Société › Société

Cameroun: Problématique et impact des migrations sur les familles?

Enfants de la rue, réfugiés, travailleurs, déplacés de tous bords., la question des migrations reste préoccupante

Le dĂ©placement des populations ou d’un individu d’un point Ă  un autre Ă  l’intĂ©rieur d’un mĂŞme pays ou d’un pays Ă  un autre, voilĂ  comment se dĂ©finit la migration. Et si l’on se rĂ©fère au rapport mondial de 2009 sur le dĂ©veloppement humain, le chiffre total des migrations dans le monde est estimĂ© Ă  740 millions de migrants nationaux et Ă  214 millions de migrants internationaux, soit 3,1 % de la population mondiale.

Au Cameroun d’une manière gĂ©nĂ©rale, l’immigration est en baisse par rapport Ă  l’Ă©migration. Ces questions constituent une prĂ©occupation des pouvoirs publics. Dans cette optique, le chef de l’Etat Paul Biya dĂ©clarait en janvier 2008 Ă  l’occasion de la cĂ©rĂ©monie de prĂ©sentation des v ux de nouvel an que [i Les migrations des populations originaires du tiers monde, notamment d’Afrique, chassĂ©s par la guerre ou la misère sont devenus un grave sujet de prĂ©occupation pour les pays de dĂ©part et de destination. Et si rien n’est fait Ă  la mesure du problème, il est probable que les flux ne cesseront d’augmenter. La solution est pourtant Ă©vidente.

Il faut favoriser le dĂ©veloppement des pays d’origine des migrants, ce qui suppose la mise en uvre d’une sorte de plan Marshall plus ambitieux que le mĂ©canisme classique de l’aide au dĂ©veloppement]. Il va sans dire que la question reste prĂ©occupante, mĂŞme dans l’arrière pays. Seulement qu’ici, il s’agit beaucoup plus de l’exode rural oĂą les migrations sont orientĂ©es des zones rurales vers les zones urbaines. Elles sont constituĂ©es d’enfants de la rue, des rĂ©fugiĂ©s, des travailleurs qui partent d’une rĂ©gion pauvre vers des rĂ©gions qui offrent des possibilitĂ©s d’emplois et des dĂ©placĂ©s de tous bords. Les migrations ont un certain poids sur les problèmes de promiscuitĂ©, de santĂ©, d’habitat, d’aide sociale et d’Ă©ducation.


Les migrations rĂ©gionales et temporaires se manifestent Ă©galement par l’affectation d’un Ă©poux dans une localitĂ© diffĂ©rente du lieu de service de son Ă©pouse et vice versa. Des mesures lĂ©gislatives et rĂ©glementaires permettraient Ă  coup sĂ»r de rĂ©duire de manière considĂ©rable ces migrations, notamment par la mise en place des programmes et projets en faveur des jeunes Ă  l’instar du Programme intĂ©grĂ© d’appui aux acteurs du secteur informel (PIAASI) et du Programme d’appui Ă  la jeunesse rurale et urbaine (PAJER-U). De mĂŞme, alerter l’opinion publique sur le phĂ©nomène des migrations et ses consĂ©quences sur les familles peut Ă©galement contribuer Ă  les Ă©radiquer, ou tout au moins Ă  les rĂ©duire.


clio-cr.clionautes.org)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut