Société › Société

DĂ©cès du gĂ©nĂ©ral Jacob Kodji: la prĂ©sidence Ă©carte la thèse d’un attentat

La mise au point faite mardi par la présidence de la République vient ainsi écarter toute thèse sur une attaque aérienne fomentée par la secte islamiste Boko Haram

Il est «formellement Ă©tabli» que l’accident d’hĂ©licoptère militaire survenu dimanche dernier dans la localitĂ© camerounaise de Tchofo (ExtrĂŞme-Nord) et qui a notamment coĂ»tĂ© la vie Ă  un gĂ©nĂ©ral de brigade est «un crash aĂ©rien», selon un communiquĂ© publiĂ© mardi par la prĂ©sidence de la RĂ©publique.

Cette mise au point intervient alors que les supputations vont bon train, notamment dans les médias à capitaux privés du pays et les réseaux sociaux, soupçonnant une attaque aérienne de la secte islamiste Boko Haram qui sévit dans la région depuis plus de quatre ans.

L’appareil, de type Bell 206, avait en effet Ă  son bord le commandant de la rĂ©gion militaire interarmĂ©es n°4, Jacob Kodji, considĂ©rĂ© comme le soldat en chef dans la lutte contre le mouvement jihadiste mais aussi le commandant de la rĂ©gion de gendarmerie n°4, Alphonse Nkameni.

Ce crash a aussi emporté le pilote Aurélien Tchinda Mulu ainsi que le mécanicien Basile Soulounna.



Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut