Opinions › Tribune

Cameroun: Um Nyobe et la tĂ©lĂ©ologie de l’Ă©chec

Par Patrice Nganang

Un Camerounais bien-pensant m’a rĂ©veillĂ© ce matin avec une comparaison absurde – les Français ont De Gaulle, dit-il, les Anglais ont Churchill, les AmĂ©ricains ont Lincoln, les Ivoiriens ont HouphouĂ«t-Boigny, et mĂŞme les Congolais ont Lumumba. Nous les Camerounais, conclue-t-il, nous avons Um Nyobe.

C’est trop mal vu, cette comparaison, je trouve, Ă  moins qu’elle ne nous prĂ©sente une vĂ©ritĂ© simple: l’histoire camerounaise est celle de l’Ă©chec. Car de tous ces gens-lĂ , mĂŞme Lumumba a quand mĂŞme Ă©tĂ© Premier ministre de son pays, alors qu’avec Um Nyobe, ça a Ă©tĂ© Ă©chec et mat. Et c’est ça le plus important! A moins que la diffĂ©rence entre victoire et Ă©chec ne veuille plus rien dire comme presque tout dans notre pays.

De Gaulle a Ă©tĂ© prĂ©sident de France deux fois, Lincoln, prĂ©sident des USA, Churchill premier ministre de Grande Bretagne, et tous les trois ont gagnĂ©, je dis bien gagnĂ© les guerres qu’ils ont menĂ©es, la deuxième guerre mondiale pour les premiers, et la guerre civile amĂ©ricaine pour le second.

HouphouĂ«t-Boigny a Ă©tĂ© prĂ©sident de son pays. Lumumba, lui, a tout de mĂŞme Ă©tĂ© Premier ministre du Congo avant d’ĂŞtre assassinĂ©. Je le rĂ©pète: Lumumba a bel et bien Ă©tĂ© Premier ministre du Congo avant d’ĂŞtre assassinĂ©, et c’est bel et bien lui qui a reçu les oripeaux de l’indĂ©pendance de son pays.

Um Nyobe quant Ă  lui a ratĂ© tout ce qu’il voulait atteindre – l’indĂ©pendance, la prĂ©sidence du Cameroun, et mĂŞme la Guerre civile camerounaise. Echec et mat, quoi.

L’histoire camerounaise est celle du ressentiment, et voilĂ  ou ça commence- le 13 septembre. Si j’avais du temps je l’expliciterais en termes philosophiques, surtout en ouvrant les textes de Friedrich Nietzsche, son analyse profonde, très profonde du ressentiment, car ça explique sans doute bien des choses sur la fondamentale nĂ©gativitĂ©, je dis bien nĂ©gativitĂ© de mes compatriotes.


La tĂ©lĂ©ologie de l’Ă©chec dans notre pays commence avec ce cadavre-ci – Um Nyobe -, et pollue la pensĂ©e camerounaise ou ce qui en tient, Ă  commencer Ă©videmment par Achille Mbembe qui en a fait un Dieu autant qu’un concept. La question qui se pose aujourd’hui est celle de savoir si ce pays notre, si le peuple camerounais qui a ratĂ© mĂŞme jusqu’au coup d’Etat, la chose la plus rĂ©ussie en Afrique, si ce peuple dont la mentalitĂ©, et c’est-Ă -dire dont l’histoire et dont la fabrique sociale est si saisie par la tĂ©lĂ©ologie de l’Ă©chec, si le peuple camerounais donc, peut en sortir pour fonder son histoire dans le succès, dans la victoire, et donc, si sa lecture de l’histoire du monde cessera un jour de comparer des gens qui ne sont pas comparables, juste pour se morfondre encore plus dans l’Ă©chec.

Je rĂ©ponds qu’il nous faut plonger plus profondĂ©ment pour nous libĂ©rer de ce spectre de l’Ă©chec – dans la culture


monsieur-des-drapeaux.com)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

Ă€ LA UNE
Retour en haut