Politique › Institutionnel

Cameroun: Thierry Michel Atangana est libre!

Les proches de l’ex prisonnier ont eu la confirmation de sa libĂ©ration lundi Ă  21H, après une journĂ©e presque ordinaire. Selon les mĂŞmes sources Titus Edzoa a recouvrĂ© aussi la libertĂ©

Thierry est libre, enfin ! Il est en ce moment Ă  l’ambassade de France au Cameroun oĂą il se repose. C’est en ces termes que Honorine Ewodo, la petite s ur de l’ex prisonnier s’est exprimĂ©e ce matin pour nous confirmer la nouvelle que Me Charles Tchougang a donnĂ© aux journalistes tard dans la soirĂ©e de lundi 24 fĂ©vrier 2014. Jusqu’en fin de journĂ©e lundi, on ne savait pas si ça le ferait. On lui a signifiĂ© dans la journĂ©e qu’il allait rentrer en cellule car il avait encore de la paperasse Ă  signer. Et donc, quand je l’ai eu vers 18H, il m’a dit si grand jour il y’a, ce sera sans doute mercredi. Mais je pense que les autoritĂ©s ont voulu Ă©loigner la foule de curieux et de journalistes qui campaient au Sed ces derniers temps. Plus tard, il a Ă©tĂ© transportĂ© Ă  la rĂ©sidence de l’ambassade de France au Cameroun et peu après 21H, il nous a envoyĂ© le texto confirmant qu’il Ă©tait libĂ©rĂ©. Faisant Ă©clater notre joie ! Au micro de RFI, son fils Eric a eu les mĂŞmes mots : C’est vraiment beau. On a tellement dĂ» se battre pour obtenir sa libĂ©ration, et ce soir, enfin, on a la certitude qu’il est Ă  l’ambassade, c’est un Ă©norme soulagement. C’est un Ă©norme poids qui tombe. C’est vraiment magnifique ce qui est en train de se passer. Pour des raisons de sĂ©curitĂ©, Me Tchougang, un des conseils camerounais de l’ex prisonnier, n’a pas pu le rencontrer, mais il a eu la confirmation de la libĂ©ration. Il a ainsi pu informer les journalistes alors qu’il se trouvait devant la rĂ©sidence de Christine Robichon, ambassadrice de France au Cameroun. En France oĂą il est attendu dans les prochains jours, ses proches et son comitĂ© de soutien s’organisent. Notamment son avocat Me Dupond Moretti qui devrait donner une confĂ©rence de presse dans les prochains jours.


EmprisonnĂ© en 1997 pour des faits prĂ©sumĂ©s de dĂ©tournements de fonds dans un projet de fonds routiers, Michel Thierry Atangana avait introduit un recours le 04 octobre 2012 suite Ă  la dĂ©cision du Tribunal de Grande Instance de YaoundĂ© qui le condamnait Ă  20 ans de prison. Le 17 dĂ©cembre 2013, le pourvoi en cassation introduit par ses conseils a Ă©tĂ© rejetĂ© par les juges de la Cour SuprĂŞme, Ă©puisant de ce fait les recours juridiques. Ne restait alors que la grâce prĂ©sidentielle qui est arrivĂ©e avec le dĂ©cret prĂ©sidentiel du 18 fĂ©vrier 2014. Ce texte a Ă©tĂ© signĂ© dans la mouvance de la cĂ©lĂ©bration du cinquantenaire de la RĂ©unification du Cameroun. Le droit de grâce du chef de l’Etat est reconnu par la Constitution du 18 janvier 1996 qui dispose en son article 8, alinĂ©a 7, que le prĂ©sident de la RĂ©publique : « exerce le droit de grâce après avis du Conseil supĂ©rieur de la magistrature ».


Titus Edzoa a aussi été libéré lundi 24 février 2014.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut