Société › Société

Cameroun: Le transporteur interurbain Kami-Express ferme ses portes

La dĂ©cision a Ă©tĂ© communiquĂ©e après de la tenue du conseil d’administration qui a eu lieu le 24 juin dernier

Le fondateur Ă©voque des raisons personnelles
Dans une note signĂ©e d’Albert Mba Kounkou, le fondateur de l’agence de transport interurbain Kami-Express, le public a Ă©tĂ© informĂ© que la sociĂ©tĂ© avait cessĂ© son activitĂ©. Selon certaines sources des raisons personnelles auraient justifiĂ© la prise de cette dĂ©cision. Il y a quatre mois, le ministre des Transports avait suspendu l’agence Kami pour trois mois, suite Ă  un accident grave survenu avec l’un de ses bus. La sanction a portĂ© un coup financier dur Ă  la compagnie. Par la suite, les dirigeants se sont mis d’accord sur le fait que pour restaurer l’image de l’agence, il fallait un contrat d’exploitation sans accident qui devait durer au moins 12 mois après la rĂ©ouverture. Moins d’un mois après, la sociĂ©tĂ© avait dĂ©jĂ  enregistrĂ© deux accidents mortels. L’un en pleine ville de YaoundĂ© et l’autre, il y a deux semaines, Ă  Loum sur la route reliant Douala Ă  la rĂ©gion de l’ouest. Des accidents qui ont Ă©tĂ© dĂ©terminants dans la dĂ©cision de fermeture de l’agence de transport. Mais Ă  l’Ouest, certains commentaires fournissent des raisons difficilement dĂ©fendables. On Ă©voque sans vraiment Ă©tablir un lien objectif, le mauvais retour d’un investissement qui se serait effectuĂ© avec des fonds illicites. A Bafoussam principale ville de la rĂ©gion, de nombreuses personnes y croient.

Incertitude sur l’avenir des employĂ©s
La fermeture de Kami-Express pourrait avoir un incident sur le coĂ»t du transport vers la rĂ©gion de l’Ouest, dĂ©jĂ  frappĂ©e par la dĂ©cadence du système des transports. Elle intervient alors que le gouvernement a posĂ© de nouvelles exigences en matière de sĂ©curitĂ© sur les routes. Problème, pour de nombreuses personnes en service chez Kami, l’avenir est très incertain. De nombreux chauffeurs et agents d’entretien mĂ©canique craignent pour le paiement de leur droit. Je ne crois pas que nous soyons inscrits Ă  la Caisse nationale de prĂ©voyance sociale, cela fait 15 ans que je travaille chez Kami-Express et j’ai peur que si l’entreprise s’arrĂŞte, que nous ne sachions plus quoi faire a affirmĂ© un des chauffeurs.

Selon certaines sources il est question de reverser les employĂ©s dans les autres sociĂ©tĂ©s du groupe Kami, notamment dans le transport des biens et du courrier. Une information non confirmĂ©e par l’administration de Kami. Le problème des employĂ©s de Kami pose celui plus gĂ©nĂ©ral des emplois dans le secteur des transports. Il concerne les taximen, les moto-taximen et les chauffeurs de transports collectifs interurbains. Les exigences et les risques sont nombreux et les revenus limitĂ©s. Une situation qui logiquement a conduit Ă  la ruine de nombreuses entreprises.

L’Etat redouble de vigilance


La fermeture de Kami-Express intervient dans un contexte oĂą les autoritĂ©s en charge des transports ont lancĂ© une opĂ©ration visant Ă  inspecter les agences de voyage pour les congĂ©s. A Douala, le DĂ©lĂ©guĂ© rĂ©gional des Transports pour le Littoral est descendu dans les agences de voyage pour une campagne de prĂ©vention. Absence de visite technique, de boĂ®te Ă  pharmacie, surcharge, sont des anomalies qui ont Ă©tĂ© relevĂ©es par l’autoritĂ©. De nombreuses agences de voyage ont Ă©tĂ© prises en flagrant dĂ©lit. Des passagers de «Centrale Voyages», une agence de transport parmi les plus cĂ©lèbres et les mieux structurĂ©es au Cameroun, ont Ă©tĂ© extraits d’un des bus qui s’apprĂŞtaient Ă  partir pour YaoundĂ©. Les agents de la sĂ©curitĂ© routière qui ont effectuĂ© l’inspection ont remarquĂ© chez un gros porteur de 70 places, le dĂ©sĂ©quilibre du frein arrière, la dĂ©tĂ©rioration de la glace et l’anomalie importante de fonctionnement. Le Directeur commercial de «Centrale Voyages» s’est montrĂ© surpris par ce constat des agents de la sĂ©curitĂ© routière. L’inspection a aussi frappĂ© des agences comme Finex ou Garanti-Express, une très ancienne agence elle aussi. Il y a quelques semaines un accident sur la route entre YaoundĂ© et l’Ouest faisait plusieurs dizaines de morts, crĂ©ant une grosse Ă©motion au sein de la population camerounaise.

image d’illustration

2.bp.blogspot.com)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut