Opinions › Tribune

Cameroun: lettre ouverte à Paul Biya, président de la République

Par Denis Emilien Atangana, Entrepreneur sociopolitique

Monsieur le Président de la République,

J’aurais aimĂ© ne pas avoir Ă  vous Ă©crire, vous laissant plutĂ´t tout le loisir de continuer Ă  penser que «Ne dure pas au pouvoir qui veut, mais qui peut». HĂ©las, la situation dans laquelle se trouve notre pays exige que j’attire votre attention une fois de plus et pas de trop sur les risques et les consĂ©quences qu’une provocation de trop de votre rĂ©gime pourrait engendrer au Cameroun.

Au moment oĂą vos «crĂ©atures» et ceux qui bĂ©nĂ©ficient des largesses de votre rĂ©gime vous supplient et vous appellent Ă  initier un projet de loi visant la modification de la constitution pour une prĂ©sidentielle anticipĂ©e avec vous comme candidat et l’institution d’un poste de Vice-prĂ©sident, je vous invite Ă  prendre conscience que l’affaire Alvine Monique KoumatĂ©kĂ© nous prouve que le peuple camerounais est un volcan endormi qui n’attend que le «Casus Bellis» c’est Ă  dire «la goute d’eau qui va dĂ©border le vase» pour vous chasser du pouvoir par la rue et vous relĂ©guer aux poubelles de l’histoire.

Monsieur le PrĂ©sident de la RĂ©publique, permettez-moi de reprendre ici un extrait de la dĂ©claration de la Jeunesse Consciente et RĂ©publicaine du Cameroun publiĂ©e le 11 mars 2016: [i «Le Cameroun est devenu le pays le plus corrompu du monde, le pays de la dĂ©linquance juvĂ©nile pandĂ©mique, le pays des hĂ´pitaux mouroirs, le pays des Ă©coles de la prostitution, le pays du chĂ´mage endĂ©mique, le pays de la famine, le pays des crimes rituels, le pays qui tue sa jeunesse Ă  petit feu, le pays du nĂ©potisme, le pays de la gabegie, le pays des fonctionnaires milliardaires, bref pour rĂ©sumer en citant une Ă©minence grise de notre pays: «un pays qui a Ă©cartĂ© la norme et normalisĂ© l’Ă©cart». Il faut le reconnaitre mĂŞme les myopes politiques sont unanimes que votre politique est issue d’un autre âge contraire Ă  toute Ă©thique de gouvernance.

Ce palmarès peu Ă©logieux de votre long règne est source de frustration, d’inquiĂ©tude et de mĂ©contentement au niveau des populations, des organisations syndicales, de la sociĂ©tĂ© civile et des travailleurs et surtout des jeunes. Ces derniers n’ont aucune perspective d’avenir, vous ĂŞtes devenu un obstacle dĂ©terminant pour les rĂŞves, les aspirations et l’Ă©panouissement de la jeunesse camerounaise, oui Monsieur le PrĂ©sident, la jeunesse est fatiguĂ©e de vos promesses non tenues depuis plus d’un quart de siècles.

Comment peut-on imaginer qu’un homme comme vous qui est entrĂ© dans la haute administration Ă  29 ans, a franchi tous les postes de responsabilitĂ©s : chargĂ© de missions Ă  la prĂ©sidence de la RĂ©publique, Ministre, SecrĂ©taire GĂ©nĂ©ral de la PrĂ©sidence, Premier Ministre jusqu’Ă  devenir PrĂ©sident de la RĂ©publique Ă  49 ans peut se permettre de former un gouvernement de plus de 66 personnes dans lequel aucun ministre n’a moins de 50 ans ? MĂŞme le Ministre de la jeunesse a plus de 50 ans, et pourtant selon les textes en vigueur au Cameroun, est jeune celui/celle qui a moins de 35 ans.

Monsieur le PrĂ©sident de la RĂ©publique, les appels Ă  candidature que quelques militants de votre parti, soucieux de prĂ©server leurs privilèges, ont eu une fois de plus, mais alors une fois de trop dĂ©cidĂ© d’initier, certainement avec votre aval, pour modifier la constitution et satisfaire votre appĂ©tit de conservation de pouvoir, ne vont plus passer comme lettre Ă  la poste cette fois-ci ! Le contexte actuel ne joue pas en votre faveur ! Si vous tenter de dĂ©poser un projet de loi visant la modification de La Constitution pour une prĂ©sidentielle anticipĂ©e Ă  laquelle vous souhaitez gagner comme d’habitude Ă  la soviĂ©tique, je vous mets en garde que vous augmenterez la probabilitĂ© de de vous faire chasser du pouvoir par la rue.


Monsieur le PrĂ©sident, les camerounais sont très mĂ©contents de vous, en particulier les jeunes, ils sont très fâchĂ©s contre vous et les rapaces qui vous entourent. Ce Projet de loi serait une provocation de trop qui va difficilement passer. Je vous conseille de faire un sondage d’opinions rapide pour savoir ce que les camerounais en pensent. Vos services de renseignements doivent avoir le courage de vous dire la vĂ©ritĂ©, ils vous diront que ça chauffe dehors contre vous et votre rĂ©gime.

Monsieur le PrĂ©sident, après dĂ©jĂ  34 ans de règne Ă  la tĂŞte de notre pays, je vous conseille de prendre votre retraite et permettre Ă  la jeunesse camerounaise de connaĂ®tre enfin, les joies qu’offre l’alternance politique, apparemment seule forme possible de redistribution intergĂ©nĂ©rationnelle, dans un environnement hermĂ©tique et patrimonialiste.

Et vu de votre rĂ´le plus que jamais louable dans la rĂ©solution pacifique du conflit de BAKASSI et compte tenu du fait que vous aimerez que l’on garde de vous l’image de l’homme qui a apportĂ© la dĂ©mocratie au Cameroun, vous pourrez alors crĂ©er une Fondation Politique chargĂ©e de promouvoir la dĂ©mocratie et la paix dans le monde. Ainsi, vous resterez Ă  coup sĂ»r, visible Ă  jamais et respectĂ© sur le plan international. Et enfin je vous propose de rendre opĂ©rationnelle la Cour Constitutionnelle et devenir membre Ă  vie comme en France pour l’ex-PrĂ©sident de la RĂ©publique.

Denis Emilien Atangana

Dr)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

Ă€ LA UNE
Retour en haut