Opinions › Tribune

Cameroun: appel Ă  la vigilance populaire pendant la session parlementaire de juin

Par Mouvement pour l’alternance au Cameroun (MAC)

Selon des communiqués lus au journal radiodiffusé de 13 heures du samedi 28 mai 2016 sur la CRTV, les deux chambres du Parlement (Assemblée Nationale et Sénat) sont convoquées en session ordinaire le jeudi 02 juin prochain.

Il s’agit lĂ  d’une rentrĂ©e parlementaire qui, d’apparence, est ordinaire. En effet, selon, l’article 14 (alinĂ©a 3) de la Constitution du Cameroun, les chambres du parlement se rĂ©unissent «en sessions ordinaires, chaque annĂ©e aux mois de mars, juin et novembre sur convocation des bureaux de l’AssemblĂ©e nationale et du SĂ©nat, après consultation du prĂ©sident de la RĂ©publique».

Mais, le Mouvement pour l’alternance au Cameroun (MAC) qui a choisi d’opter pour une vigilance rĂ©publicaine ne peut se contenter d’accueillir cette convocation parlementaire sous un angle purement routinier. En effet, l’actualitĂ© politique au Cameroun incite Ă  beaucoup de vigilance. Depuis plusieurs mois dĂ©jĂ , des cadres du RDPC au pouvoir agitent l’opinion nationale et internationale sur la nĂ©cessitĂ© d’une nouvelle candidature du prĂ©sident Paul Biya et mĂŞme sur l’urgence d’organiser une Ă©lection prĂ©sidentielle anticipĂ©e. Certains mĂ©dias ainsi qu’un think thank britannique (The Economist Intelligente unit) Ă©voquent aussi la possibilitĂ©, pour le prĂ©sident Biya d’introduire un poste dans la Constitution, un poste de vice-prĂ©sident de la RĂ©publique avec rang et prĂ©rogatives de dauphin.

Le MAC ne peut ignorer ces signaux. VoilĂ  pourquoi nous appelons Ă  la vigilance face Ă  un pouvoir fourbe, sournois et hypocrite qui a l’habitude de la ruse et de la surprise. Le MAC invite les citoyens Ă  prendre attache avec leurs dĂ©putĂ©s et sĂ©nateurs (qui seront de plus en plus sensibles aux dolĂ©ances populaires en raison de la fin imminente de leurs mandats en 2018) pour ĂŞtre informĂ©s en permanence sur les diffĂ©rents projets de loi qui seront dĂ©posĂ©s sur la table des parlementaires. C’est un devoir citoyen et rĂ©publicain pour les Camerounais de savoir ce qui se discute au parlement car cela engage leur avenir.

Le MAC invite les citoyens Ă  ĂŞtre encore plus vigilants pendant les derniers jours de la session parlementaire (d’une durĂ©e de 30 jours) car, par le passĂ©, le pouvoir de M. Biya a fait passer des projets d’importance mineure dès le dĂ©but des sessions ordinaires pour deux raisons principales. Non seulement pour endormir l’opinion publique mais aussi pour laisser peu de temps aux parlementaires de dĂ©battre dans le fond de ces projets qui sont gĂ©nĂ©ralement votĂ©s dans la prĂ©cipitation et sans la moindre rĂ©forme.

Le MAC appelle les citoyens Ă  ne pas baisser la garde. Si la mobilisation et l’indignation populaires autour de l’affaire Monique Koumatekel et les scandales dans les hĂ´pitaux ont Ă©ventuellement dissuadĂ© le pouvoir d’envoyer ses projets au parlement pendant la session ordinaire de mars, le rĂ©gime fourbe et machiavĂ©lique de M. Biya ne manquera pas la moindre occasion de rebondir.

Cette vigilance est plus que jamais décisive. Le succès de la transition politique qui mènera le Cameroun vers la nouvelle République est une affaire de tous.


Le MAC apporte son soutien franc et inĂ©branlable au mouvement «Stand Up for Cameroon» qui revendique depuis plusieurs semaines des meilleures conditions de vie pour les populations camerounaises, notamment un meilleur accès Ă  l’eau potable, l’Ă©lectricitĂ© et autres services sociaux de base.

Dans le mĂŞme ordre, le MAC soutient les appels Ă  la retraite du prĂ©sident de la RĂ©publique qui, Ă  85 ans en 2018 et après plus de 50 ans de vie active dans les hautes sphères de la RĂ©publique, mĂ©rite un repos paisible pour finir ses jours aux cĂ´tĂ©s de sa famille et ses proches. Le MAC se fait l’Ă©cho des sages conseils du cardinal Ă©mĂ©rite Christian Tumi et plus avant, du sage GhanĂ©en Kofi Annan souhaitant que le prĂ©sident Biya sorte par la grande porte et ne se cramponne pas au pouvoir. Ces conseils sont au bĂ©nĂ©fice de M. Biya lui-mĂŞme et de la paix dans notre pays, le Cameroun.

Le MAC est un groupe d’action citoyen rĂ©unissant des Camerounais d’horizons divers qui se sont proposĂ©es volontairement, sans contrainte aucune, d’ uvrer pour l’alternance et un changement pacifique et systĂ©mique au Cameroun.


Droits réservés )/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

Ă€ LA UNE
Retour en haut