› Politique

Cameroun : le sous-préfet de Mbanga muté à Yaoundé IV

Georges Magloire Bassilekin. ©Droits réservés

Il y a quelques jours, Georges Magloire Bassilekin tentait d’obliger le Sdf Ă  participer aux manifestations du 20 mai.

Le chef de l’Etat vient de nommer ou d’affecter des sous-prĂ©fets dans diffĂ©rents arrondissements du Cameroun.Le dĂ©cret a Ă©tĂ© lu lors du journal parlĂ© de la Crtv de 17h. Au lendemain de la cĂ©lĂ©bration de la fĂŞte de l’UnitĂ©, Paul Biya, le prĂ©sident de la RĂ©publique du Cameroun vient de procĂ©der Ă  un redĂ©ploiement des sous-prĂ©fets dans les diffĂ©rents arrondissements du Cameroun. Des nombreux sous-prĂ©fets nommĂ©s ou mutĂ©s, l’on note l’affectation de Georges Magloire Bassilekin. L’administrateur civil principal a rĂ©cemment fait parler de lui. Avant le dĂ©cret de cet après-midi, il Ă©tait en service Ă  Mbanga, dans le dĂ©partement du Moungo, rĂ©gion du Littoral.

Le 17 mai dernier, alors que le Sdf a annoncé son intention de ne pas participer à la célébration de la fête de l’Unité, Georges Magloire Bassilekin signe une circulaire qui attire  sur lui l’attention des médias. Dans le document, l’administrateur civil principal signifie au conseiller du Sdf à la commune de Mbanga, Iréné Teudjouteu, l’obligation de son parti à prendre part a défilé du 20 mai sur sn territoire de compétence.

« J’ai l’honneur de vous faire connaitre qu’en votre qualitĂ© d’Ă©lus du peuple, votre prĂ©sence aux cĂ©rĂ©monies publiques est une obligation rĂ©publicaine (Cf. DĂ©cret N° 76-424 du 16 septembre 1976 fixant les règles de protocole observer en matière de cĂ©rĂ©monies publiques) », rappelle le Sous-prĂ©fet dans sa correspondance. Et d’ajouter que « vos obĂ©diences ne devraient pas faire perdre de vue votre qualitĂ© d’élus du peuple qui vous contraint Ă  des exigences rĂ©publicaines dont vos engagements partisans ne devraient en aucun cas Ă©luder ».


De vives rĂ©actions ne se sont pas fait attendre de la part du parti de John Fru Ndi. CĂ©lestin Djamen, le secrĂ©taire national aux droits de l’Homme et des peuples du Sdf, avait dĂ©claré : « Le sous-prĂ©fet de Mbanga, Georges Magloire Bassilekin, ose invoquer un dĂ©cret pour obliger un conseiller municipal Sdf Ă  participer au dĂ©filĂ© du 20 mai boycottĂ© par le Sdf. Or, le dĂ©cret 76/424 du 16 septembre 1976 invoquĂ© par le sous-prĂ©fet concerne exclusivement le Protocole d’État en matière de cĂ©rĂ©monies publiques, de prĂ©sĂ©ances et d’honneurs civils et militaires et ne fait mention d’aucune obligation de dĂ©filer…D’oĂą vient-il donc qu’un sous-prĂ©fet dĂ©fiant le prĂ©sident de la RĂ©publique, qui n’a jamais eu une telle audace Ă  contraindre qui que ce soit de dĂ©filer, ose Ă  la fois piĂ©tiner la Constitution camerounaise et manipuler les populations sur un dĂ©cret qui ne parle aucunement d’obligation de dĂ©filer d’un Ă©lu? OĂą est donc M. le Sous-prĂ©fet le texte qui vous autorise Ă  obliger un Ă©lu Ă  dĂ©filer? Pourquoi bon Dieu tenez-vous absolument Ă  ce que le SDF soit prĂ©sent Ă  ce dĂ©filĂ© ? ».

Après cet épisode, Georges Magloire Bassilekin est muté de Mbanga à Yaoundé IV. Une mutation assimilable à une promotion.  Il y remplace Martin Locko Moutassi, décédé en mars dernier.

L’autre fait marquant des textes signés ce lundi par le chef de l’Etat est le départ à la retraite de Jean Paul Vital Tsanga Foé. Il était sous-préfet de l’arrondissement de Yaoundé I er depuis 2013.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut