Politique › Partis politique

Cameroun : Une candidature déclarée à l’élection présidentielle de 2018

Jean Blaise Gwet, candidat à l'élection présidentielle de 2018 au Cameroun. ©Droits réservés

Jean Blaise Gwet a affiché mercredi, lors d’une conférence de presse, son intention de diriger le Cameroun

Jean Blaise Gwet a annoncé mercredi, 26 avril, à l’hôtel Hilton de Yaoundé, sa candidature à l’élection présidentielle de 2018. L’homme d’affaires, par ailleurs président du Mouvement patriotique pour le changement du Cameroun (Mpcc), veut succéder à Paul Biya à la tête du Cameroun. Pour ce faire, Jean Blaise Gwet s’aligne sur les positions relativement partagées par les Camerounais.

L’homme politique est contre le franc Cfa et pour l’instauration d’une monnaie. Il est pour la double nationalité. Jean Blaise Gwet est aussi favorable au rapatriement de la dépouille d’Ahmadou Ahidjo ainsi qu’au retour de sa famille. En effet, l’ex-chef de l’Etat du Cameroun est mort en exil au Sénégal en 1989. Paul Biya, l’actuel président, n’a toujours pas décidé du retour de sa dépouille. Seule Aminatou Ahidjo, la fille cadette du défunt, est rentrée au Cameroun pour rejoindre le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc)  de Paul Biya.


Sur la crise anglophone, le candidat du Mpcc est formel. Il n’y aura ni sécession, ni séparation. Le Cameroun restera un et indivisible. En revanche, les détenus de cette crise seront libérés, pareil pour ceux de l’opération Epervier, à condition qu’ils remboursent les fonds détournés. Cet argent récupéré, d’après l’homme politique, permettra d’investir sur les projets de développement dans les secteurs prioritaires. A ce sujet justement, Jean Blaise Gwet dit clairement ce qu’il pense des investissements  de l’impopulaire  Vincent Bolloré au Cameroun. « Je dis non à Bolloré s’il ne peut pas mettre un chemin de fer à deux voies, avec des trains à grande vitesse, et qu’on continue d’utiliser un chemin de fer qui existe depuis plus de 60 ans », relaie le quotidien Le Jour.

Jean Blaise Gwet, plus connu pour ses activités de distribution de lampes solaires et autres appareils électro-ménagers, ne tient pas un discours critique sur celui à qui il compte succéder. Bien au contraire, il n’a pas loupé l’occasion de remercier Pau Biya pour ce qu’il a fait pour le pays. Il a montré tant d’égard pour des leaders comme John Fru Ndi, qui l’ont précédé sur le terrain politique. Il n’y aura pas de « chasse aux sorcières » après le changement de régime, promet le candidat. En d’autres termes, Paul Biya et affidés pourront partir tranquilles, ils ne risquent pas de poursuites. Chantal Biya pourra poursuivre sereinement ses actions humanitaires.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut