Santé › Conseils pratiques

Cameroun: le Néré, une plante sacrée contre les morsures de serpent et brûlures

© Droits réservés

ConsidĂ©rĂ© par les Massa et Moundeng comme un « arbre magique », le nĂ©rĂ© soigne plusieurs maladies et nourrit plus de 20 millions de personnes rĂ©parties sur 14 pays africains

Plante aux mille et une vertus, telle que qualifiĂ©e par plusieurs communautĂ©s du continent noir, arbre poussant dans les zones sèches du continent africain, le NĂ©rĂ©, ou « Parkia biglobosa » de son nom scientifique, a plus d’un tour dans son sac, affirment des spĂ©cialistes, nutritionnistes et guĂ©risseurs traditionnels.

ConsidĂ©rĂ© par de nombreuses communautĂ©s africaines, notamment les communautĂ©s gabrie et gama au Tchad, les moorĂ© au SĂ©nĂ©gal, les Kaba et MbaĂŻ en RCA, les Massa et Moundeng au Cameroun, comme une « plante sacrĂ©e », le nĂ©rĂ© est associĂ© Ă  une « alvĂ©ole civilisationnelle ».

Cet arbre d’une taille qui ne dĂ©passe gĂ©nĂ©ralement pas les 20 mètres, gĂ©nĂ©rateur d’un fruit contenant de nombreuses graines noires enrobĂ©es de pulpe jaune a en effet des vertus avĂ©rĂ©es aussi bien pour guĂ©rir certaines maladies qu’en termes nutritionnels.

Selon les contrées et les communautés, il se rattache, à une certaine symbolique sociale et culturelle qui lui confère une valeur autrement plus importante.

Plante « magique » telle que qualifiĂ©e par plusieurs communautĂ©s du continent noir, le NĂ©rĂ© soigne, en effet, nombre de maladies et nourrit plus de 20 millions de personnes rĂ©parties sur 14 pays africains, affirme une rĂ©cente Ă©tude africaine rĂ©alisĂ©e dans le cadre du projet After (Aliments traditionnels africains), publiĂ© en fĂ©vrier 2015 Ă  Ouagadougou au Burkina Faso.

« Le NĂ©rĂ© est connu pour ses nombreuses propriĂ©tĂ©s antinĂ©vralgiques, diurĂ©tiques, fĂ©brifuges, toniques et antiseptiques. Ses graines riches en matières grasses servent Ă  fabriquer un fromage vĂ©gĂ©tal pour assaisonner les sauces (Soumbara en CĂ´te d’Ivoire, dawdawa au Tchad…) », souligne la biologiste ivoirienne Annick Tahiri, dans une rĂ©cente Ă©tude, citĂ©e par le site professionnel ivoirien des sciences (Scidev).


Cette plante contient des protides, lipides, glucides, de l’iode, et plusieurs vitamines. Elle constitue Ă  ce titre une source très importante en termes d’alimentation et de nutrition de qualitĂ©, indique Annick Tahiri.

Le nutritionniste tchadien, Jean Pierre VarĂ©, prĂ©cise que la farine de NĂ©rĂ© et ses grains fermentĂ©s sont prescrits par les mĂ©decins aussi bien dans les cas de malnutrition que d’hypertension. « La farine jaune du NĂ©rĂ© est riche en protĂ©ine, en calcium et en fer. Elle est très nourrissante. C’est pourquoi, sa bouillie est recommandĂ©e par les mĂ©decins aux enfants et aux adolescents qui souffrent de malnutrition, les grains de NĂ©rĂ© sont, Ă©galement, efficaces contre la tension artĂ©rielle », informe-t-il.

« Cent grammes de farine de NĂ©rĂ© sec apportent Ă  l’organisme 432 calories et contiennent 36,5 mg de protides, 28 ,8 g de lipides, 378 mg de fer, de la vitamine BB et nombre d’Ă©lĂ©ments nutritifs », affirme l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) dans une Ă©tude publiĂ© en janvier 2016.

A propos de ses vertus contre diverses maladies, la FAO indique que la consommation rĂ©gulière de ce produit et de ses dĂ©rivĂ©s serait un bon moyen pour prĂ©venir l’hypertension artĂ©rielle, voire, lutter contre elle. La plante prĂ©viendrait et rĂ©duirait certaines formes d’anĂ©mie. Il semble par ailleurs qu’elle donne de très bons rĂ©sultats dans les traitements de certains cas de dĂ©calcification, selon la mĂŞme source.

Pour certaines communautĂ©s camerounaises, le rameau de la plante de NĂ©rĂ© est un remède contre les morsures de serpent et les brĂ»lures. « Le rameau de NĂ©rĂ© est efficace contre les venins des serpents. On presse les morceaux frais de rameau dans un rĂ©cipient en argile, pour ne pas perdre la sève et on l’applique sur la morsure, ça permet ainsi de neutraliser le poison et les enflures », indique le mĂ©decin traditionnel camerounais, Ousmanou Modou.

Volet artisanal et culturel, le bois du nĂ©rĂ© est Ă©galement utilisĂ© dans la construction des habitations et est parfois mis au service de l’Ă©nergie. La plante est Ă©galement apprĂ©ciĂ©e pour son ombrage, c’est une espèce agro-sylvo-pastorale reconnue comme fourragère fertilisant le sol. Sa pulpe et ses graines s’avèrent ainsi des sources de revenus pour certaines populations locales d’Afrique.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut