Opinions â€ș Tribune

Cameroun: les problĂšmes du ministre du ciel et de la terre

Par Boris Bertolt, journaliste

En 2012, la Commission nationale anticorruption, parlait de « complot financier contre l’Etat du Cameroun » en rĂ©fĂ©rence aux malversations financiĂšres qui ont entourĂ© les processus d’indemnisation des populations locales dans le cadre du port en eau profonde de Kribi.

PrĂšs d’une cinquantaine de personnes semblent impliquĂ©s dans cette affaire. 44 titres fonciers ont Ă©tĂ© Ă©tablis postĂ©rieurement au 06 fĂ©vrier 2009, date de l’arrĂȘtĂ© n° 156/MINDAF dĂ©clarant d’utilitĂ© publique les travaux de construction du Port en eau profonde de Kribi. Ils ont fait perdre Ă  l’Etat du Cameroun 4.821.356.625 FCFA soit 44,7% du total allouĂ© aux indemnisations.

Qui s’est-il rĂ©ellement passĂ© dans cette affaire ? Qui a fait quoi ? La responsabilitĂ© du ministre de l’Economie et de la planification, Louis Paul Motaze est-elle Ă©tablie ? CASH INVESTIGATION a dĂ©cidĂ© cette semaine de vous balader l’univers de la mafia autour des questions fonciĂšres au Cameroun.

Certains journaux indiquent qu’il a Ă©tĂ© rĂ©cemment auditionnĂ© par les enquĂȘteurs du Tribunal Criminel SpĂ©cial (TCS) sur l’affaire des indemnisations du port en eau profonde de Kribi. Lui, il dĂ©ment catĂ©goriquement. Mais une chose est certaine, Louis Paul Motaze, l’actuel ministre de l’Economie et de la planification semble visiblement avoir perdu la sĂ©rĂ©nitĂ© qu’on lui connait. Fait rare, pour ne pas ĂȘtre signalĂ©e, le week-end dernier, il a amenĂ© des journalistes Ă  Kribi, en tant que prĂ©sident du comitĂ© de pilotage du projet de construction du port en eau profonde de Kribi oĂč il s’est largement exprimĂ© sur l’affaire des indemnisations et a niĂ© toute participation dans cette affaire.

Pourtant, plusieurs Ă©lites du dĂ©partement de l’OcĂ©an, dont des Ă©lus de la nation soutiennent justement l’implication du comitĂ© de
pilotage dans la mafia qui a entouré le processus des indemnisations.

Tout commence le 6 fĂ©vrier 2009, l’Etat du Cameroun dĂ©cide de dĂ©clarer zone d’utilitĂ© publique les territoires situĂ©s entre Kribi et Campo dans la rĂ©gion de l’OcĂ©an. Le 14 octobre 2010 les territoires sur lesquels devaient ĂȘtre construits le port en eau profonde de Kribi ont Ă©tĂ© rĂ©quisitionnĂ©s et le 30 novembre 2010, les populations titulaires de titres fonciers ou non ont Ă©tĂ© expropriĂ©. Le port en eau profonde de Kribi, c’est l’un des projets phares du chef de l’Etat Paul Biya.

A la tĂȘte de ce projet, un homme, Louis Paul Motaze, il pilote d’ailleurs d’autres projets d’envergure. Ce qui lui vaut dans les salons huppĂ©s de la capitale, l’appellation de « ministre du ciel et de la terre ». Le projet couvre une superficie de 26 345 hectares et s’Ă©tend sur 30 kilomĂštres.

Que s’est-il passĂ© ? Etant informĂ© du projet, des dignitaires en complicitĂ© avec les membres de la commission de pilotage du projet de construction du port en eau profonde de Kribi constituĂ© des reprĂ©sentants de plusieurs ministĂšres vont acquĂ©rir des titres fonciers qui seront dĂ©livrĂ©s par le ministĂšre du domaine. Or, les nouveaux propriĂ©taires n’ont jamais habitĂ© ces espaces et sont inconnus de tous les riverains. C’est ainsi que entre le 6 avril 2009 et le 30 novembre 2010, 44 faux titres fonciers seront Ă©tablis. Par rapport Ă  la masse globale de 10.774.638.375 FCFA indemnisant les dĂ©tenteurs de titres fonciers, l’indemnisation des dĂ©tenteurs de titres datĂ©s postĂ©rieurement au 06 fĂ©vrier 2009 reprĂ©sente 4.821.356.625 FCFA, soit 44,7 % du total.

D’aprĂšs le rapport de la CONAC, « les plus gros arnaqueurs qui ont rĂ©ussi par tous les moyens et par toutes les man uvres Ă  espĂ©rer bĂ©nĂ©ficier de 500 millions Ă  plus de 2 milliards « mĂ©ritent » d’ĂȘtre nommĂ©ment citĂ©s. Il s’agit de :
.Famille BONGASSOUTA (502.530.000 FCFA)
.NANGUIE Martine Veuve MPOLO (542.754.097 FCFA)
.TUETE Brigitte/Famille ELLA (550.356.000 FCFA)
.AKEVA François (555.761.000 FCFA)


.DJOUBA Aloys/Collectivité LOWENGUE (631.687.000 FCFA)
.MABELE Georges (631.985.929 FCFA)
.SIMBA Célestin (857.490.000 FCFA) BONGALAMBE (Collectivité de) 1.024.000.000 FCFA
.NSONG Victorine (1.037.794.470 FCFA) – DJOUBA Aloys / CollectivitĂ© BONGALAMBE 1.304.223.006 FCFA
.MBILE Benoßt/Collectivité BIGOUNLI (2.031.166.500 FCFA).

Les 10.774.638.375 FCFA ont Ă©tĂ© dĂ©bloquĂ© sur le budget du ministĂšre de l’Economie et de l’amĂ©nagement du territoire lorsque Louis Paul Motaze Ă©tait encore patron de ce ministĂšre. Au mois de fĂ©vrier 2010, il annonçait que tout le monde ne sera pas rĂ©gularisĂ© au mĂȘme moment Ă  l’occasion de la 5Ăšme rĂ©union du comitĂ© de pilotage du projet.

Mais, en dĂ©cembre 2010, les populations se rendent compte qu’elles ont Ă©tĂ© flouĂ©es par le comitĂ©. Elles dĂ©couvrent les noms de personnes qu’elles ne connaissent ni d’Adam, ni d’Eve et sont ceux qui perçoivent les plus gros montants. Elles menacent de bloquer le projet et Ă©crivent au chef de l’Etat. Les opĂ©rations d’indemnisation sont dans un premier temps arrĂȘtĂ©es. Paul Biya dĂ©pĂȘche sur place les enquĂȘteurs de la police judiciaire, le DGRE pour s’enquĂ©rir de la situation. C’est comme cela que le poteau aux roses sera dĂ©couvert.

Sur une enveloppe initiale de 24 milliards de Fcfa, suite aux dĂ©nonciations de la fraude, l’Etat du Cameroun va parvenir Ă  Ă©conomiser 10 milliards de Fcfa. Des titres fonciers seront annulĂ©s dĂšs juillet 2013 par Koung Abessike la ministre du domaine. Dans un communiquĂ©, elle parle de: « faute de l’administration matĂ©rialisĂ©e par la lĂ©gĂšretĂ© du conservateur foncier de l’OcĂ©an qui a irrĂ©guliĂšrement procĂ©dĂ© Ă  ce morcellement aprĂšs l’arrĂȘtĂ© dĂ©clarant d’utilitĂ© publique…, de la fraude du bĂ©nĂ©ficiaire qui a volontairement trompĂ© la vigilance de l’administration dans le but de se faire payer des indemnisations auxquelles il ne pouvait lĂ©gitimement prĂ©tendre ».

Mais un bon nombre de personnes dĂ©tenteurs de ces faux titres fonciers sont en fait des prĂȘts noms. Les vĂ©ritables propriĂ©taires Ă©tant impliquĂ©s dans le projet. Des dizaines d’arrestations ont dĂ©jĂ  eu lieu parmi lesquels des prĂ©fets et sous-prĂ©fets qui ont servi dans la rĂ©gion. Les auditions se poursuivent.. Jusqu’oĂč pourrait aller la justice ?

Port en eau profonde de Kribi.

Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Retour en haut