Société › Société

Cameroun: Nouvelle arrestation de journaliste

Certaines sources avancent que Raphael Kamtchuen de la Boussole détiendrait des documents top secrets

La justice devrait se prononcer ce lundi
L’affaire ne fait pas encore grand bruit, mais selon des sources bien introduites, Raphael Kamtchuen, le directeur de publication du journal camerounais La Boussole, sĂ©journerait depuis jeudi 17fevrier dernier Ă  la brigade de gendarmerie de Kondengui, dans la capitale camerounaise. Il aurait Ă©tĂ© interpellĂ© alors qu’il venait de rendre visite Ă  la prison centrale de la ville Ă  l’ancien ministre de l’Economie et des Finances, Polycarpe Abah Abah, poursuivi et dĂ©tenu pour dĂ©tournement de deniers publics. Il aurait Ă©tĂ© arrĂŞtĂ© sur ordre du rĂ©gisseur de la prison. Des sources proches de la famille indiquent qu’il serait reprochĂ© Ă  RaphaĂ«l, d’ĂŞtre entrĂ© « par effraction » au sein du pĂ©nitencier mais aussi de dĂ©tenir des documents classĂ©s « secret d’Etat». On a appris qu’après son arrestation, il avait d’abord Ă©tĂ© conduit au secrĂ©tariat d’Etat Ă  la DĂ©fense en charge de la gendarmerie (SED) avant d’ĂŞtre ramenĂ© Ă  la brigade de Kondengui. C’est ce lundi, selon des sources proches du dossier, qu’il devrait de nouveau ĂŞtre prĂ©sentĂ© devant les enquĂŞteurs du SED qui, selon le cas, vont lui notifier les infractions qui lui sont reprochĂ©es ou libĂ©rer.

La rĂ©action du gouvernement face Ă  cette potentielle nouvelle affaire impliquant un journaliste est très attendue. 2011 Ă©tant une annĂ©e Ă©lectorale, le gouvernement se refuse Ă  laisser enfler toute situation qui pourrait ĂŞtre un facteur de crise sociale. L’annĂ©e dernière, trois journalistes avaient Ă©tĂ© Ă©crouĂ©s toujours pour des affaires concernant des secrets impliquant des hauts dirigeants du rĂ©gime. L’un d’eux, Germain Biby Ngota y avait trouvĂ© la mort. Au Cameroun comme d’ailleurs dans beaucoup de pays mĂŞme occidentaux, la libertĂ© de presse est fortement encadrĂ©e par la question d’ordre publique ou de secret d’Etat. une loi libĂ©rale sur la libertĂ© de la communication sociale a Ă©tĂ© promulguĂ©e le 19 dĂ©cembre 1990, la censure administrative prĂ©alable a Ă©tĂ© supprimĂ©e par la loi du 4 janvier 1996, le monopole de l’Etat sur les ondes a Ă©tĂ© abrogĂ©, le mĂ©tier de journaliste a Ă©tĂ© dĂ©fini et organisĂ© conformĂ©ment aux principes universellement reconnus, une direction de la communication privĂ©e a Ă©tĂ© crĂ©Ă©e au sein du ministère de la communication en vue d’une meilleure prise en compte des problèmes liĂ©s aux mĂ©dias du secteur non Ă©tatique. Mais la presse (surtout privĂ©e) souffre encore de plusieurs maux, dont la prĂ©caritĂ© et la rĂ©pression silencieuse. Une situation qui favorise l’entrĂ©e dans la profession de personnes qui en rĂ©alitĂ© jouent des cartes autres que celle du journalisme.


Raphael Kamtchuen, journaliste camerounais détiendrait des dossiers secrets

Journalducameroun.com)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut