Politique › Institutionnel

Cameroun: installation des membres de la Commission du bilinguisme jeudi

Peter Mafany Musongue, président de la CNPBM ©Droits réservés

Peter Mafany Musongue et ses collaborateurs prendront fonction jeudi, à Yaoundé, au cours d’une cérémonie que présidera le Premier ministre.

Jeudi, 27 avril 2017, à Yaoundé, le Premier ministre chef du gouvernement, Philémon Yang, va diriger la cérémonie d’installation des membres de la Commission nationale de promotion du bilinguisme et du multiculturalisme (CNPBM).

Philémon Yang est mandaté par le chef de l’Etat pour présider ladite cérémonie. En attendant, le président Paul Biya a procédé à la nomination du secrétaire général de la Commission en la personne de Cornellus Chi Asafor.

Peter Mafany Musongue (président), Oumarou Djika Saïdou (vice-président) prendront officiellement fonction jeudi. Les autres de membres de cette Commission sont : Ama Tutu Muna, Françoise Ndanga Angouing, Samuel Effoua Mbozo’o, Djanabou Bakary, Amadou Mohamadou Baba, George E. Ngwane, Jean Marc Afesi Mbafor, Nicodemus Halle, l’abbé Jean Marie Bodo et le Dr. Pierre Vincent Ngambo Fondjo.


La CNPBM a Ă©tĂ© crĂ©Ă©e le 23 janvier dernier, en rĂ©ponse aux contestations des anglophones du Cameroun qui se disent marginalisĂ©s par rapport aux francophones. Le point de dĂ©part de ces revendications est la manifestation organisĂ©e par les avocats anglophones pour  dĂ©noncer la francophonisation du système juridique en place dans les rĂ©gions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Suite Ă  la rĂ©pression violente des forces de l’Ordre, un mouvement de grève similaire est lancĂ© Ă  Bamenda par les enseignants. Ils rĂ©clament le retrait des enseignants n’ayant pas une maitrise de la langue anglaise des Ă©tablissements de ces deux rĂ©gions. Très vite les mouvements d’humeur cèdent la place Ă  des manifestations populaires en faveur d’un retour au fĂ©dĂ©ralisme, pour certains, et la sĂ©cession pour d’autres.

La Commission nationale du bilinguisme, placée sous l’autorité du chef de l’Etat, jouera un rôle consultatif auprès du chef de l’Etat en ce qui concerne la protection du bilinguisme et du multiculturalisme.

Dans le détail, elle est censée assurer le suivi de la mise en œuvre des dispositions constitutionnelles faisant de l’anglais et du français deux langues officielles d’égale valeur ; élaborer et soumettre au président de la République des projets de textes sur le bilinguisme, le multiculturalisme et le vivre ensemble ; recevoir toute requête dénonçant les discriminations fondées sur l’irrespect des dispositions constitutionnelles relatives au bilinguisme et au multiculturalisme.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut