Société › Société

Cameroun: Des ex-agents de la Camair veulent manifester à Yaoundé

Venus des quatre coins du pays, ces ex employés entendent saisir les autorités compétentes et au besoin manifester pour exiger le paiement de leurs droits

Ils sont plusieurs dizaines de personnes, tous des ex-employĂ©s de la dĂ©funte Camair Ă  avoir dĂ©posĂ© leurs valises ce mercredi 08 fĂ©vrier Ă  YaoundĂ©, la capitale camerounaise. Le plus gros contingent de ces ex-agents est certainement celui qui vient de Douala et qui est arrivĂ© Ă  YaoundĂ© aux environs de 10 heures par l’agence Garanti Voyages. Sur les raisons de cette mobilisation, l’un d’entre eux dĂ©clare nous partons de Douala parce que nous avons des informations contradictoires. La première c’est qu’on nous dit que le liquidateur est en train de vendre les pièces d’avion, qu’il est en train de recevoir de l’argent de l’Assurance Chanas pour nous payer mais nous n’avons jamais reçu cet argent. Il y a un deuxième volet qui est celui de la CNPS. L’Etat avait dĂ©bloquĂ© une somme de près de 21 milliards pour payer les arriĂ©rĂ©s des allocations familiales des ex-agents Camair et nous sommes encore nombreux Ă  n’avoir pas touchĂ© ces allocations.

Tout serait parti d’un protocole d’accord interministĂ©riel qui aurait Ă©tĂ© Ă©tabli en 2005 entre le ministère des Transports, le ministère du Travail et de la SĂ©curitĂ© sociale, la compagnie Cameroon airlines et le ministère des Finances. Ce protocole Ă©tait Ă©tabli pour libĂ©rer Cameroon airlines de la charge des agents qui Ă©taient dĂ©jĂ  âgĂ©s et d’autres qui voulaient automatiquement partir. Mais quelle ne fut pas la surprise de ces ex-agents de constater au moment de leur dĂ©part que la Cameroon airlines avait arrĂŞtĂ© le paiement des sommes convenues et des assurances. Les retraitĂ©s n’ont plus assez de moyens pour vivre. L’assurance bloque, la CNPS bloque aussi les prestations, les allocations familiales. Nous avons tous des grosses concernant cette histoire et nous voulons tous entrer dans nos droits confisquĂ©s par le liquidateur, dĂ©clare monsieur Adiedie Samuel, l’ex-responsable des tĂ©lĂ©communications, radioĂ©lectricitĂ© et tĂ©lĂ©phonie fixe de Cameroon airlines. Les mĂŞmes sources dĂ©clarent d’ailleurs qu’au temps de l’ancien ministre des Finances Essimi Menye, le liquidateur Bekollo & Partners, aurait perçu la somme d’un milliard quatre cents millions. Quand il a reçu cet argent, il a dit qu’il se paye d’abord lui-mĂŞme. Il a mis des gardiens devant ses bureaux, il a dit qu’il ne veut pas nous recevoir.

Sur les moyens de pressions que ces ex-agents de la dĂ©funte Camair entendent mettre en uvre pour faire entendre leur cause, l’un d’entre eux dĂ©clare que si nous venons ici, c’est pour essayer de rencontrer les autoritĂ©s en charge de ce dossier pour qu’ils nous fixent sur notre sort. Nous voulons Ă  tout prix que le ministre des Finances nous reçoive parce que les informations contradictoires viennent de lĂ , selon lesquelles il aurait dĂ©caissĂ© de l’argent pour donner au liquidateur afin qu’il nous paye. Nous prĂ©voyons faire la grève de la faim, encore que nous n’arrivons mĂŞme pas Ă  manger; nous allons en arriver lĂ  s’il le faut. Ça fait depuis 5 ans maintenant que ça perdure. Nous avons des grosses parce que nous sommes passĂ©s par des tribunaux oĂą nous avons eu gain de cause. Nous avons des enfants qui sont dans des universitĂ©s, ces enfants sont aujourd’hui dehors avec nous. Ce n’est pas normal, nos enfants aussi vont grever avec nous, dĂ©clare Antoine Yebega, ex-agent Camair. Vivement que les responsables en charge de ce dossier rĂ©agissent promptement pour un dĂ©nouement heureux de cette affaire.


Le siège de la compagnie aérienne camerounaise à Yaoundé

le jour)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut