Politique › Institutionnel

Cameroun: L’ambassadeur des Etats-Unis «dĂ©shabille» l’opposition

D’après Robert P. Jackson, l’opposition camerounaise n’est pas sĂ©rieuse et sa division a rĂ©duit considĂ©rablement ses chances de succès

C’est un vĂ©ritable coup de gueule servi Ă  chaud par le diplomate amĂ©ricain. Une autre sortie tonitruante qui, vraisemblablement, va encore laisser les plumes. Robert P. Jackson n’arrive pas Ă  comprendre comment l’opposition camerounaise qui prĂŞche le changement, le bousculement des mentalitĂ©s, bref la nouvelle ère, a pu prĂ©senter jusqu’Ă  22 candidats Ă  la dernière Ă©lection prĂ©sidentielle ! C’est trop pour le diplomate amĂ©ricain qui ne loupe pas le coche. «L’opposition ayant prĂ©sentĂ© 22 candidats, il y a lieu d’Ă©mettre des rĂ©serves quant au sĂ©rieux de cette opposition et des candidats », assène Robert P. Jackson. Avant d’enchainer. « Se rĂ©veillant tardivement, certains partis d’opposition parlent dĂ©sormais d’un front commun », s’Ă©tonne-t-il en servant cette question capitale. «N’auraient-ils pas dĂ» penser Ă  cela plus tĂ´t ? ».

200 partis divisés
Robert P. Jackson est très critique vis-Ă -vis de l’opposition camerounaise, du moins ce qui en tient lieu. Surtout sur son Ă©miettement. «Sans toutefois connaitre les rĂ©sultats officiels de l’Ă©lection, c’est clair que la division de l’opposition a sĂ©vèrement rĂ©duit ses chances de succès. L’opposition n’a pas pu se rĂ©unir autour d’une candidature unique et forte », dĂ©plore l’ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun, intarissable sur le sujet. « Nous savons tous que la sociĂ©tĂ© civile et les partis d’opposition, dont au moins 200 partis sont divisĂ©s au Cameroun », insiste-t-il. Robert P. Jackson s’est ainsi dĂ©chainĂ© dans son discours prononcĂ© ce mercredi 19 octobre 2011, Ă  l’ouverture de la table ronde postĂ©lectorale avec la sociĂ©tĂ© civile, vidĂ©oconfĂ©rence numĂ©rique entre YaoundĂ© et Washington DC. En dehors de l’opposition, Robert P. Jackson s’en est pris aussi aux gouvernants de YaoundĂ©. Il a saisi cette sortie pour Ă©valuer le processus Ă©lectoral, mais surtout formuler quelques recommandations Ă  prendre en compte dans le cadre des Ă©lections futures.


Robert P. Jackson, ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut