Politique › Institutionnel

Cameroun: une réunion de sécessionnistes anglophones dispersée

La police n’a procĂ©dĂ© Ă  aucune arrestation ni interpellation après avoir dispersĂ©, ce dĂ©but de semaine, la rĂ©union du ComitĂ© de direction du Cameroon National southern council

Une réunion du comité de direction du mouvement sécessionniste le Cameroon national southern council (SCNC), a été dispersée par la police à Bamenda dans le Nord-ouest anglophone, a-t-on appris mardi, 27 septembre 2016, de sources concordantes.

Des tĂ©moignages concordants indiquent qu’aucune arrestation ni interpellation n’a Ă©tĂ© opĂ©rĂ© par la police.

A en croire les mĂŞmes sources, cette rĂ©union s’est tenue en prĂ©lude aux manifestations que le mouvement sĂ©paratiste compte organiser dans son «fief» du Nord-ouest et du Sud-ouest, les deux rĂ©gions anglophones du pays, le 1er octobre prochain, date qui commĂ©more «l’indĂ©pendance du Cameroun de culture anglophone».

En effet, depuis une vingtaine d’annĂ©es, des ressortissants de ces parties du pays revendiquent la sĂ©paration du pays, pour que l’on redevienne Ă  la situation d’avant le 1er octobre 1961 date de fusion du Cameroun anglophone et francophone.


Cette rĂ©unification Ă©tait consĂ©cutive Ă  l’organisation du rĂ©fĂ©rendum oĂą il Ă©tait question de se rattacher au Nigeria voisin ou de demeurer au Cameroun qui Ă©tait devenu une RĂ©publique fĂ©dĂ©rale avec deux Etats.

Toutefois pour les partisans de la sĂ©cession, les accords du 1er octobre 1961 n’ont pas Ă©tĂ© respectĂ©s, raison pour laquelle ils accusent les francophones qui reprĂ©sentent les 4/5 de la population totale du pays, soit huit rĂ©gions sur dix, d’avoir «annexé» les anglophones qui ne joueraient que les seconds rĂ´les.

A l’approche de la [|i «date anniversaire de l’indĂ©pendance»] du Cameroun de culture anglophone, des manifestations non autorisĂ©es se tiennent dans la clandestinitĂ©, les forces de l’ordre procĂ©dant parfois Ă  des interpellations des militants de la cause sĂ©cessionniste qui se battent tant bien que mal pour hisser leur drapeau.


Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut