Sport › Football

Cameroun : Prosper Nkou Mvondo Ă©crit Ă  la Fifa

Prosper Nkou Mvondo, président de Ngaoundéré Fc. ©Droits réservés

Le président de Ngaoundéré Fc récuse les qualités attribuées à Tombi A Roko et de Blaise Moussa, invités en tant que président et secrétaire général de la Fecafoot à la rencontre du 8 juin à Zurich.

Début mai, la Fédération internationale de football association (Fifa) a convoqué les protagonistes de la crise de la Fecafoot. Ils sont attendus à Zurich le 8 juin prochain pour trouver une issue aux différents désaccords qui s’enlisent depuis plusieurs années.

En face de l’exécutif de la Fifa, devraient siéger Abdouraman Hamadou, Akoe Domingo, John Balog, Joseph Antoine Bell et Prosper Nkou Mvondo, respectivement présidents d’Etoile filante de Garoua, Jeunesse Star, Authentic Fc, Bandjoun Fc et Ngaoundéré Fc. Ceux-ci contestent la légitimité de Tombi à Roko et Blaise Moussa, invités à ce conclave en leur qualité de président et de secrétaire général de la Fecafoot.

Alors que la Fifa essaie de désamorcer la bombe qui pourrait davantage paralyser l’organisme, Prosper Nkou Mvondo a fait une sortie qui va certainement alimenter la polémique. En effet, dans une correspondance adressée à la Fifa, le président de Ngaoundéré Fc. « Les qualités conférées à deux invités, à savoir, messieurs Tombi à Roko et Moussa Blaise, ne peuvent laisser indifférent Ngaoundéré football club. Le premier invité cité est un ancien secrétaire général de la Fecafoot. Son élection comme président de la Fecafoot a été annulée par des sentences de la Chambre de conciliation et d’arbitrage du Comité national olympique et sportif du Cameroun. Sentences confirmées par le Tas (27 février 2017, ndlr). Dès lors que l’élection de M. Tombi A Roko a été  annulée, il va de soi que tous les actes juridiques qu’il aura posés entretemps sont nuls et de nul effet. Il en est ainsi de la nomination de M. Moussa Blaise comme secrétaire général de la Fecafoot », dit Prosper Nkou Mvondo dans sa lettre.


Par ailleurs, l’enseignant de droit s’érige quelque peu en donneur de leçon lorsqu’il précise dans sa lettre que « il est aisé de comprendre que le fait de conférer à messieurs Tombi A Roko et Blaise Moussa les qualités respectives de président et de secrétaire général de la Fécafoot, pour une rencontre aussi importante que celle du 08 juin 2017, constitue une violation flagrante du droit et de l’éthique sportive. Plus encore, il s’agit et surtout d’un manquement grave au respect que l’ensemble du mouvement sportif mondial doit au Tas qui a dénié la qualité de président de la Fécafoot à M. Tombi A Roko».

 

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut