â€ș SociĂ©tĂ©

La dĂ©pouille de l’évĂȘque de Bafia transportĂ©e Ă  YaoundĂ©

La morgue de l'hĂŽpital gĂ©nĂ©ral de YaoundĂ© a accueilli la dĂ©pouille de l'Ă©vĂȘque de Bafia. ©Droits rĂ©servĂ©s

Elle est arrivée dans la capitale politique du Cameroun vers 13h, sous une importante escorte.

Le corps de l’évĂȘque de Bafia est dĂ©sormais gardĂ© dans l’un des coffres de la morgue de l’hĂŽpital gĂ©nĂ©ral de YaoundĂ©. L’escorte qui l’a transportĂ© depuis Ebebda a fait son entrĂ©e dans la capitale politique du Cameroun aux environs de 13h ce vendredi 02 juin. A l’arrivĂ©e Ă  l’hĂŽpital gĂ©nĂ©ral, aucune camĂ©ra n’a Ă©tĂ© autorisĂ©e Ă  filmer le dĂ©placement du corps du prĂ©lat de l’ambulance jusqu’à la morgue, relate la Crtv, la chaĂźne de tĂ©lĂ©vision publique.

Des nombreuses autoritĂ©s administratives et religieuses prĂ©sentes lors de ce moment, seul le gouverneur de la rĂ©gion du Centre, Naseri Paul Bea, a acceptĂ© de faire une dĂ©claration Ă  la presse. Celui-ci a fait savoir que l’enquĂȘte suivra son cours et qu’une autopsie sera effectuĂ©e pour dĂ©terminer les causes du dĂ©cĂšs et apporter des Ă©lĂ©ments supplĂ©mentaires susceptibles d’éclaircir les mystĂšres qui pĂšsent encore sur cette mort tragique.


Mgr Jean-Marie BenoĂźt Balla a Ă©tĂ© repĂȘchĂ© des eaux de la Sanaga, prĂ©cisĂ©ment Ă  Tsang, en fin de matinĂ©e ce vendredi 02 juin 2017. Depuis mercredi dernier, des Ă©quipes de plongeurs Ă©taient Ă  sa recherche. La veille, vers 23h, l’évĂȘque Ă©tait sorti de l’évĂȘchĂ© au volant de son 4×4 de marque Toyota, lequel avait Ă©tĂ© retrouvĂ© vide, sur le pont de l’Enfance Ă  Ebebda. Les premiers indices recueillis sur place avaient conduitĂ  la piste des enquĂȘteurs sur un suicide par noyade. En effet, Mgr Jean-Marie BenoĂźt Balla avait laissĂ© un mot sur un papier portant l’en-tĂȘte du diocĂšse de Bafia oĂč il avait Ă©crit : « Je suis dans l’eau ».

 

2 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

  1. Sans vouloir faire le procĂšs du journalisme, noble mĂ©tier pour lequel je voue la plus grande admiration, je pourrais humblement appeler Ă  une profondeur dans l’analyse des faits avant toute utilisation de mots et termes… De fait, et pour ce qui est des Ă©vĂ©nements d’Ebebda, avant d’Ă©voquer la thĂšse du suicide, fut-elle prise en compte par les enquĂȘteurs comme ci-dit, et ce qui n’est d’ailleurs pas prouvĂ© (simples conjectures et possiblement positions hĂątives), les journalistes que vous ĂȘtes pourraient, dans leurs analyses s’appuyer sur certains Ă©lĂ©ments matĂ©riels pouvant dĂ©cliner les lecteurs sur meilleure comprĂ©hension du sujet, aux fins pour eux de porter un jugement plus neutre.
    Personnellement, plusieurs points m’intriguent dans cette histoire, Ă  partir des images diffusĂ©es sur la toile depuis la dĂ©couverte du vĂ©hicule de Monseigneur :
    1. on Ă©voque la thĂšse du suicide sans que quelqu’un n’ait vu Msgr BALLA se jeter dans l’eau. Si personne ne l’a vu se jeter dans l’eau, c’est qu’il Ă©tait seul dans son coin, et plus encore dans le vĂ©hicule. Au regard de l’image sur laquelle on voit ses documents personnels, le dossier du vĂ©hicule, de mĂȘme que la fa fameuse phrase « je suis dans l’eau », il se constate LA POSITION IRRÉGULIÈRE DE LA CEINTURE DE SÉCURITÉ COTE PASSAGER.
    MSGR BALLA l’a utilisĂ©e sans doute pour sĂ©curiser ces papiers du fait que la boĂźte Ă  gants n’Ă©tait plus optimale. Pour ĂȘtre sĂ©rieux, est-on allĂ© voir le chauffeur du Prado pour lui poser des questions sur ce Ă©lĂ©ment qui pour moi semble ĂȘtre un indice pour Ă©loigner la thĂšse du suicide et nous orienter sur une autre piste?

    2. Sur le corps repĂȘchĂ© de l’eau, il me semble que le soulier sur le pieds gauche de l’EvĂȘque est plutĂŽt celui du pied droit, comme pour dire qu’aucun crime n’est parfait.

    3. sur le « je suis dans l’eau ». Les journalistes qui sont des Hommes de Lettres n’y sont-ils pas allĂ©s de leur art pour essayer de scruter le terme dans tous les sens de maniĂšre Ă  voir en cette expression une indication pour dĂ©sorienter d’Ă©ventuels bourreaux?

    Comme plusieurs d’entre vous, je pense que Msgr BALLA s’est suicidĂ©. Plus encore, je pense qu’il a attrapĂ© une crise de folie qui lui a dĂ©truit mĂȘme la capacitĂ© de bien porter des sandales fermĂ©es avant son suicide. Comme toute personne mystique, Msgr Balla a dĂ©veloppĂ© le don d’ubiquitĂ© au mĂȘme endroit en Ă©tant simultanĂ©ment Ă  la place du chauffeur et du passager comme l’indiquerait la ceinture de sĂ©curitĂ©.

    MSGR BALLA a Ă©tĂ© assassinĂ©, on ne peut se le cacher. Que va Faire l’Eglise dans un contexte administratif et juridique oĂč nous pouvons ĂȘtre sĂ»rs que l’enquĂȘte des autoritĂ©s n’avancera jamais, aussi dans la mesure oĂč le gouvernement de notre RĂ©publique est impliquĂ© dans la plupart des crimes contre les membres du clergĂ© catholique.

    Y EN A MARRE

  2. moi j’ai quelques question qu’est ce qu’il allait chercher ,Ă©tant soit disant en danger de mort, qu’est ce qu’il aller chercher hors de son domicile seul Ă  23h si il ne connaĂźt pas ses Ă©ventuels agresseurs s’il y en a? a.ton besoin de le dechausser pour le tuer? qu’est ce qui l’empĂȘche de s’assoir sur le siĂšge qu’il lui plaise dans son vĂ©hicule ? je pense que toutes ses idĂ©es, qui pourraient effectivement ĂȘtre des Ă©lĂ©ments importants sont malheureusement pour l’instant que des hypothĂšse insufisament fondĂ©es pour de surcroĂźt trouver un coupable alors que rien ne prouve de maniĂšre Ă©vidente qu’il y a eu meurtre ! restons calme et ne nous voilons pas les yeux! l’Ă©glise ne regorge pas non plus que des saint!

À LA UNE
Retour en haut