Société › Kiosque

Cameroun: le CNC demande le retrait d’Afrique mĂ©dia du câble

Le président du CNC appelle le Syndicat des télédistributeurs par câble du Cameroun à retirer Afrique média de ses bouquets.

Peter Essoka a rĂ©cemment saisi, par courrier, le Syndicat national des tĂ©lĂ©distributeurs par câble pour leur demander – en sa qualitĂ© de prĂ©sident du Conseil national de la communication (CNC) – de retirer «sans dĂ©lai» la chaine de tĂ©lĂ©vision Afrique mĂ©dia de leurs bouquets. Il s’agit selon lui, de permettre ainsi l’application de la suspension prononcĂ©e le 04 juin 2015 contre la chaine panafricaniste pour «fautes Ă©thiques et dĂ©ontologiques en matière de communication sociale».

Des sources jointes au téléphone par Journal du Cameroun indiquent avoir vu ladite correspondante bien que le cas Afrique média n’ait pas été soumis à l’appréciation de l’Assemblée générale du CNC lors de sa dernière session tenue le ….. à Yaoundé. De ce fait, poursuivent-elles, Peter Essoka il est possible que Peter Essoka ait pris la résolution de son propre chef «comme c’est souvent arrivé».


Selon le patron du CNC, depuis sa suspension en 2015, Afrique mĂ©dia «continue de diffuser des propos portant atteinte Ă  l’éthique et Ă  la dĂ©ontologie professionnelles». A titre illustratif, Peter Essoka cite des extraits de propos tenus par des panĂ©listes le 26 mars 2017, dans le cadre d’un dĂ©bat sur l’avenir du Francs CFA. «Le prĂ©sident Biya n’est plus digne de gouverner le Cameroun… Il n’a jamais rien dit sur le Francs CFA… Il faut qu’il arrĂŞte de bloquer les Ă©volutions… Le prĂ©sident Biya se prend pour dieu, le pays lui appartient. L’heure est arrivĂ©e o le Cameroun va le chasser, le poursuivre…»

La genèse de l’affaire Afrique média/CNC remonte en 2015 lorsque l’organe régulateur des médias suspend les émissions de cette chaine pour une période d’un mois, pour «récurrence des dérapages professionnels», ses panélistes ayant régulièrement «proféré des accusations non justifiées et des appels à la haine susceptibles de porter atteinte à l’image et à l’honneur de personnalités, d’institutions et pays étrangers». En octobre puis en décembre 2015, le CNC confirme la sanction malgré une correspondance du ministre de la Communication, Issa Tchiiroma Bakary, du  02 octobre enjoignant le Conseil à «lever la sanction temporaire d’un mois contre Afrique média». En mars 2016, le juge de référés d’heure à heure du tribunal de première instance de Yaoundé, a ordonné la réouverture de la chaîne de télévision privée Afrique Media dont les portes avaient été scellées en août 2015 par le Conseil.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut