Eco et Business › L'Eco en +

Cameroun-Italie: vers le renforcement de la coopération économique

Le Minepat a présenté les différents secteurs propices à l’investissement au Cameroun à 150 entrepreneurs italiens. C’était dans le cadre d’un forum économique tenu mercredi 15 février à Yaoundé

Le Cameroun est toujours en quête d’investissements pour optimiser son développement économique. C’est dans cette lancée que le pays mène, depuis une semaine, une opération de séduction de 150 chefs d’entreprises et représentants d’institutions italiennes conduits par le vice-ministre des Affaires étrangères en charge de la Coopération internationale, Mario Giro.

Mercredi, 15 février 2017, le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat), Louis Paul Motaze, a présenté les différentes opportunités d’investissements qu’offre le Cameroun. C’était au cours d’un forum intitulé «Cameroun/Italie: pour un meilleur partenariat économique». Il était, entre autres, question pour les opérateurs économiques des deux pays de convenir sur les possibilités de joint-ventures et du financement des projets d’intérêt communs dans les domaines de l’industrie agroalimentaire, des énergies renouvelables, du transport, de la mécanique industrielle, de l’ameublement, du bois, du cuir, du  fer, de la transformation du coton, des Btp, etc.

Selon Mario Giro, ce forum s’inscrit dans le cadre du suivi de la visite du président italien Sergio Matarella au Cameroun en mars 2016. «Nous avions pris  à l’époque, l’engagement de préparer une mission économique pour répondre à une sollicitation du chef de l’Etat Paul Biya qui nous avait adressé deux requêtes : plus d’entreprises et de coopération économique entre nos deux pays et plus d’universités et d’opportunités de formation et de professionnalisme pour la jeunesse camerounaise», a-t-il indiqué en guise d’introduction de son propos liminaire.

Les travaux de mercredi se sont déroulés en présence des ministres du Commerce, celui de l’Eau et de l’Energie, du Transport, des Travaux publics et de celui en charge des questions d’urbanisme. Pendant ce temps, près de 70 entreprises italiennes exposent leurs compétences au Salon international de l’Entreprise, de la PME et du partenariat de Yaoundé (Promote) ouvert depuis samedi.

Depuis 1970, les entreprises italiennes ont Ĺ“uvrĂ© dans la construction des routes et lignes de chemins de fer, des aĂ©roports, des hĂ´pitaux. De plus, ce pays avait procĂ©dĂ© en mars 2016 Ă  la signature des accords pour l’exemption de visas pour les dĂ©tenteurs de passeports diplomatiques et de service, pour la coopĂ©ration culturelle, scientifique et technique. Un troisième accord relatif Ă  l’utilisation de ressources issues de l’annulation de la dette camerounaise – 39,2 milliards de F CFA annulĂ©s en octobre 2002 – par l’Italie. Ces fonds devaient ĂŞtre prioritairement affectĂ©s aux secteurs de l’éducation et de la santĂ©.


D’autres projets sont en cours ou en voie de réalisation. Notamment, le complexe sportif Paul Biya d’Olembé, la construction de 1000 logements et d’une base industrielle. «Dans le secteur des infrastructures de transport, une société d’ingénierie italienne, la Team Engineering, est en train de réaliser les études de faisabilité de deux nouveaux tronçons ferroviaires», a souligné  Mario Giro.

Sur le plan commercial, l’Italie est le neuvième fournisseur du Cameroun. Selon l’ambassade italienne, leurs principaux produits d’importation sont «des machines et appareils, des matières plastiques, des produits céramiques, des ouvrages de fonte, fer et acier, du papier, du carton, des véhicules et tracteurs ainsi que des mobiliers».

De même, le Cameroun exporte vers l’Italie «des produits primaires ou à faible  valeur ajoutée» tels que l’aluminium brut les bois sciés; les feuilles de plaquage, le caoutchouc brut et la banane.

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut