n’en demeure pas moins qu’un problème grave subsiste.

Quelque soit la «vérité» retenue comme telle pour ce drame ponctuel sur fond de tragédie politique †tristement‬ médiatisé, une révision du système de santé s’avère nécessaire et urgente.

1. Qu’est-ce donc qu’un «système»?
C’est simplement un ensemble ordonné d’éléments qui assurent une fonction, qui concourent à un but. En ce qui concerne le système de santé, ces éléments sont aisément identifiables. Il concernerait donc non seulement Monsieur le ‪ministre‬ de la Santé publique sous la houlette du ‪Chef‬ de L’Etat, mais aussi et surtout l’ensemble du personnel médical et paramédical ainsi que toute la population camerounaise elle-même du fait de l’ubiquité des questions de santé.

Ainsi, améliorer le système de santé prendrait en compte non pas absolument un changement simplet de personnes mais un formatage complet et profond de nos m urs à tous, mû par une prise_de_conscience‬ réelle, collective, générale!

2. A qui revient la faute ?
La faute nous revient à tous ! Tous autant que nous sommes. La faute me revient à Moi, †Docteur_en_Médecine‬, qui n’ai pas de conscience professionnelle ni d’empathie pour mes patients quels qu’ils soient.

Moi, le †Médecin‬, qui exerce mon métier sans passion et qui l’exerce pour des raisons tout autre que celles pour lesquelles j’ai prêté serment.

Moi, jeune ‪Étudiant‬ de l’école de médecine qui effectue mes stages cliniques avec la plus grande DÉSINVOLTURE, sans se projeter vers l’avenir et sans réaliser que je devrai sauver des vies qui comptent infiniment pour d’autres familles.

La faute me revient à Moi, L’†Etre_Humain‬ Médecin, égoïste et cupide, paresseux et haineux, déformé par mes frustrations personnelles et mes ressentiments qui déteignent sur ma perception d’autrui et ma pratique de la Médecine.

La faute me revient à Moi, le ‪Patient‬, l’usager, qui ai perdu toute confiance en son médecin, qui ne vient à l’hôpital que lorsque je suis à l’article de la mort après avoir usé de potions en tout genre, très peu respectueux des consignes du personnel soignant pour qui je n’ai de seuls sentiments que de la SUSPICION, du MÉPRIS, de L’AVERSION et de L’INGRATITUDE.

La faute, ‪elle_me_revient‬, pour m’être laissé si souvent emporter naïvement par l’euphorie et l’hystérie collective, dans un jeu politique dont les règles me sont généralement absconses.

La faute, elle_me_revient pour avoir trop souvent été réceptif à un négativisme exacerbé par la DÉSINFORMATION et les PRÉJUGÉS ; certes dans un contexte sociopolitique et économique prédisposant.

La faute nous revient à ‪Nous‬, les Décideurs et autorités compétentes, qui ne réunissons pas autour du personnel soignant, les conditions optimales pour la bonne pratique de la médecine: PLATEAU TECHNIQUE, RESSOURCES HUMAINES, CONDITIONS FINANCIÈRES, PSYCHOLOGIQUES, Etc.

La faute nous revient à Nous, pour avoir trop souvent fermé les yeux devant LES INIQUITÉS, LES ÉGAREMENTS, LA NÉGLIGENCE et même L’INCOMPÉTENCE du personnel médical et paramédical en exercice.

La faute nous revient à Nous, pour avoir si souvent été sourds aux plaintes des usagers au sujet des écarts de conduite du personnel soignant.

La faute enfin †Nous_revient‬, pour Notre lenteur quant à l’élaboration de politique permettant la prise en charge rapide et sûre des patients ( ASSURANCE SANTE, SÉCURITÉ SOCIALE, et que sais-je encore?). La liste n’est pas exhaustive.

3. Quelle serait donc la solution ?
Pour tout vous dire je n’en sais rien car n’ayant pas la science infuse. Je n’ai pas la prétention d’être en possession d’une panacée, ce serait réellement présomptueux de ma part. Cependant, quelques ‪propositions‬ peuvent être générées des réflexions précédentes.


L’évidence est qu’il ne faudrait surtout pas rester les bras croisés à attendre que le «Système» change par lui-même comme par enchantement!!!

La solution nécessaire et suffisante n’est ni de changer tous les dirigeants politiques (rien ne nous garantit des lendemains meilleurs avec les nouveaux), ni de «Massacrer‬» tous les médecins (il n’y en a déjà pas assez).

L’association †SOS_Médecins_Cameroun‬ essaye tant bien que mal dans la limite de ses moyens d’apporter une modeste contribution dans la dynamique d’entrepreneuriat, et de «formatage complet des m urs» tant du côté du Patient que du côté du †Soignant‬.

Nous avons donc besoin du concours de tous. Que devons-nous faire pour changer les choses? Le changement viendra de qui et comment? Qu’avons-nous fait d’un point de vue individuel pour cela? A quoi servent de vaines revendications sans actions fussent-elles en désespoir de cause?

Les temps sont durs cela va sans dire, mais nous (LA JEUNESSE) devons-nous battre ‪courageusement‬ pour ne pas nous engluer dans nos frustrations ou nos échecs antérieurs, nonobstant les failles d’un système déprimant à plusieurs égards.

Nous n’avons pas l’intention de sauver le monde à nous tous seuls mais, nous avons fait le choix de ne pas rester les bras croisés!
SOS_Médecins_Cameroun est une Association_apolitique‬, à but †non_lucratif‬, constituée de jeunes professionnels de santé (ou d’autres domaines) volontaires et quasiment bénévoles qui ont jugé bon de mettre leurs compétences à la disposition de tous; afin de permettre à toute personne l’accès facile aux soins de qualité en tout temps et en tout lieu possible, dans les limites de ses compétences.

Nous travaillons en complément de l’activité hospitalière conventionnelle et donc en soutien de ce «SYSTÈME» qui requiert notre concours à tous. Cela demande des sacrifices substantiels, une envie avérée et un sérieux notoire, ingrédients indispensables à la survie d’un tel projet.

SOS_MÉDECINS_CAMEROUN est une association ouverte à tous et c’est pourquoi vous êtes presque 20 000 à nous suivre sur notre page en moins d’un an!

Elle est ouverte à tous et c’est pourquoi vos avis et vos suggestions sont bienvenus et compteront toujours pour nous! Elle est ouverte à tous et c’est pourquoi l’apport (humain, financier, matériel, intellectuel, etc.) de toute personne qui juge cette initiative louable sera accueilli avec joie!

Nos RÉALISATIONS à ce jour, sans être extraordinaires, restent encourageantes au vu des statistiques actuelles rapportées aux conditions de travail pas toujours évidentes. Nous ne baisserons pas les bras.

Je termine ce message en témoignant, au nom de toute l’association, ma gratitude pour votre soutien, l’intérêt que vous nous portez et pour votre confiance.

Je réitère mes CONDOLÉANCES à la famille de la défunte si durement affligée, ainsi qu’à toutes les familles des personnes victimes d’erreurs médicales ou de négligence.

Je pleure Monique ‪Koumatekel‬, Hélène ‪Ngo_Kana‬, Arthur Mebala, Anne Cecile Balouga, Hapsatou Ndottidjo, Clémentine Kenembeni, Collince Kernyui, Franka Ombolo (repose en paix mon tout-petit), Mervil, etc.

Je REJETTE avec la dernière énergie tout ce qu’il y a comme brebis galeuses au sein du personnel soignant au Cameroun!

Je REJETTE tout ce qu’il y a de négatif dans le fonctionnement et l’administration du Système!

Quant à nous, SOS Médecins Cameroun, nous continuerons, avec votre concours à tous, à travailler dure pour poursuivre notre idéal.

Avec mes hommages.


Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Retour en haut