Personnalités › Diaspora

DĂ©couvrez Vickie FrĂ©mont, la brillante artiste camerounaise, invitĂ©e du Mobia jusqu’en septembre

En plein c ur de New York, elle expose l’Afrique avec des matĂ©riaux recyclĂ©s. Rencontre.

Vickie FrĂ©mont est camerounaise, elle vit Ă  New York depuis plusieurs annĂ©es. Ethnologue, enseignante et artiste, elle voue une passion sans limite Ă  l’Art, la Culture et la Musique de l’Afrique. Jusqu’au 27 septembre, elle expose au Museum of Biblical Art, le Mobia, Ă  New York. Elle nous parle de l’expo, sa vie et le Cameroun. Entretien.

Jusqu’au mois de septembre vous exposez au Mobia Ă  New York. Parlez nous de cette exposition.
RE. Re-Cycle, Re-Create, Re-Imagine est une exposition accompagnĂ©e d’une sĂ©rie de cours et de lectures initiĂ©s pour expliquer et montrer comment avec des matĂ©riaux dĂ©suets et considĂ©rĂ©s comme inutilisables on peut crĂ©er de beaux objets d’art. Beaucoup le font tous les jours en Afrique. L’exposition s’adresse Ă  tous; adultes, enfants habitants de New York et d’ailleurs. Nous avons cherchĂ© Ă  Ă©veiller la curiositĂ© de tous et donner Ă  chacun l’envie non seulement de crĂ©er mais aussi de mieux connaĂ®tre le continent Africain. Cette exposition se passe au moment clĂ© de l’histoire de l’Afrique que nous avons voulu marquer. L’annĂ©e prochaine plusieurs nations africaines vont cĂ©lĂ©brer les 50 ans de leur indĂ©pendance. Nous fĂŞtons aussi cette annĂ©e les 15 ans de la fin de l’apartheid et des premières Ă©lections multiraciales en Afrique du Sud… RE. Re-Cycle, Re-Create, Re-Imagine est une exposition qui nous permet de rappeler tous ces faits de l’histoire contemporaine de l’Afrique. L’exposition se compose de 94 pièces elle est installĂ©e dans une galerie vitrĂ©e qui se trouve 61st rue sur Broadway, entre le Lincoln Center et Columbus Circus, l’adresse est importante, nous sommes au centre de Manhattan dans un des endroits les plus frĂ©quentĂ©s de New York, près de Central Park et de la partie la plus luxueuse de 5th avenue.

L’architecte amĂ©ricain James Hicks qui a travaillĂ© avec moi sur la conception de l’exposition a compris l’importance d’avoir une carte de l’Afrique dans mon exposition et m’a aidĂ© a convaincre les gens du MusĂ©e. Contours et les frontières intĂ©rieures des principales rĂ©gions:
-l’Afrique du Nord avec des perles rouges et oranges dites perles BohĂ©miennes avec en plus des perles recyclĂ©es a partir de bouteilles faites au Ghana..
-L’Afrique de l’Est, avec des perles blanches et noires traditionnelles perles faites avec des os au Kenya
-L’Afrique Centrale les perles vertes sont Ă  la fois des perles « Trade » BohĂ©miennes et VĂ©nitiennes
-Les principales rivières ont Ă©tĂ© brodĂ©es avec des perles « Trade » BohĂ©miennes et VĂ©nitiennes qui sont en faites les perles que les marchands europĂ©ens amenaient pour leurs trafics et Ă©changes aujourd’hui elles ont une grande valeur.
Ensuite
Une grande carte de l’Afrique au c ur de Manhattan de 2.25m sur 1.80m, l’image est belle et j’en suis fière. Pour la petite histoire ; pour la Grande AssemblĂ©e annuelle des Nations Unies qui a lieu fin Septembre . plusieurs chefs d’Ă©tats et leurs dĂ©lĂ©gations seront Ă  New York, et le Time Warner Building qui est tout près de MoBia est un des endroits oĂą un grand nombre de diplomates et dĂ©lĂ©gations africaines vont loger.

53 puppets (3) (une puppet pour chaque pays) ont chacune près d’elles une carte sur laquelle le drapeau du pays est reprĂ©sentĂ© avec l’information du jour de leur indĂ©pendance de l’un des 4 pays colonisateurs (France, Angleterre, Portugal ou Espagne). Ces puppets font environ 60cm de hauteur et sont faites a partir de matĂ©riaux recycles mais aussi avec des textiles africains de valeur et des bijoux africains . (Voir les puppets Ici

4 grandes puppets de 1.50 m sont la prĂ©sence forte et vigilante des ancĂŞtres elles se situent au dessus des 53 puppets de part et d’autre de la carte:

– La première reprĂ©sente le Nigeria, le pays du continent le plus peuplĂ©
– La seconde reprĂ©sente le Cameroun, mon pays, et j’ai utilisĂ© le tissu que ma mère avait conservĂ©e depuis l’indĂ©pendance
– La troisième reprĂ©sente l’Afrique du Sud pour cĂ©lĂ©brer les 15 ans d’anniversaire de la fin de l’apartheid
– Et enfin la quatrième reprĂ©sente l’Afrique de l’Ouest en hommage aux SĂ©nĂ©galais, Maliens, gambiens, GuinĂ©ens de New York (la plus grande population d’immigrĂ©s ici a New York vient d’Afrique de l’Ouest)

16 oiseaux ont Ă©tĂ© crĂ©es pour ce qu’ils signifient dans de nombreuses cultures africaines. Ils sont notre connexion avec nos ancĂŞtres et l’immensitĂ© de l’univers. Ils sont aussi les messagers qui transmettent les informations de la terre a l’Univers. Ils symbolisent l’indĂ©pendance et la libertĂ© des pays Africains tous les challenges et toutes les questions, ils sont un pont entre le passĂ©, le prĂ©sent et le futur. Ils ont Ă©tĂ© fabriquĂ©s Ă  partir de matĂ©riaux recyclĂ©s bien sĂ»r mais aussi avec de beaux bijoux et les mĂŞmes tissus que ceux utilisĂ©s pour une sĂ©rie de 20 nids crĂ©es a partir de petits paniers en plastique qui servent pour les fruits et sont recouverts d’environ 2,50 m de tissus dĂ©coupĂ©s en petits morceaux. Les hanses sont faites de colliers crĂ©es avec de très belles perles de collections (Trade beads) . Ces nids sont tous regroupĂ©s en un immense nid d’oĂą les oiseaux prennent leur envol. Ils symbolisent la sĂ©curitĂ© et le confort et aussi toutes nos traditions familiales et culturelles qu’ils nous faut conserver si nous voulons mieux avancer sur les chemins de la libertĂ©.

Vickie Frémont

Journalducameroun.com)/n

Votre exposition a en fond la cĂ©lĂ©bration des indĂ©pendances africaines. qu’est ce qui a vous a inspirĂ© ce sujet?
Quand je suis nĂ©e, mes ancĂŞtres Ă©taient encore plus ou moins des Gaulois. Il s’est passĂ© beaucoup de choses dans le monde depuis: Des hommes ont marchĂ© sur la lune, nous sommes passĂ©s du XX eme au XXIeme siècle , les Etats Unis ont Ă©lu un prĂ©sident d’origine africaine. 50 ans dans la vie d’un ĂŞtre humain c’est Ă©norme, dans la vie d’une nation c’est peu. En tant que nations qu’avons nous accompli? oĂą en sommes nous depuis que Kwame khruma, Njomo Kenyata, Kenneth Kaunda, Lumumba ont initiĂ© les indĂ©pendances? C’est pour rĂ©pondre a toutes ces questions que j’ai pensĂ© et crĂ©Ă© cette exposition. Pour qu’elle soit un temps d’arrĂŞt et de rĂ©flexion. Ma Responsable en Communication me dit que l’exposition ne me concerne plus, elle parle Ă  tous. l’Afrique est placĂ©e au c ur de New York, la ville des Nations Unies parce que l’Afrique est une rĂ©ponse au monde . Elle n’est pas lĂ  seulement pour ĂŞtre exploitĂ©e, et pillĂ©e ou bien lĂ  pour inspirer designers et musiciens l’Afrique est aussi une rĂ©ponse. Elle est La RĂ©ponse.

Quelles sont vos premières impressions depuis le vernissage ?
Un de mes amis qui est NigĂ©rian travaille au Lincoln Center, Ă  deux blocs du lieu de l’exposition. Il m’a dit que le soir en allant prendre son mĂ©tro a Colombus Circus, il a plaisir Ă  s’arrĂŞter pour Ă©couter les commentaires des gens qui regardent l’exposition. Le MusĂ©e m’a dit qu’il comptait une moyenne de 40 a 60 personnes par heure, ces personnes s’arrĂŞtent, prennent le temps de lire les commentaires et les informations près de chaque puppet. Le directeur des expositions m’a dit que le soir lorsqu’il termine tard son travail il y a encore plus de gens devant le musĂ©e qui regardent l’exposition.

Que dire? Mission accomplie?
Je suis très contente, cela ne signifie pas que cela me suffit, ma Responsable en Communication et moi travaillons sĂ©rieusement pour faire voyager l’exposition.


Marionnette Nigéria

Journalducameroun.com)/n

Vous ĂŞtes artiste, mais vous avez d’autres activitĂ©s comme l’enseignement. Parlez nous de vous !
Je suis ethnologue, prof d’espagnol et d’histoire gĂ©ographie, designer en textiles , çà c’est pour les diplĂ´mes. Mes activitĂ©s au quotidien combinent tous ces aspects de ma formation.

Parler plusieurs langues aident Ă©normĂ©ment Ă  vivre facilement dans une ville cosmopolite comme New York…
comprendre l’espagnol est un grand atout pour le travail. Etre artiste Ă  New York, surtout lorsqu’on dĂ©marre ne signifie pas grand chose, on doit beaucoup travailler et souvent faire plusieurs boulots pour pouvoir vivre correctement. Moi par exemple, je tiens a mon appartement avec deux chambres qui me sert aussi de showroom, et dans lequel j’ai une cuisine assez grande j’ai besoin d’un studio aussi pour entreposer mon matĂ©riel et pouvoir effectuer mes « gros travaux’, tout cela coĂ»te cher.

En résumé, vous êtes artiste à temps plein?
J’ai crĂ©Ă© ces 5 dernières annĂ©es un programme d’enseignement d’arts basĂ© sur les matĂ©riaux recyclĂ©s, je l’enseigne dans les universitĂ©s, collèges, Ă©coles primaires, secondaires, Bibliothèques, MusĂ©es, organisations et dans le cadre de programmes d’art souvent subventionnes. Je suis aussi designer d’intĂ©rieur, j’ai une ligne d’objets d’intĂ©rieurs (cousins, rideaux, couvre lits, sets de table, etc. que je rĂ©alise avec des textiles anciens et nouveaux africains. Je crĂ©e des lignes de bijoux, avec des perles et des matĂ©riaux africains, gĂ©nĂ©ralement des pièces de collection. Pour les boutiques de MusĂ©es. J’Ă©cris, actuellement j’essaie de mettre en place une documentation complète de l’exposition:RE. Re-Cycle, Re-Create, Re-Imagine. Je pense que c’est un document important pour bien comprendre l’exposition et faire mieux connaitre mon travail a propos du continent africain. Mon second projet d’Ă©criture est un travail pour documenter mon Recycling Art Program (le programme d’enseignement avec les matĂ©riaux recyclĂ©s)
Enfin le dernier projet d’Ă©criture et un livre de cuisine sur mes expĂ©riences et voyages en Afrique et comment « trouver le goĂ»t du pays » quand on habite a New York. une des premières parutions d’une de mes recettes est sur le lien http://www.globalrhythm.net/Food/ClayPotCooking.cfm

Quels sont vos hobbies culturels ?
Je lis, j’Ă©cris, j’Ă©coute de la musique, ce n’est pas très facile de sortir beaucoup Ă  cause du travail, mais je vais assister aux concerts de mes amis musiciens, ou voir des expos (nous sommes très gâtĂ©s Ă  New York avec tous les musĂ©es et les galeries). J’aime le cinĂ©ma mais j’attends que les copines organisent des soirĂ©es « cinĂ© » le temps me manque pour suivre sĂ©rieusement toutes les sorties de films. Je dĂ©couvre avec plaisir le talent des autres. J’ai participĂ© il y a deux ans au travail que le cinĂ©aste Jean-Pierre Bekolo a effectuĂ© pour le MusĂ©e du Quai Branly, Diaspora, et je suis avec intĂ©rĂŞt le travail de Pascale Marthine Tayou qui a exposĂ© cette annĂ©e Ă  la Biennale de Venise, il est maintenant internationalement connu, c’est formidable. Faire la cuisine est pour moi quelque chose que je considère comme un « hobby culturel ». C’est l’occasion non seulement de tester mes recettes pour mon livre de cuisine mais c’est aussi un moment privilĂ©giĂ© de rencontres et d’Ă©changes. Il y a aussi un endroit ou je me rĂ©gĂ©nère aussi souvent que je peux. C’est ouvert tous les dimanches soirs . c’est une boite de jazz merveilleuse, pas chère, cuisine traditionnelle amĂ©ricaine, rien d’exceptionnel mais super bon: l’American Legion est un endroit oĂą les musiciens sont pleins de chaleur, de simplicitĂ© toutes sortes de gens y viennent, d’autres musiciens passent jouer, chanter, danser. Tout le monde vient pour l’amour du jazz. c’est vraiment le Harlem que j’imaginais dans les annĂ©es 60, la musique que j’ai apprise Ă  aimer en Ă©coutant John Coltrane: c’est gĂ©nial!

Etre reconnue dans un pays qui n’est pas le sien, ça signifie ĂŞtre brillante. Comment prenez vous cette reconnaissance ?
Etre reconnue Ă  New York est pour moi un grand accomplissement. Quand je suis arrivĂ©e ici un ami marocain qui vivait lĂ  depuis plusieurs annĂ©es, m’a dit si tu arrives a rĂ©sister ici, et te faire connaitre, le monde t’appartient. Je ne sais pas oĂą j’en suis par rapport a ces mots mais je sais que d’avoir pu rĂ©aliser tout ce qui s’est rĂ©alisĂ© jusqu’ici me rend pleine de gratitude pour l’Univers tout enter qui me porte et me permet d’avancer. Chaque jour est un combat, je suis dans le monde des possibles.

Vickie Frémont

Journalducameroun.com)/n

Vous ĂŞtes camerounaise, connaissez vous le Cameroun ?
J’ai quittĂ© le Cameroun j’avais 7 ans, depuis j’ai vĂ©cu dans plusieurs pays d’Afrique mais je n’ai plus eu l’occasion d’y retourner.

Des projets de voyage au Cameroun?
Mes fils ne parlent que d’y aller et nous avons dĂ©cidĂ© que c’est un voyage que nous aimerions faire ensemble. Une partie de ma famille vit au Cameroun, je n’ai donc jamais perdu le contact. Je suis l’actualitĂ© politique et culturelle. Je suis une grande fan des lions et je suis dans tous mes Ă©tats quand ils discutent un match. j’explique Ă  mes fils que c’est ma passion. Cette exposition et mes autres activitĂ©s vont je l’espère me donner l’occasion de retourner bientĂ´t au Cameroun et d’y passer du temps. Cela devient de plus en plus important dans ma vie et pour mon travail.

Des projets pour le Cameroun ?
J’aimerais passer du temps au Cameroun, Je rĂŞve que RE. Re-Cycle, Re-Create, Re-Imagine soit invitĂ© Ă  venir s’installer au Cameroun pour cĂ©lĂ©brer le jubilĂ©, je crĂ©erais quelques pièces a ajouter, peut ĂŞtre aussi une grande carte du Cameroun brodĂ©e près de celle de l’Afrique . Je voudrais aussi passer du temps au Cameroun pour y enseigner mon Recyclling Art Program . et former des enseignants. Les possibilitĂ©s de ce programme sont infinies, elles peuvent permettre de crĂ©er toutes sortes de structures sociales et Ă©conomiques, crĂ©er des emplois aussi. Outre la RE. Re-Cycle, Re-Create, Re-Imagine j’aimerais ĂŞtre invitĂ©e a participer aux diffĂ©rents festivals d’art et apporter ma contribution Ă  tout ce qui peut ĂŞtre fait pour motiver les jeunes et les aider Ă  dĂ©couvrir leur crĂ©ativitĂ© pour construire un Cameroun brillant pour les prochaines cinquante annĂ©es Ă  venir.

Vos rĂŞves…
Je recherche actuellement des financements pour mes trois projets d’Ă©criture et j’y travaille rĂ©gulièrement. J’Ă©coutais un ami diplomate me raconter que son plus grand dĂ©sir c’Ă©tait de rentrer au pays malgrĂ© les distinctions et les honneurs. Tout ce qu’il voulait rĂ©aliser se trouve ĂŞtre dans son pays. Je ressens cette urgence, tout le travail que je rĂ©alise ici, c’est pour l’Afrique et j’aimerais pouvoir amener mes fils un jour au Cameroun ou je travaillerai avec autant de passion que je le fais ici.

Marionnette Cameroun

Journalducameroun.com)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut