Opinions â€ș Tribune

Cameroun, injustice: le FFCI Ă©crit au procureur gĂ©nĂ©ral prĂšs la cour d’appel de l’Ouest

Par le Frontline fighters for citizens interests (FFCI)

Monsieur le Procureur GĂ©nĂ©ral, L’O.D.H. FFCI (Frontline fighters for citizens interests) a l’honneur de porter Ă  votre haute attention les exactions subies par notre protĂ©gĂ©, Jdavale RomĂ©o Sylvain, dĂ©tenu Ă  la prison centrale de Bafoussam. Il est placĂ© en dĂ©tention prĂ©ventive depuis le 12 mai 2015 pour prĂ©somption de responsabilitĂ© et de culpabilitĂ© suite Ă  une plainte de M. Nwouafo ClĂ©ment.

Du 24 avril au 12 mai 2015, notre protĂ©gĂ© est gardĂ© Ă  vue Ă  la brigade ter de Bafoussam par le commandant de recherche Ter, l’adjudant-chef Nkili Ebanga Pierre.

Monsieur le Procureur Général,
Notre protĂ©gĂ© est un commerçant de profession et sa spĂ©cialitĂ© est la collecte de dĂ©bris mĂ©talliques. Il a un dĂ©pĂŽt fixe bien connu dans la ville de Bafoussam oĂč il Ă©lit domicile depuis des annĂ©es et exerce de façon paisible et continue. Son affaire est pendante au TGI et a Ă©tĂ© renvoyĂ©e au 20 janvier 2016.

Voici un bref rappel des faits :
Dans la semaine du 03 avril 2015, les nommĂ©s Sibafou Alphonse, Fotso Rodrigue en fuite, non comparant, et le surnommĂ© Eboua au nom de Nkengne Steve, commerçant non comparant, de concert et ensemble vont porter atteinte Ă  la fortune d’autrui par vol, notamment en soustrayant des dĂ©bris mĂ©talliques au prĂ©judice de M. Nwouafo ClĂ©ment Ă  Bandjoun, quartier Assoing. La marchandise qu’on dit litigieuse a Ă©tĂ© vendue au nommĂ© Nkengne Steve alias Eboua pour un montant de 700 (sept cent) mille francs par les frĂšres du plaignant, les nommĂ©s Sibafou et Fotso sus citĂ©s, une somme qu’ils ont dument perçue des mains d’Eboua. L’acheteur va alors chercher un preneur Ă  son tour avant de proposer une cession Ă©ventuelle Ă  notre protĂ©gĂ© Djavale RomĂ©o Sylvain. Une fois d’accord, ils effectuent une descente Ă  Bandjoun pour la r encontre des vendeurs Sabafou et Fotso afin de s’assurer de la rĂ©gularitĂ© de la transaction avant de procĂ©der Ă  l’achat effectif et au transport des dĂ©bris. Or, pendant que FFCI joint le plaignant pour trouver un terrain d’entente, celui-ci dĂ©clare qu’il dispose suffisamment de moyen pour causer nuisance Ă  notre protĂ©gĂ© via les magistrats de Bafoussam ( !). Ces dĂ©clarations ont Ă©tĂ© faites Ă  notre protĂ©gĂ© mĂȘme Ă  la brigade de gendarmerie par devant le commandant NKILI ainsi que l’affirme la correspondance de MADJA Pauline datĂ©e du 05 mai 2015 et jointe ici.


Sans prétendre dédouaner à priori notre protégé chez qui les objets cédés par M. Nkengne Steve alias Eboua ont atterri, nous sommes au regret de constater que les raisons pour le placer en détention préventive depuis le 12 mi 2015 paraissent anodines.

Connaissant la sensibilitĂ© de votre c ur face aux questions d’injustice et en matiĂšre de violation des droits humains, nous ne doutons pas un seul instant vous voir pousser au rĂ©examen de la question de la dĂ©tention prĂ©ventive de M. Jdavale RomĂ©o Sylvain afin qu’il puisse comparaĂźtre libre.

Veuillez croire, Monsieur le Procureur GĂ©nĂ©ral, en l’assurance de notre parfaite considĂ©ration.


Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Retour en haut